La marche du 10 no­vembre

Les ci­toyen·nes de Mon­tréal se ras­semblent pour la pla­nète.

Le Délit - - Actualités - as­trid del­va Édi­trice Ac­tua­li­tés

Le 10 no­vembre, des di­zaines de mil­liers de Mon­tréa­lais·es, se­lon le jour­nal Le De­voir, s’étaient don­né ren­dez-vous à la Place des Arts pour dé­non­cer le manque d’ac­tion du nou­veau gou­ver­ne­ment qué­bé­cois face à l’ur­gence que re­pré­sente le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique.

Une an­née riche en ca­tas­trophes

Le rap­port du Groupe d’ex­perts in­ter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évo­lu­tion du cli­mat (GIEC) pu­blié il y a un mois était clair : si rien n’est fait d’ici 2030 pour ré­duire le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, et pour évi­ter une hausse des tem­pé­ra­tures de plus de 1,5 de­gré Cel­sius, il se­ra trop tard pour agir.

Pour­tant, les gou­ver­ne­ments des pays les plus pol­lueurs n’ont pas en­core res­pec­té les en­ga­ge­ments des Ac­cords de Pa­ris et les ca­tas­trophes cli­ma­tiques sont de plus en plus fré­quentes. Cet été, la Ca­li­for­nie a été ra­va­gée par des feux de fo­rêts qui ont dé­truit au moins 1,200 ki­lo­mètres car­rés de ter­rains. De plus, des cha­leurs ca­ni­cu­laires ont éga­le­ment tou­ché le Qué­bec, lais­sant pré­sa­ger le dan­ger à ve­nir.

Une ma­ni­fes­ta­tion ci­toyenne

C’est ain­si que des mil­liers de ci­toyen·e·s en­ga­gé·e·s ont pris les rues d’as­saut pour ap­pe­ler le gou­ver­ne­ment ca­quiste à agir contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, ce sa­me­di 10 no­vembre.

Des jeunes ado­les­cent·e·s, des en­fants, des adultes, des fa­milles, tous et toutes se sont réuni·e·s pour don­ner de la voix, et un mot a été crié en coeur : « pos­sible ». Un des res­pon­sables du cor­tège scande haut et fort que « si vous êtes ve­nus avec vos fa­milles, vos soeurs, vos frères, vos pa­rents, c’est que vous croyez que c’est pos­sible de ga­gner notre lutte contre le dé­rè­gle­ment cli­ma­tique, mais sur­tout de vaincre l’iner­tie du nou­veau gou­ver­ne­ment ». Il fait ré­fé­rence au manque d’ac­tions concrètes du nou­veau gou­ver­ne­ment ca­quiste face à l’ur­gence cli­ma­tique. Il conclut son dis­cours en dé­cla­rant : « J’ose croire que le cy­nisme et le dé­fai­tisme sont der­rière nous. »

Dans la foule, des gens en­ga­gés pour la pro­tec­tion de la pla­nète marchent en­semble : ces gens sont is­sus de toutes les gé­né­ra­tions et de tous les mi­lieux : les ra­ging gran­nies, des mi­li­tant·e·s de Qué­bec so­li­daire af­fi­chant fiè­re­ment le dra­peau du par­ti, l’as­so­cia­tion Ca­no­pée qui vient en aide aux agri­cul­teurs·trices afin d’ac­croître leur pro­duc­ti­vi­té tout en res­pec­tant des en­ga­ge­ments en­vi­ron­ne­men­taux, UNIFOR Qué­bec, un syn­di­cat qui agit dans les en­tre­prises pri­vées, etc.

Deux femmes âgées d’un peu plus de vingt ans, ve­nues pour dé­fendre le sort de la pla­nète, sont in­quiètes de­puis les élec­tions qué­bé­coises et une des deux est par­ti­cu­liè­re­ment pré­oc­cu­pée par le sort de ses fu­turs en­fants. Elle avoue qu’ «il suf­fit de re­gar­der au­tour de nous, les ca­tas­trophes na­tu­relles se mul­ti­plient. Juste comme il a fait chaud à Mon­tréal cet été, ce n’est pas nor­mal. Des tor­nades ont aus­si eu lieu. »

Agir à l’échelle in­di­vi­duelle

Face au lais­ser-al­ler du gou­ver­ne­ment qué­bé­cois, des gens ont mis en place des so­lu­tions à leur propre échelle. Une femme af­fiche une pan­carte pour en­cou­ra­ger les femmes à por­ter des pro­duits mens­truels éco­lo­giques plu­tôt que des pro­duits in­dus­triels et je­tables. Les trans­ports en com­mun sont un autre moyen de tran­sport plus éco­lo­gique que beau­coup de ma­ni­fes­tant·e·s semblent uti­li­ser. Une étu­diante en dé­ve­lop­pe­ment du­rable, nom­mée Au­ré­lie, ex­plique qu’elle pri­vi­lé­gie de plus en plus les trans­ports pu­blics à la voi­ture in­di­vi­duelle.

Au­ré­lie ajoute : « On es­saye de ré­duire notre consom­ma­tion, de faire un chan­ge­ment in­di­vi­duel en consom­mant plus lo­cal. » Son amie, Flo­rence, ren­ché­rit : « Je fais du zé­ro dé­chet, je ne consomme que des pro­duits cos­mé­tiques d’épi­ce­rie lo­cale na­tu­relle, je n’achète rien de chi­mique, je n’achète que des vê­te­ments mon­tréa­lais ou usa­gés ». x

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.