L’in­dus­trie du taxi s’es­time lé­sée

Uber et Téo pour­ront uti­li­ser leur propre sys­tème d’en­re­gis­tre­ment des tran­sac­tions

Le Devoir - - Actualités - KARL RETTINO-PARAZELLI

L’in­dus­trie du taxi ac­cuse le gou­ver­ne­ment Couillard de créer un sys­tème à deux vi­tesses en im­po­sant les mo­dules d’en­re­gis­tre­ment des ventes (MEV) dans les taxis, tout en per­met­tant à Uber et à Téo Taxi d’uti­li­ser leur propre so­lu­tion tech­no­lo­gique pour as­su­rer la per­cep­tion des taxes.

«Ce qui nous in­quiète, c’est tou­jours l’équi­té, sou­tient l’un des porte-pa­role des Taxis du Grand Mon­tréal, Mi­chel Abou­jaou­dé. Et pré­sen­te­ment, l’équi­té n’existe pas entre tous les joueurs.»

Les re­pré­sen­tants de l’in­dus­trie du taxi de Mon­tréal et de Qué­bec ont dé­non­cé jeu­di un amen­de­ment qui vient d’être ap­por­té au pro­jet de loi sur la mise en oeuvre du bud­get. La modification concerne l’ins­tal­la­tion de l’équi­pe­ment né­ces­saire pour per­ce­voir les taxes dans les ser­vices de trans­port par taxi.

Cet amen­de­ment pré­voit qu’une per­sonne qui est ti­tu­laire d’un per­mis de pro­prié­taire de taxi doit mu­nir le vé­hi­cule re­lié à ce per­mis de l’équi­pe­ment né­ces­saire pour as­su­rer la per­cep­tion des taxes.

L’in­dus­trie du taxi en com­prend que les mo­dules d’en­re­gis­tre­ment des ventes (MEV) se­ront im­po­sés dans tous ses vé­hi­cules, mais qu’Uber et Téo Taxi en se­ront exemp­tés. «Ils vont per­mettre à Uber et Téo de trans­mettre leurs don­nées comme le font pré­sen­te­ment les taxis. Pour­quoi ne pas ap­pli­quer les mêmes règles à tout le monde ? » de­mande M. Abou­jaou­dé.

« Il faut vrai­ment être naïf pour faire confiance à une mul­ti­na­tio­nale qui a dé­mon­tré sa mal­hon­nê­te­té ici comme ailleurs. Pour [Alexandre] Taille­fer, l’ap­pa­rence de conflit d’in­té­rêts est tou­jours plus grande», ont ajou­té les porte-pa­role de l’in­dus­trie du taxi par voie de com­mu­ni­qué.

Mêmes obli­ga­tions pour tous

Au ca­bi­net du mi­nistre des Fi­nances, Car­los Leitão, on in­dique que toutes les en­tre­prises de ser­vices de trans­port ré­mu­né­ré de per­sonnes, y com­pris Uber et Téo Taxi, sont vi­sées par les mêmes obli­ga­tions fis­cales.

«Des so­lu­tions tech­no­lo­giques avec des fonc­tion­na­li­tés équi­va­lentes aux MEV — mais ré­pon­dant aux en­jeux tech­no­lo­giques de mo­bi­li­té — de­vront donc être mises en place dans l’en­semble des vé­hi­cules of­frant un ser­vice de trans­port ré­mu­né­ré de per­sonnes, que ce soient les taxis tra­di­tion­nels ou les vé­hi­cules qui uti­lisent une nou­velle ap­proche, tels que ceux d’Uber ou de Téo Taxi», a ré­pon­du par cour­riel l’at­ta­chée de presse du mi­nistre, Au­drey Clou­tier.

Mme Clou­tier a ajou­té que le pro­jet-pi­lote en­ca­drant les ac­ti­vi­tés d’Uber au Qué­bec, qui a été pro­lon­gé d’un an en sep­tembre der­nier, pré­voit dé­jà la per­cep­tion des taxes. Pour ce qui est du coût d’ac­qui­si­tion et d’im­plan­ta­tion des MEV, elle fait re­mar­quer que le pro­jet de loi ouvre la porte à des com­pen­sa­tions fi­nan­cières.

In­vi­tés à ré­agir aux cri­tiques de l’in­dus­trie du taxi, Uber et Téo Taxi ont tour à tour fait va­loir la grande ef­fi­ca­ci­té des sys­tèmes qu’ils ont dé­ployés pour per­ce­voir les taxes et les re­mettre au gou­ver­ne­ment pro­vin­cial.

«Uber collecte et re­met dé­jà toutes les taxes re­de­vables au nom de cha­cun des par­te­nai­res­chauf­feurs, as­su­rant ain­si une confor­mi­té in­éga­lée dans l’in­dus­trie du trans­port ré­mu­né­ré de per­sonnes, entre autres grâce à l’en­re­gis­tre­ment élec­tro­nique des don­nées de toutes les courses ef­fec­tuées», a in­di­qué le porte-pa­role d’Uber Ca­na­da, Jean-Ch­ris­tophe de le Rue.

Il a pris soin de rap­pe­ler que plu­sieurs tran­sac­tions sont ef­fec­tuées en ar­gent comp­tant dans les taxis tra­di­tion­nels, d’où la né­ces­si­té, à son avis, d’y ins­tal­ler des MEV.

Se­lon le fon­da­teur de Téo Taxi — et pré­sident de la pro­chaine cam­pagne élec­to­rale du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec —, Alexandre Taille­fer, il est «ex­trê­me­ment sur­pre­nant» de voir l’in­dus­trie dou­ter du sys­tème mis en place par son en­tre­prise pour res­pec­ter ses obli­ga­tions fis­cales.

«Nous sommes au­jourd’hui une en­tre­prise qui dé­montre une trans­pa­rence com­plète. On transmet toutes les in­for­ma­tions sur toutes nos courses au gou­ver­ne­ment, a-t-il af­fir­mé en en­tre­vue au De­voir. À par­tir du mo­ment où on a un taxi­mètre qui va être ho­mo­lo­gué par Re­ve­nu Qué­bec, et notre taxi­mètre va être ho­mo­lo­gué par Re­ve­nu Qué­bec, on n’a pas l’obli­ga­tion de mettre un mo­dule tra­di­tion­nel. »

GUILLAUME LEVASSEUR LE DE­VOIR

Qué­bec pré­cise que toutes les en­tre­prises de trans­port de per­sonnes de­vront équi­per leurs voi­tures de so­lu­tions tech­no­lo­giques sem­blables au MEV.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.