Ra­vi­ver les Bos­quets

JR pho­to­gra­phie une gé­né­ra­tion ban­lieu­sarde mal re­pré­sen­tée.

Le Délit - - Culture - Hu­go Rous­sel

En 2001, Jean-re­né, plus connu sous son pseu­do­nyme « JR », trouve un ap­pa­reil pho­to dans le mé­tro pa­ri­sien. Re­pé­ré par Ladj Ly, un autre « ar­ti­viste », il est in­vi­té à la ci­té des Bos­quets, à Mont­fer­meil, en Seine- Saint-de­nis, un an avant les émeutes de 2005. JR ex­pose ses pho­to­gra­phies de jeunes qu’il croise sur les murs de la ci­té, avec un ver­nis­sage lou­foque in­ti­tu­lé « Cli­chés de ghet­to, cock­tail Mo­lo­tov en pré­sence de l’ar­tiste », le tout étant bien sûr in­ter­dit par la po­lice. Ce­ci est le point de dé­part de son ex­po­si­tion de l’an­née sui­vante, 28 mil­li­mètres, Por­trait d’une gé­né­ra­tion.

Où est la vraie vio­lence?

Un an plus tard, l’at­mo­sphère est tout autre à la ci­té des Bos­quets. Le 27 oc­tobre 2005, deux ado­les­cents, Zyed Ben­na et Bou­na Trao­ré, trouvent la mort dans un poste élec­trique en cher­chant à échap­per à un contrôle de po­lice. Trois jours plus tard, les forces de l’ordre ré­pliquent à des pro­jec­tiles en lan­çant une gre­nade la­cry­mo­gène à l’en­trée d’une mos­quée. C’est l’étin­celle qui em­brase la Seine- Saint-de­nis, al­lu­mant des foyers ici et là dans d’autres com­munes de France. Ces émeutes sont sans pré­cé­dent en France, et pro­voquent la mise en place de l’état d’ur­gence.

la su­bli­ma­tion ar­tis­tique d’une si­tua­tion so­ciale ab­jecte, la dé­non­cia­tion d’une vio­lence po­li­cière om­ni­pré­sente

La si­tua­tion en­traîne des ré­ac­tions de condam­na­tions una­nimes : le dé­pu­té Ma­nuel Valls parle d’une « vio­lence de plus en plus dure », Del­phine Ba­tho d’une « ag­gra­va­tion des faits vio­lents ». Mais L’AFP note un point cen­tral : il n’existe ab­so­lu­ment au­cune dé­cla­ra­tion met­tant en lien la mi­sère so­ciale et l’aban­don des ban­lieues par les po­li­tiques pu­bliques de­puis les an­nées 1970 et les émeutes de 2005. Au contraire, la France s’in­quiète à tra­vers une cou­ver­ture mé­dia­tique in­ces­sante de ces jeunes n’ayant d’autre oc­cu­pa­tion que de brû­ler des voi­tures et de caillas­ser la po­lice.

28mm, arme d’une gé­né­ra­tion

Face à ce constat, JR dé­cide de re­ve­nir à la ci­té des Bos­quets, pour don­ner une vi­sion fi­dèle de cette gé­né­ra­tion mal re­pré­sen­tée. Il leur pro­pose de les pho­to­gra­phier avec un ob­jec­tif 28mm, ce qui oblige à être très près du su­jet, en af­fir­mant pour les convaincre qu’ « à Pa­ris, on vous voit comme des ex­tra­ter­restres. Je vais vous prendre comme des ET. Mo­quez-vous de vos ca­ri­ca­tures! Faites la gri­mace! Il faut qu’on vous voie vous, vos yeux, votre tête, votre nom, où vous ha­bi­tez ». Ces por­traits, for­mant au­jourd’hui la sé­rie 28mm, Por­trait d’une gé­né­ra­tion, sont af­fi­chés dans les quar­tiers de l’est pa­ri­sien, pour mettre cha­cun face à ses cli­chés. Ils sont un té­moi­gnage brillant et riant d’une joie de vivre ma­ni­feste et d’un hu­mour sans conces­sion d’une gé­né­ra­tion pos­sé­dant pour seule arme son ima­gi­na­tion et sa ca­mé­ra, re­pré­sen­tée par un Ladj Ly me­nant la guerre. Dix ans plus tard en­core, JR est re­ve­nu à la ci­té des Bos­quets. Cette fois-ci, il a dé­ci­dé de re­créer les émeutes de 2005, mais sous la forme d’une danse, avec le bal­let de New York. Ai­dé par Ladj Ly à la cho­ré­gra­phie, Wood­kid et Hans Zim­mer à la mu­sique, il a conçu des cos­tumes qui, ali­gnés les uns avec les autres, forment des yeux, qui ob­servent le spec­ta­teur. Fil­mé dans l’en­ceinte de la ci­té des Bos­quets et mê­lant images d’au­jourd’hui et de 2005, l’oeuvre Les

Bos­quets a été re­te­nue dans la sé­lec­tion of­fi­cielle du Fes­ti­val du Film de Tri­be­ca, fai­sant de cet en­droit la ci­té la plus cé­lèbre au monde. « Les Bos­quets. » « 28mm. » Ces mots sont sû­re­ment en­core mé­to­ny­mies de vio­lence et d’armes. Mais ils sont bien plus. Ils sont la su­bli­ma­tion ar­tis­tique d’une si­tua­tion so­ciale ab­jecte, la dé­non­cia­tion d’une ré­pres­sion po­li­cière om­ni­pré­sente, mais sur­tout : ils sont le por­trait d’une gé­né­ra­tion. x

An­toine Ta­ve­neaux | Wi­ki­me­dia com­mons

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.