Un temps d’Ir­lan­dais pour Sam Ben­nett

Le Devoir - - Les Sports -

Imo­la — Sous la pluie bat­tante, un vrai temps d’Ir­lan­dais, Sam Ben­nett s’est ad­ju­gé la dou­zième étape du Gi­ro qui est ar­ri­vé jeu­di à l’au­to­drome d’Imo­la, sans consé­quence sur le clas­se­ment gé­né­ral me­né par le Bri­tan­nique Si­mon Yates.

Pour sa deuxième vic­toire d’étape de­puis le dé­part du Gi­ro, Sam Ben­nett a an­ti­ci­pé le sprint avec un ins­tinct de fi­nis­seur. Alors que les deux hommes de tête (Mo­ho­ric, Be­tan­cur) étaient sur le point d’être re­pris, l’Ir­lan­dais a pro­duit son ef­fort aux 400 mètres et a pris ses dis­tances sur les autres sprin­teurs.

Le pa­ri était osé puisque Ben­nett était pré­su­mé le plus ra­pide du groupe en l’ab­sence de l’Ita­lien Elia Vi­via­ni (dis­tan­cé dans le fi­nal). Il s’est avé­ré payant. Ben­nett a eu le temps de se re­tour­ner avant la ligne, ins­tal­lée de­vant les tri­bunes du cir­cuit Di­no-Fer­ra­ri, pour sa­vou­rer la per­for­mance.

Dé­jà vain­queur de la 7e étape à Praia a Mare, ven­dre­di der­nier, Ben­nett a imi­té les autres cou­reurs qui ont ga­gné deux fois dans ce Gi­ro (Vi­via­ni, Yates). «C’est une vic­toire plus belle que la pre­mière», a ap­pré­cié le cou­reur de 27 ans de l’équipe Bo­ra, qui au­ra une autre oc­ca­sion de briller, ven­dre­di, dans la 13e étape de plaine entre Fer­rare et Ner­ve­sa del­la Bat­ta­glia, au nord de Tré­vise.

«J’ai vu les deux échap­pées dans la der­nière ligne droite, je n’ai pas ré­flé­chi, je suis par­ti et je ne me suis pas re­tour­né. Je pen­sais que la ligne d’ar­ri­vée était plus proche, a avoué Ben­nett. Mais je ne pou­vais pas lais­ser échap­per la vic­toire.»

«C’étaient des condi­tions mé­téo fa­vo­rables pour un An­glais. Et aus­si pour un Ir­lan­dais! L’étape n’a pas été simple. Il y a eu beau­coup de ten­ta­tives et le fi­nal s’est avé­ré très dif­fi­cile, bien plus que ce que lais­sait en­vi­sa­ger le livre de route», a dit Yates.

Mauvais temps

Si les sprin­teurs se sont dis­pu­té la vic­toire à Imo­la, 50 ans après le raid de Vit­to­rio Ador­ni dans le Cham­pion­nat du monde, le fi­nal très ten­du dans les 30 der­niers ki­lo­mètres a usé les éner­gies. À cause des cas­sures, qui ont contraint l’Équa­to­rien Ri­chard Ca­ra­paz et l’Ita­lien Do­me­ni­co Poz­zo­vi­vo à une course-pour­suite pour re­ve­nir dans le pe­lo­ton, et de plu­sieurs of­fen­sives.

Le pun­cheur belge Tim Wel­lens a at­ta­qué de (trop?) loin, à 20 ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée, mais a été re­joint dans la côte du cir­cuit d’Imo­la. Le Co­lom­bien Ser­gio He­nao, qui cherche à re­do­rer l’éclat ter­ni de l’équipe Sky après les pro­blèmes de Ch­ris Froome, n’a pas creu­sé d’écart.

Au­cun fa­vo­ri n’a été pié­gé dans ces condi­tions at­mo­sphé­riques dé­li­cates, quitte à lais­ser des forces et de l’éner­gie men­tale pour la troi­sième jour­née consé­cu­ti­ve­ment. L’écart, 47 se­condes, est res­té iden­tique entre Si­mon Yates et son dau­phin, le Néer­lan­dais Tom Du­mou­lin, les deux fa­vo­ris pour la vic­toire fi­nale le 27 mai à Rome.

Alors, Du­mou­lin ou Yates? «Ni l’un ni l’autre», ré­pond Serge Par­sa­ni, l’un des di­rec­teurs spor­tifs les plus ex­pé­ri­men­tés du Gi­ro. «Je pense que Thi­baut Pi­not peut tou­jours ga­gner. Il a le fond pour réus­sir dans les longues étapes de mon­tagne. »

Sur­tout si les pré­vi­sions mé­téo, an­non­çant du mauvais temps, se vé­ri­fient, à l’ap­proche du Monte Zon­co­lan (sa­me­di) et de l’étape des Do­lo­mites (di­manche).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.