Ro­se­mont–La Pe­tite-Pa­trie veut en fi­nir avec le sur­em­bal­lage

L’ar­ron­dis­se­ment mont­réa­lais re­cherche 50 foyers pour un pro­jet-pi­lote zé­ro dé­chet

Le Devoir - - Actualités - ANNABELLE CAILLOU LE DE­VOIR

Sou­hai­tant en fi­nir avec le gas­pillage et le sur­em­bal­lage, Ro­se­mont–La Pe­tite-Pa­trie veut ai­der ses ci­toyens à ré­duire leur quan­ti­té de dé­chets. L’ar­ron­dis­se­ment mont­réa­lais est à la re­cherche de 50 foyers prêts à em­bar­quer dans un pro­jet-pi­lote qui les plon­ge­ra dans un mode de vie zé­ro dé­chet pen­dant huit mois.

« On se ra­bat sou­vent sur le com­post et le re­cy­clage pour se dé­cul­pa­bi­li­ser de notre sur­con­som­ma­tion. Mais il faut ré­duire nos dé­chets à la source pour avoir un réel im­pact sur l’en­vi­ron­ne­ment », lance au bout du fil le maire de l’ar­ron­dis­se­ment, Fran­çois Cro­teau, en ex­pli­quant les mo­ti­va­tions der­rière le pro­jet.

D’oc­tobre à mai pro­chain, 50 foyers du quar­tier se­ront ac­com­pa­gnés dans une dé­marche de ré­duc­tion de leur pro­duc­tion de dé­chets au quo­ti­dien. Trois ex­pertes du zé­ro dé­chet — les blo­gueuses Laure Caillot, Amé­lie Cô­té et Mé­lis­sa de La Fon­taine — leur don­ne­ront des conseils pour chan­ger leurs ha­bi­tudes de consom­ma­tion et de ges­tion des dé­chets.

« Quoi ap­por­ter pour faire l’épi­ce­rie ? Où ache­ter des pro­duits en vrac sans em­bal­lage? Com­ment faire ses pro­duits d’en­tre­tien ? On veut ap­por­ter une aide per­son­na­li­sée et ame­ner les gens à ré­flé­chir en leur ex­pli­quant pour­quoi c’est mieux ain­si plu­tôt que juste dic­ter quoi faire », ex­plique Laure Caillot.

Les par­ti­ci­pants de­vront pe­ser chaque mois leurs or­dures et éta­blir un ob­jec­tif de ré­duc­tion à at­teindre. « Il faut vi­ser quelque chose de réa­liste. Si c’est trop de­man­dant, ça va les dé­cou­ra­ger et ils n’adop­te­ront pas de nou­velles ha­bi­tudes sur le long terme », pré­cise Mme Caillot.

Pour al­ler plus loin, des for­ma­tions et des ren­contres de groupe sont pré­vues. Les ci­toyens pour­ront aus­si par­ta­ger leurs as­tuces à tra­vers un groupe Fa­ce­book.

Et tout ça, gra­tui­te­ment… ou presque. En juin der­nier, l’ad­mi­nis­tra­tion a pré­vu dans son bud­get près de 25 000 $ pour le pro­jet. De l’ar­gent qui vient donc des poches des ci­toyens qui payent leurs taxes.

« C’est le prin­ci­pal bé­mol du pro­jet : seules 50 fa­milles vont en pro­fi­ter, alors que l’en­semble des ci­toyens paie des taxes, et donc pour ce pro­jet, sans en bé­né­fi­cier di­rec­te­ment », sou­ligne Mar­lène Hut­chin­son, char­gée de cours en en­vi­ron­ne­ment et dé­ve­lop­pe­ment du­rable à l’Uni­ver­si­té Sher­brooke.

Elle trouve tou­te­fois l’idée « avant­gar­diste » et plus ef­fi­cace que « d’en­voyer un guide sur le re­cy­clage ou le com­post, que les gens ne li­ront pas ».

« Si on ré­duit à la source nos dé­chets, c’est moins de re­cy­clage, de dé­chets et de com­post à ra­mas­ser chaque mois. À grande échelle, ça coû­te­ra moins cher pour l’ar­ron­dis­se­ment et ça per­met­tra d’in­ves­tir de l’ar­gent dans d’autres ser­vices aux ci­toyens », note pour sa part Fran­çois Cro­teau.

Pro­jet à long terme

Les in­té­res­sés ont jus­qu’au 30 sep­tembre pour dé­po­ser leur can­di­da­ture. Celles re­te­nues se­ront an­non­cées le 11 oc­tobre.

Cé­li­ba­taires, couples avec ou sans en­fant, pa­rents cé­li­ba­taires, jeunes étu­diants ou re­trai­tés : les pro­fils re­te­nus se­ront va­riés. Et au­cu­ne­ment be­soin d’être ini­tié au zé­ro dé­chet. Ce­la per­met­tra de dé­ter­mi­ner les dé­fis pour chaque type de mé­nage puisque des don­nées se­ront re­cueillies et ana­ly­sées pen­dant huit mois afin d’ajus­ter les be­soins d’en­ca­dre­ment et d’amé­lio­rer le pro­gramme.

D’ailleurs, le pro­jet-pi­lote n’a même pas com­men­cé qu’il est dé­jà voué à se ré­pé­ter et à gran­dir. « On teste le mo­dèle pour voir com­ment on peut l’amé­lio­rer, car notre in­ten­tion, c’est de le pé­ren­ni­ser en aug­men­tant le nombre de foyers ad­mis­sibles chaque an­née », af­firme M. Cro­teau.

Il ne doute au­cune mi­nute du suc­cès du pro­jet-pi­lote. Et le nombre de can­di­da­tures en une se­maine en té­moigne : plus de 300 foyers ont dé­jà rem­pli le for­mu­laire de par­ti­ci­pa­tion.

« Nos ci­toyens sont dé­jà sen­si­bi­li­sés aux en­jeux en­vi­ron­ne­men­taux, ils ont un dé­sir d’ap­por­ter leur contri­bu­tion », ajoute le maire. Il rap­pelle que Ro­se­mont-La Pe­tite-Pa­trie se place par­mi les cinq ar­ron­dis­se­ments qui com­postent le plus, en­re­gis­trant un taux de ré­cu­pé­ra­tion des ma­tières or­ga­niques de 22 % pour l’an­née 2016.

Son op­ti­misme est par­ta­gé par Laure Caillot. À son avis, l’ar­ron­dis­se­ment choi­si est « l’en­droit par ex­cel­lence à Mon­tréal » pour com­men­cer à chan­ger ses ha­bi­tudes et tendre vers le zé­ro dé­chet. «Il y a dé­jà deux épi­ce­ries zé­ro dé­chet, ça aide beau­coup pour com­men­cer. »

ANNABELLE CAILLOU LE DE­VOIR

Cé­li­ba­taires, couples avec ou sans en­fant, pa­rents cé­li­ba­taires, jeunes étu­diants ou re­trai­tés : les pro­fils re­te­nus se­ront va­riés. Et au­cu­ne­ment be­soin d’être ini­tié au zé­ro dé­chet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.