Hy­dro-Qué­bec tente sa chance au Con­nec­ti­cut

La so­cié­té d’État a par­ti­ci­pé à un ap­pel d’offres

Le Devoir - - Économie - KARL RETTINO-PARAZELLI LE DE­VOIR

Hy­dro-Qué­bec tente une nou­velle fois sa chance aux États-Unis afin d’ex­por­ter ses sur­plus d’élec­tri­ci­té. Après avoir si­gné une en­tente ma­jeure avec le Mas­sa­chu­setts, la so­cié­té d’État a par­ti­ci­pé ven­dre­di à l’ap­pel de pro­po­si­tions lan­cé par l’État du Con­nec­ti­cut dans l’es­poir de dé­cro­cher un autre contrat d’ap­pro­vi­sion­ne­ment à long terme.

Le Con­nec­ti­cut a lan­cé un ap­pel de pro­po­si­tions pour un ap­pro­vi­sion­ne­ment d’en­vi­ron 3 té­ra­watt­heures (TWh) d’éner­gie propre par an­née pen­dant 10 ans. Hy­dro-Qué­bec pro­pose d’ache­mi­ner son hy­dro­élec­tri­ci­té grâce à son ré­seau ac­tuel et à la Ver­mont Green Line, une nou­velle ligne de trans­port pro­po­sée en sol amé­ri­cain par une fi­liale de l’en­tre­prise Na­tio­nal Grid.

« Il n’y a au­cune nou­velle construc­tion pré­vue au Qué­bec », sou­ligne la porte-pa­role d’Hy­dro-Qué­bec Lynn St-Laurent.

Le Con­nec­ti­cut pro­cé­de­ra à la sélection de la pro­po­si­tion re­te­nue à la fin de l’an­née 2018 ou au dé­but de 2019, en vue d’une li­vrai­son d’élec­tri­ci­té pou­vant dé­bu­ter entre juillet 2020 et dé­cembre 2026. La Ver­mont Green Line de­vrait en­trer en ser­vice en dé­cembre 2023. « Tou­jours à l’af­fût » Si le Con­nec­ti­cut re­te­nait sa pro­po­si­tion, la so­cié­té d’État met­trait la main sur un autre contrat d’ap­pro­vi­sion­ne­ment à long terme, après ce­lui dé­cro­ché au Mas­sa­chu­setts.

Une en­tente a été conclue en juin der­nier entre les dis­tri­bu­teurs d’éner­gie de cet État amé­ri­cain, Hy­dro-Qué­bec et son par­te­naire Cen­tral Maine Po­wer, le pro­mo­teur de la ligne de trans­mis­sion New En­gland Clean Ener­gy Con­nect. Si cette en­tente d’ap­pro­vi­sion­ne­ment de 9,45 TWh sur 20 ans se concré­tise, elle consti­tue­ra le plus gros contrat d’ex­por­ta­tion de l’his­toire d’Hy­dro-Qué­bec.

L’ap­pel de pro­po­si­tions du Con­nec­ti­cut est plus mo­deste, mais il cor­res­pond aux ob­jec­tifs d’Hy­dro-Qué­bec, af­firme Mme St-Laurent.

« Ça fait par­tie de notre plan stra­té­gique d’aug­men­ter nos ex­por­ta­tions. […] Nous sommes tou­jours à l’af­fût, on sur­veille chaque oc­ca­sion », dit-elle, en pré­ci­sant que la so­cié­té d’État n’a pas d’ob­jec­tifs dé­fi­nis en ce qui concerne la quan­ti­té to­tale d’éner­gie qu’elle sou­haite ex­por­ter.

Dans son plan stra­té­gique 2016-2020, Hy­dro-Qué­bec es­time que les nou­velles oc­ca­sions d’ex­por­ter son élec­tri­ci­té pour­raient lui per­mettre d’ac­croître son bé­né­fice net de 300 mil­lions en 2030.

Lignes à construire

Pour que les re­ve­nus soient au ren­dez­vous, il fau­dra tou­te­fois que les lignes de trans­port pré­vues voient le jour. Le pro­jet New En­gland Clean Ener­gy Con­nect fait face à une cer­taine ré­sis­tance lo­cale, même si le dé­par­te­ment des Res­sources éner­gé­tiques du Mas­sa­chu­setts s’est mon­tré fa­vo­rable au pro­jet.

« C’est une dé­marche que l’on connaît. On doit sen­si­bi­li­ser les mi­lieux sur les bien-fon­dés du pro­jet, note Mme StLaurent. On suit le pro­ces­sus de ma­nière vi­gi­lante. »

Pour ce qui est de la Ver­mont Green Line, sur la­quelle s’ap­puie la pro­po­si­tion dé­po­sée au Con­nec­ti­cut, il s’agit d’une ligne de trans­mis­sion d’en­vi­ron 95 ki­lo­mètres qui pas­se­rait sous le lac Cham­plain sur près de la moi­tié de la lon­gueur. Le coût du pro­jet est es­ti­mé à 600 mil­lions de dol­lars amé­ri­cains.

Dé­bat po­li­tique

Le dé­pôt de la pro­po­si­tion d’Hy­droQué­bec en vue d’ali­men­ter le Con­nec­ti­cut en éner­gie sur­vient au mo­ment où la ques­tion des sur­plus d’élec­tri­ci­té s’est in­vi­tée dans la cam­pagne élec­to­rale provinciale.

Le chef de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec, Fran­çois Le­gault, s’op­pose au pro­jet éo­lien Apuiat pré­vu sur la Cô­teNord — et ap­puyé par le gou­ver­ne­ment Couillard — en fai­sant va­loir qu’Hy­droQué­bec nage dé­jà dans les sur­plus. « On doit vendre de l’élec­tri­ci­té avant d’en fa­bri­quer plus», a-t-il dé­cla­ré jeu­di lors du dé­bat des chefs.

La se­maine der­nière, il a ce­pen­dant in­di­qué qu’un gou­ver­ne­ment ca­quiste lan­ce­rait des études pour pré­pa­rer la construc­tion de nou­velles cen­trales hy­dro­élec­triques dans 10 ou 15 ans, au mo­ment où les sur­plus au­ront se­lon lui dis­pa­ru.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.