Res­to

Le Devoir - - Sommaire - JEAN-PHI­LIPPE TASTET COL­LA­BO­RA­TEUR LE DE­VOIR

Sans doute au­rais-je dû at­tendre avant de m’aven­tu­rer chez Na­ma. Sans doute ap­pâ­té par quelques com­men­taires élo­gieux lus et en­ten­dus ici et là, leur­ré par de su­perbes pho­tos sur le site de ce res­tau­rant et aveu­glé par mon amour de la cui­sine du sous-conti­nent in­dien, je croyais ce nou­veau res­tau­rant sri-lan­kais tout à fait ap­pro­prié pour une soi­rée à in­dice hu­mi­dex tor­ride.

Er­reur! Deux heures et de­mie de ques­tion­ne­ments amènent ra­re­ment une cri­tique po­si­tive. At­tendre une heure avant d’avoir des nou­velles du per­son­nel dé­bor­dé non plus. De­voir at­tendre 20 mi­nutes sup­plé­men­taires pour re­ce­voir la pre­mière pi­tance à gri­gno­ter, pas da­van­tage. Re­ce­voir des plats dif­fé­rents de ceux com­man­dés et se faire dire un sa­me­di soir en dé­but de soi­rée «Nous n’avons plus de bière» (?!), en­core moins.

Af­fa­més, on fi­nit tou­jours par com­man­der.

En de­hors de son ama­bi­li­té, le per-

son­nel sem­blait si com­plè­te­ment dé­pas­sé que nous en avons éprou­vé de la gêne toute la soi­rée. Les plats sont ar­ri­vés dans le dé­sordre et sans la moindre ex­pli­ca­tion, un peu «gar­ro­chés» sur la table. L’em­bar­ras pro­gres­sait de plat en plat.

Deux ser­vices de deux ga­lettes, l’un avec du thon frit in­fu­sé avec des oi­gnons et des pommes de terre, l’autre avec une fri­ture de fleur de ba­nane et de plan­tain vert in­fu­sé avec de l’oi­gnon.

Toutes quatre, en­ro­bées de cha­pe­lure et ser­vies avec une ver­sion sri lan­kaise du ket­chup, étaient cen­sées nous mettre en ap­pé­tit.

Dans les pe­tites au­ber­gines far­cies, la pâte d’amande écra­sait l’en­semble du plat, met­tant hors cir­cuit oi­gnons, pi­ments et noix de co­co. L’as­siette était jo­lie.

Re­gret­table hy­per­bole

Le me­nu par­lait de «gam­bas». Re­gret­table hy­per­bole. En ef­fet, soit les cre­vettes ser­vies dans ce pe­tit wok avaient beau­coup souf­fert en voyage et per­du du vo­lume, soit le four­nis­seur s’est payé la tête du pa­tron de chez Na­ma, car il s’agis­sait de cre­vettes de taille plu­tôt mai­gre­lette. Cuites dans une sauce aux to­mates très re­le­vée, elles au­raient pu être in­té­res­santes; elles n’ont été que dé­cep­tion.

Étouf­fés par l’om­ni­pré­sence de la «poudre de cur­ry mai­son», les plats de pou­let, porc et chèvre se res­sem­blaient tant que les trois as­siettes étaient au­tant de dé­con­ve­nues.

Le «Kot­tu Ro­ti» com­man­dé était au pou­let et coû­tait 22$; ce­lui ser­vi non­cha­lam­ment était à l’agneau et se­ra plus tard fac­tu­ré 30$. C’eût été anec­do­tique si le plat n’avait été si in­sup­por­ta­ble­ment re­le­vé que, même pour les ama­teurs de plats épi­cés, la chose était désa­gréable.

Huit plats plus tard, on res­sort dé­pi­tés de cette salle dé­rai­son­na­ble­ment bon­dée pour les ca­pa­ci­tés réelles de la cui­sine. Sans doute que moins de tables au­rait per­mis de ser­vir conve­na­ble­ment. Sans doute quelques (lire plu­sieurs) ajus­te­ments per­met­tront un jour de rendre cette adresse in­té­res­sante.

Na­ma­ru­pa (com­po­sé de na­ma «nom, es­prit» et ru­pa «forme, cor­po­réi­té») dé­signe dans le boud­dhisme l’illu­sion d’exis­ter comme in­di­vi­du, illu­sion qui se si­tue au qua­trième rang dans la chaîne des causes de la souf­france.

À l’heure ac­tuelle, ce Na­ma-là donne l’illu­sion d’être un res­tau­rant et est la prin­ci­pale cause de ma souf­france d’avoir dû vous en par­ler.

Na­ma ★★ $$$ 3439, rue Saint-De­nis Mon­tréal 514 461-0130 Ou­vert en soi­rée du mar­di au ven­dre­di, ain­si que le mi­di et le soir les fins de se­maine. À cinq, le re­pas au­ra coû­té 267,43$ ser­vice com­pris. J’ai prié mes amis de m’ex­cu­ser de leur avoir fait dé­pen­ser au­tant d’ar­gent pour tant de gau­che­ries. Au moins êtes-vous pré­ve­nus.

PHO­TOS MA­RIE-FRANCE COALLIER LE DE­VOIR

Nā­marū­pa (com­po­sé de nā­ma « nom, es­prit » et rū­pa, « forme, cor­po­réi­té ») dé­signe dans le boud­dhisme l’illu­sion d’exis­ter comme in­di­vi­du, illu­sion qui se si­tue au qua­trième rang dans les causes de la souf­france. À droite : un mets fa­bri­qué à par­tir de fa­rine de riz rouge et ser­vi avec du so­thee et du sam­bol.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.