Le Ca­na­da agit sur plu­sieurs fronts pour une en­tente ra­pide

Le Devoir - - Économie - ALEXAN­DER PANETTA à Wa­shing­ton

Le Ca­na­da a lan­cé une of­fen­sive sur plu­sieurs fronts pour ob­te­nir une en­tente ra­pide sur l’Ac­cord de libre-échange nord-amé­ri­cain (ALENA), jeu­di, pro­met­tant de conti­nuer de tra­vailler en dé­pit de l’ap­pa­rente im­pos­si­bi­li­té de conclure les né­go­cia­tions à temps pour res­pec­ter un échéan­cier po­li­tique im­por­tant.

Lors de ren­contres à Wa­shing­ton et à New York, à la Mai­son-Blanche et dans d’autres édi­fices du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain, le pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau, la mi­nistre des Af­faires étran­gères Ch­rys­tia Free­land et plu­sieurs autres hauts res­pon­sables ca­na­diens ten­taient en­core jeu­di d’en ar­ri­ver à une en­tente de der­nière mi­nute. Ils ont pres­sé leurs col­lègues amé­ri­cains de faire pro­gres­ser les dis­cus­sions même s’il pour­rait être trop tard après cette se­maine pour res­pec­ter les échéan­ciers de pro­cé­dures afin d’ob­te­nir un vote sur l’en­tente par le Con­grès des ÉtatsU­nis cette an­née.

De­vant les jour­na­listes à New York, M. Tru­deau a dé­cla­ré que le Ca­na­da «conti­nue­rait de tra­vailler jus­qu’à ce qu’ils éteignent les lu­mières». «Nous sommes près d’une en­tente», a-t-il sou­te­nu. La per­cep­tion du gou­ver­ne­ment du Ca­na­da est que l’ac­cord dé­jà sur la table pour­rait ne pas sa­tis­faire à toutes les de­mandes des États-Unis, mais ap­por­te­rait des chan­ge­ments im­por­tants pour la cru­ciale in­dus­trie au­to­mo­bile, tout en ra­fraî­chis­sant quelques autres cha­pitres.

M. Tru­deau a re­con­nu ne pas pou­voir dire s’il y au­rait une en­tente d’ici quelques jours, dans quelques se­maines ou si les dis­cus­sions se­ront re­por­tées pour une du­rée in­dé­ter­mi­née.

Un af­fron­te­ment pu­blic avec le Mexique illustre la com­plexi­té des dis­cus­sions. Le gou­ver­ne­ment mexi­cain s’en est pris au pre­mier mi­nistre, jeu­di, re­la­ti­ve­ment à un as­pect mis en avant par M. Tru­deau à New York: le fait que des chan­ge­ments dans le sec­teur au­to­mo­bile pour­raient trans­fé­rer cer­tains em­plois du Mexique vers les États-Unis. Au coeur d’une cam­pagne pré­si­den­tielle dans ce pays et de pres­sions po­li­tiques in­té­rieures, le gou­ver­ne­ment mexi­cain a dé­fié pu­bli­que­ment le pre­mier mi­nistre Tru­deau.

«Une cla­ri­fi­ca­tion est né­ces­saire», a écrit sur Twit­ter le mi­nistre mexi­cain de l’Éco­no­mie, Il­de­fon­so Gua­jar­do. «Tout ALENA re­né­go­cié qui im­plique des pertes d’em­plois exis­tants au Mexique est in­ac­cep­table», a-t-il ajou­té.

La pres­sion a grim­pé pour cha­cune des par­ties cette se­maine. Le Con­grès amé­ri­cain doit pou­voir étu­dier toute en­tente avant de l’en­té­ri­ner, et un ac­cord de­vrait aus­si ob­te­nir l’aval du pro­chain pré­sident mexi­cain. Un scru­tin est pré­vu au Mexique le 1er juillet et des élec­tions de mi-man­dat au­ront lieu en no­vembre aux États-Unis.

SEAN KILPATRICK LA PRESSE CA­NA­DIENNE

De­vant les jour­na­listes à New York, M. Tru­deau a dé­cla­ré que le Ca­na­da «conti­nue­rait de tra­vailler jus­qu’à ce qu’ils éteignent les lu­mières».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.