Le co­fon­da­teur ajoute à la dis­corde en créant un site Web

Le Devoir - - Économie - JU­LIEN AR­SE­NAULT

Le co­fon­da­teur des Thés Da­vid’s Tea, Her­schel Se­gal, a dé­ci­dé d’en ra­jou­ter une couche dans le cadre de son of­fen­sive vi­sant à rem­pla­cer le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la chaîne qué­bé­coise en dif­fi­cul­té.

Es­pé­rant ral­lier des ac­tion­naires, sa so­cié­té Pla­ce­ments Mauvais Jours a mis en ligne le site «sa­ved­tea.com» — uni­que­ment en an­glais

— dont la fac­ture vi­suelle re­prend les élé­ments du site ori­gi­nal du dé­taillant. En plus d’y pré­sen­ter les grandes lignes de son plan de re­dres­se­ment, M. Se­gal dresse la liste de ses nom­breuses cri­tiques à l’en­droit des di­ri­geants ac­tuel­le­ment en poste chez Da­vid’s Tea.

Un vote dé­ter­mi­nant est pré­vu le 14 juin dans le cadre de l’as­sem­blée an­nuelle, alors que les ac­tion­naires de­vront choi­sir entre l’équipe pro­po­sée par M. Se­gal et les ad­mi­nis­tra­teurs ac­tuels.

Le fon­da­teur du dé­taillant de vê­te­ments Le Châ­teau, qui pro­pose sept can­di­dats au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, dont lui­même, a jus­ti­fié sa dé­marche jeu­di en sou­li­gnant, dans un com­mu­ni­qué, que «l’heure des chan­ge­ments a son­né» chez Da­vid’s Tea. «Le conseil ac­tuel perd du temps pré­cieux, des res­sources et de l’ar­gent des ac­tion­naires en ex­plo­rant des so­lu­tions stra­té­giques de rem­pla­ce­ment vi­sant à vendre la to­ta­li­té ou une par­tie de [la so­cié­té] », a-t-il fait va­loir.

Se­lon l’homme d’af­faires, la ré­vi­sion stra­té­gique en­ta­mée par Da­vid’s Tea sur­vient à un mo­ment où la va­leur de l’en­tre­prise «est en baisse en raison de ré­sul­tats fi­nan­ciers très pré­oc­cu­pants». Par l’en­tre­mise de Pla­ce­ments Mauvais Jours, M. Se­gal, qui avait cla­qué la porte du conseil en mars der­nier, est le plus im­por­tant ac­tion­naire de Da­vid’s Tea avec en­vi­ron 46,4% des titres en cir­cu­la­tion.

Dé­plo­rant la dé­marche de l’homme d’af­faires, une por­te­pa­role de l’en­tre­prise a in­di­qué par cour­riel que le dé­taillant al­lait ana­ly­ser le conte­nu pu­blié en ligne. «Nous nous pen­chons sur le site Web de l’ac­tion­naire dis­si­dent pour nous as­su­rer qu’il n’en­freint pas les droits d’au­teur ou dé­tourne la marque de Da­vid’s Tea», a-t-elle écrit. De son cô­té, la so­cié­té de por­te­feuille de M. Se­gal a pré­ci­sé qu’une ver­sion fran­çaise du site se­ra dis­po­nible pro­chai­ne­ment, se di­sant con­vain­cue que sa pro­ve­nance était «claire et bien iden­ti­fiée pour les ac­tion­naires».

L’homme d’af­faires re­proche à l’équipe de di­rec­tion d’avoir pris une sé­rie de dé­ci­sions avec les­quelles il était en pro­fond désac­cord et d’avoir ra­té l’ex­pan­sion de la chaîne aux États-Unis, qui s’est ef­fec­tuée au dé­tri­ment des ac­ti­vi­tés ca­na­diennes. «Un pré­re­quis im­por­tant au suc­cès est une vi­sion uni­fiée au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et une orien­ta­tion stra­té­gique claire, les deux étant ab­sentes pour le mo­ment», a es­ti­mé M. Se­gal.

De son cô­té, le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion ac­tuel ac­cuse M. Se­gal de vou­loir prendre le cont­rôle de la com­pa­gnie sans ver­ser de prime aux por­teurs de titres. Il es­time de plus que la feuille de route de l’homme d’af­faires dé­montre qu’il n’a pas prou­vé sa ca­pa­ci­té à créer de la va­leur pour les ac­tion­naires. Les ad­mi­nis­tra­teurs en place bé­né­fi­cient de l’ap­pui de Por­chlight Equi­ty Ma­na­ge­ment, de TDM As­set Ma­na­ge­ment PTY et d’Ed­ge­point Wealth Ma­na­ge­ment, qui contrôlent en­semble 36,5% des ac­tions.

De­puis son en­trée au Nas­daq, en juin 2015, le mar­chand de thé fait face à des pro­blèmes de ren­ta­bi­li­té, ce qui a me­né à plu­sieurs re­ma­nie­ments de la haute di­rec­tion jus­qu’à ce que Joel Sil­ver de­vienne son pré­sident et chef de la di­rec­tion, il y a un peu plus d’un an.

Her­schel Se­gal

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.