Some Rap Songs ★★★★ Earl Sweat­shirt, Tan Cres­si­da / Columbia

Le Devoir - - CULTURE - Phi­lippe Re­naud

Il y a beau­coup à ab­sor­ber de ce troi­sième al­bum du rap­peur pro­dige Earl Sweat­shirt, même s’il ne dure que 25 mi­nutes. En rup­ture com­plète avec les ten­dances du rap po­pu­laire, le Ca­li­for­nien pro­pose 15 nou­velles chan­sons sans re­frains ni cou­plets, bâ­ties sur des ryth­miques de son cru, sou­vent jaz­zés et ar­ti­cu­lés au­tour d’échan­tillon­nages mar­quants. L’in­ten­tion est ma­ni­feste: se te­nir à dis­tance des ra­dios. Or, si la pro­so­die de ce­lui qu’on avait vite re­con­nu comme le plus doué des MC du col­lec­tif Odd Fu­ture est tou­jours aus­si sé­rieux et sty­lé, c’est dans les textes qu’il ex­celle et fas­cine. Son vo­ca­bu­laire, en­ri­chi par ses fré­quentes po­ly­sé­mies qui donnent des rimes aux mul­tiples sens, les thèmes du sui­cide qu’il a contem­plé, de la re­la­tion aride avec son poète de père, la pres­sion des at­tentes que les fans lui im­posent, Sweat­shirt passe au confes­sion­nal de poi­gnante ma­nière. Un disque de rap al­ter­na­tif dense, plus près de l’ar­ti­sa­nat d’un MF Doom ou d’un Dr. Oc­ta­gon que du tra­vail pru­dent et ten­dance de Fu­ture ou de Tra­vis Scott.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.