Les pro­po­si­tions des par­tis po­li­tiques

Le Devoir - - Perspectives -

Coa­li­tion ave­nir Qué­bec

La CAQ veut gros­sir de 7 % les di­vi­dendes ver­sés par les so­cié­tés d’État en 2022-2023, ce qui per­met­trait à l’État d’em­po­cher 350 mil­lions de plus par an­née. Tout ce­la, grâce à des « me­sures d’éco­no­mie, de gains d’ef­fi­ca­ci­té », sans haus­ser les ta­rifs au-de­là de l’in­fla­tion ni sup­pri­mer de postes.

La CAQ juge ce­la pos­sible, no­tam­ment par l’at­tri­tion pré­vue de 5000 postes « ad­mi­nis­tra­tifs » dans la fonc­tion pu­blique, sans af­fec­ter les ser­vices.

Pour Hy­dro-Qué­bec, Fran­çois Le­gault ca­resse de grands pro­jets… condi­tion­nels à la si­gna­ture de contrats d’ex­por­ta­tion d’élec­tri­ci­té. « […] On va com­men­cer par si­gner des contrats de vente, et en­suite on lan­ce­ra des pro­jets pour pro­duire. »

S’ils se réa­lisent, ces pro­jets se­ront hy­dro­élec­triques plu­tôt qu’éo­liens, a tran­ché le chef ca­quiste, d’avis que le Qué­bec peut le mieux contri­buer à la ré­duc­tion des GES en ex­por­tant «plus d’hy­dro­élec­tri­ci­té » pour ai­der à « rem­pla­cer des cen­trales au char­bon ou au gaz chez nos voi­sins ». GUILLAUME BOURGAULT-CÔ­TÉ

Par­ti li­bé­ral du Qué­bec

Phi­lippe Couillard doute de la ca­pa­ci­té de la So­cié­té des al­cools du Qué­bec (SAQ), de Lo­to-Qué­bec et d’Hy­dro-Qué­bec à ac­croître leurs di­vi­dendes, comme le pro­met la CAQ. «On a de bonnes so­cié­tés d’État, per­for­mantes. On va tou­jours de­man­der plus d’ef­fi­cience et d’ef­forts, mais ces so­cié­tés-là ont fait beau­coup […] au cours des der­nières an­nées. [...] c’est ce que M. Le­gault ne réa­lise pas », a-t-il dit, en pré­sen­tant le cadre fi­nan­cier de son par­ti.

Le chef li­bé­ral pré­voit plu­tôt une « lé­gère amé­lio­ra­tion » des re­ve­nus de ces so­cié­tés en 2018, « non ré­cur­rente». «Le di­vi­dende d’Hy­droQué­bec est très sain — ce­lui de la SAQ éga­le­ment. Et pour la pre­mière fois, In­ves­tis­se­ment Qué­bec a ver­sé un di­vi­dende au gou­ver­ne­ment .»

Avant le dé­but de la cam­pagne élec­to­rale, M. Couillard s’était pour­tant fa­veur de l’ou­ver­ture à «une cer­taine concur­rence » dans la vente au dé­tail des vins, al­cools et spi­ri­tueux, tant qu’elle « ne re­met pas en cause l’exis­tence de la SAQ ». Il pour­ra pré­ci­ser sa pen­sée d’ici la fin de la course élec­to­rale. MAR­CO BÉ­LAIR-CI­RI­NO

Par­ti qué­bé­cois

Jus­qu’à main­te­nant, le Par­ti qué­bé­cois s’est sur­tout pro­non­cé sur la mis­sion gé­né­rale des so­cié­tés d’État, dont il sou­hai­te­rait ré­ajus­ter le tir. Le PQ s’est pro­non­cé pour un pla­fond de la ré­mu­né­ra­tion des hauts di­ri­geants des so­cié­tés d’État à 250 000 $ par an­née, soit l’équi­valent du sa­laire du pre­mier mi­nistre, au­quel s’ajou­te­raient des primes.

Pour ce qui est de la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec, le chef Jean-Fran­çois Li­sée a dit vou­loir re­don­ner à la CDPQ « sa mis­sion éco­no­mique ori­gi­nale, en in­cluant à son man­dat le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique ré­gio­nal et la pro­tec­tion des sièges so­ciaux stra­té­giques ». Plus en­core, son par­ti sou­haite « sor­tir » la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment des pa­ra­dis fis­caux en lui de­man­dant un « plan de dés­in­ves­tis­se­ment ». MA­RIE-MI­CHÈLE SIOUI

Qué­bec so­li­daire

Qué­bec so­li­daire veut re­voir le rôle de la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec (CDPQ) pour fa­vo­ri­ser le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique en consa­crant plus de 5 % de ses pla­ce­ments à des ini­tia­tives de tran­si­tion éco­lo­gique comme l’élec­tri­fi­ca­tion des tran­sports. Cet ap­port de la CDPQ ré­par­ti­ra sur plu­sieurs par­te­naires le coût des in­ves­tis­se­ments né­ces­saires à la tran­si­tion éco­lo­gique, pense QS. Contre toute forme de pri­va­ti­sa­tion d’Hy­droQué­bec, QS sou­haite confier le dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur éo­lien à cette so­cié­té d’État.

QS veut gar­der la SAQ dans le gi­ron pu­blic, mais re­nou­vel­ler son man­dat pour fa­vo­ri­ser les pro­duits qué­bé­cois et pour ins­tau­rer une po­li­tique na­tio­nale des al­cools du ter­roir. Les suc­cur­sales pour­raient vendre da­van­tage de pro­duits de leur ré­gion et en ré­duire les prix.

La pla­te­forme élec­to­rale de QS pro­pose aus­si « d’en­ca­drer l’usage du can­na­bis », sans spé­ci­fier qui au­ra le man­dat de vendre les pro­duits. AMÉLI PINEDA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.