L’édu­ca­tion, une prio­ri­té pour qui ?

Le Devoir - - Idées - Syl­vie-Anne Bar­beau Conseillère pé­da­go­gique et doc­to­rante en édu­ca­tion

Alors que la pré­sente cam­pagne élec­to­rale mo­bi­lise l’élec­to­rat sur les prio­ri­tés du pro­chain gou­ver­ne­ment, l’édu­ca­tion souffre en­core de l’aus­té­ri­té bud­gé­taire im­po­sée au cours des der­nières an­nées. Sa­chant qu’un chan­ge­ment de garde au mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion en­traî­ne­ra un ré­ali­gne­ment des po­li­tiques, si ce n’est des pro­grammes ac­tuels, com­ment ap­pré­cier la per­ti­nence du coup de barre qu’au­tant de pro­messes élec­to­rales an­noncent ? Un rap­pel de la mis­sion pre­mière du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion, qui est d’as­su­rer la réus­site sco­laire de tous les élèves, per­met de mieux jau­ger les vé­ri­tables en­jeux qui de­vraient pré­va­loir dans l’opi­nion pu­blique. Rap­pe­lons éga­le­ment que cette mis­sion n’est pas une pro­messe clien­té­liste, mais un en­ga­ge­ment for­mel, noble et équi­table au­près des jeunes, de leurs pa­rents, des en­sei­gnants et de la so­cié­té en­tière, qui bé­né­fi­cie­ra d’une re­lève bien édu­quée.

En­sei­gnante dans une com­mis­sion sco­laire du Qué­bec de­puis 1991, et conseillère pé­da­go­gique de­puis 2006, doc­to­rante en édu­ca­tion, je dé­ploie toutes les res­sources dis­po­nibles pour que les élèves s’af­fran­chissent d’une édu­ca­tion de base es­sen­tielle pour vivre en­semble dans une com­mu­nau­té mul­tieth­nique et plu­ri­cul­tu­relle. J’ai pu ob­ser­ver les ré­sul­tats des coups de barre suc­ces­sifs que les gou­ver­ne­ments pré­cé­dents ont don­nés aux pra­tiques d’en­sei­gne­ment et aux modes d’ap­pren­tis­sage. Et j’ai com­pris qu’au-de­là de l’ad­mi­nis­tra­tion sco­laire et du sys­tème d’édu­ca­tion ac­tuel, dont les contraintes ont été maintes fois mé­dia­ti­sées, l’en­jeu cen­tral de l’édu­ca­tion vise da­van­tage l’ac­com­plis­se­ment de l’in­di­vi­du dans un en­vi­ron­ne­ment de plus en plus com­plexe. Toute ma car­rière, j’ai mis la pas­sion qui m’anime à étu­dier cet en­jeu qui nous en­gage tous, de la tendre en­fance à l’ado­les­cence et de l’âge adulte jus­qu’à la pleine ma­tu­ri­té, pour réa­li­ser cette hu­ma­ni­té com­mune qui nous ha­bite tous, in­dis­tinc­te­ment. Deux pistes Or, pour que cet en­ga­ge­ment for­mel du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion at­teigne sa cible — la réus­site sco­laire —, voi­ci deux pistes qui mé­ritent notre at­ten­tion :

s’as­su­rer que les en­sei­gnants ont une com­pré­hen­sion com­mune des cadres lé­gaux, no­tam­ment les cadres d’éva­lua­tion des ap­pren­tis­sages, qui sont des do­cu­ments mi­nis­té­riels mis à leur dis­po­si­tion pour pla­ni­fier les ap­pren­tis­sages et l’éva­lua­tion. J’ai consta­té que nombre d’entre eux n’en tiennent pas tou­jours compte dans leur pé­da­go­gie, ce qui fausse l’éva­lua­tion des élèves pour ju­ger leur ap­pren­tis­sage et leurs com­pé­tences ; s’as­su­rer que la for­ma­tion ini­tiale et la for­ma­tion conti­nue en édu­ca­tion sont mises à ni­veau par rap­port aux connais­sances de pointe dans le do­maine de l’en­sei­gne­ment et de l’ap­pren­tis­sage et que les pra­tiques en classe pro­fitent des avan­cées de la re­cherche scien­ti­fique.

C’est d’ailleurs dans cet es­prit que l’Ins­ti­tut na­tio­nal d’ex­cel­lence en édu­ca­tion a ré­cem­ment été lan­cé pour ins­pi­rer les fu­turs mi­nistres de l’Édu­ca­tion, une ini­tia­tive pour que l’amé­lio­ra­tion de notre sys­tème sco­laire soit éta­blie sur des faits scien­ti­fiques (« L’édu­ca­tion, une prio­ri­té à géo­mé­trie va­riable », Le De­voir, les 8 et 9 sep­tembre 2018).

Quand on sait que les pra­tiques d’en­sei­gne­ment souffrent d’in­no­va­tion, il faut se mé­fier des pro­messes, des coups d’éclat et des coups de barre qui fa­vo­risent da­van­tage le clien­té­lisme que la réus­site de nos en­fants. Va­lo­ri­sons l’édu­ca­tion en la pro­té­geant de l’aus­té­ri­té bud­gé­taire. Of­frons aux étu­diants dans ce do­maine une for­ma­tion uni­ver­si­taire ini­tiale à ni­veau avec les connais­sances ac­tuelles. En­cou­ra­geons l’ac­qui­si­tion de nou­velles connais­sances chez les en­sei­gnants grâce à la for­ma­tion conti­nue et as­su­rons-nous qu’ils les va­lident en classe afin qu’ils en bé­né­fi­cient pro­fes­sion­nel­le­ment. Et as­su­rons-nous que l’éva­lua­tion des élèves soit per­ti­nente pour leur per­mettre de mieux se connaître et d’évo­luer dans ce monde que nous leur au­rons lé­gué.

FRÉDÉRICK FLORIN AGENCE FRANCE-PRESSE

La mis­sion pre­mière du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion est d’as­su­rer la réus­site sco­laire de tous les élèves.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.