Ma­riage dans les fonds né­go­ciés en Bourse

Le Devoir - - ÉCONOMIE -

L’al­liance stra­té­gique an­non­cée cette se­maine entre RBC et Bla­ckRock vient une nou­velle fois dé­pla­cer une fron­tière tou­jours plus fluide entre l’uni­vers des fonds d’in­ves­tis­se­ment tra­di­tion­nels et ce­lui des fonds né­go­ciés en Bourse (FNB). Sur­tout, elle vient ac­cé­lé­rer cette mou­vance vers des frais de ges­tion plus té­nus.

L’an­nonce est ve­nue mar­di. RBC Ges­tion mon­diale d’ac­tifs (GMA) et Bla­ckRock Ca­na­da ont an­non­cé le re­grou­pe­ment, sous une seule marque, de leurs fa­milles de FNB of­ferts au Ca­na­da. RBC iS­hares comp­te­ra 60 mil­liards de dol­lars d’ac­tif sous ges­tion, soit les 55 mil­liards ap­por­tés par Bla­ckRock et les 5 mil­liards de RBC, pour ren­for­cer le pre­mier rang au sein de l’in­dus­trie avec une part de mar­ché de 38 %. BMO suit avec 49 mil­liards au 31 dé­cembre 2018, soit 31 % des 157 mil­liards que cu­mule l’in­dus­trie des FNB au Ca­na­da, qui compte 33 ma­nu­fac­tu­riers ou émet­teurs pro­po­sant 770 pro­duits lis­tés.

Il est ques­tion d’une al­liance stra­té­gique, les deux ins­ti­tu­tions conser­vant leur iden­ti­té propre. On com­bine l’ex­per­tise, les stra­té­gies d’in­ves­tis­se­ment et les forces de com­mer­cia­li­sa­tion de cha­cune au sein d’une fa­mille élar­gie qui contien­dra 150 FNB. Plus en dé­tail, « 106 so­lu­tions in­di­cielles li­quides, de grande qua­li­té et as­sor­ties de frais concur­ren­tiels gé­rées par Bla­ckRock Ca­na­da et 44 so­lu­tions in­di­cielles à ges­tion ac­tive et à bê­ta in­tel­ligent gé­rées par RBC GMA », peut-on lire dans le com­mu­ni­qué de la Banque Royale.

Aus­si, le plus grand ges­tion­naire de FNB au monde (Bla­ckRock) élar­git son ré­seau de dis­tri­bu­tion alors que l’un des grands ges­tion­naires d’ac­tif au Ca­na­da en­ri­chit son pi­pe­line, qui s’étend aux conseillers et cour­tiers de plein exer­cice, au cour­tage à es­compte et aux pla­te­formes de conseillers ro­bots. Avec, pour consé­quences di­rectes, un gain d’ef­fi­cience, une hausse de la li­qui­di­té et, « dans cer­tains cas, une lé­gère ré­duc­tion des frais de ges­tion ». Et tou­jours avec une re­con­nais­sance plus grande de la per­ti­nence et de la di­men­sion in­con­tour­nable des FNB au­près des in­ves­tis­seurs.

Dans un sur­vol de la tran­sac­tion, la Banque Na­tio­nale nous rap­pelle qu’en 2017, iS­hares an­non­çait un autre ma­riage, à plus pe­tite échelle, avec, cette fois, Fonds Dy­na­mique, une pro­prié­té in­di­recte de la Banque Sco­tia, per­met­tant du coup à cette banque de faire son en­trée dans l’in­dus­trie des FNB. Pour la pre­mière fois, un FNB in­ves­tis­sait di­rec­te­ment dans des fonds com­muns de pla­ce­ment gé­rés ac­ti­ve­ment, ici, par Dy­na­mique, tout en conser­vant sa struc­ture de frais de ges­tion avan­ta­geux. On parle de cinq Dy­na­mic iS­hares, Di­vi­dendes ou titres à re­ve­nu fixe, avec des frais de ges­tion an­nuels os­cil­lant entre 0,58 et 0,85 %, contre des frais va­riant entre 1,25 et 1,9 % dans la ver­sion tra­di­tion­nelle.

Pe­tit re­tour sur les FNB. Afin d’of­frir des frais de ges­tion in­fé­rieurs, par­fois de loin, à ceux des fonds d’in­ves­tis­se­ment tra­di­tion­nels, la grande ma­jo­ri­té d’entre eux pro­posent une stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment pas­sive, se conten­tant de ré­pli­quer un in­dice ou un por­te­feuille de ré­fé­rence. À l’autre bout du spectre, on re­trouve les FNB à ges­tion ac­tive, puis à ef­fet de le­vier.

Ces vé­hi­cules se dé­com­posent entre les FNB dits phy­siques et les syn­thé­tiques, ces der­niers s’en re­met­tant aux swaps et aux ins­tru­ments dé­ri­vés pour ob­te­nir l’ex­po­si­tion re­cher­chée, avec des frais de ges­tion en­core plus bas.

Au sens large, ils re­tiennent l’at­ten­tion pour le risque plus ci­blé qu’ils pro­posent, par leurs frais de ges­tion moindres et parce qu’ils sont né­go­ciés en Bourse. Ils sont ap­pré­ciés pour l’élé­ment de di­ver­si­fi­ca­tion — de titres, de sec­teurs ou de stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment — qu’ils ap­portent aux por­te­feuilles. Ces ins­tru­ments per­mettent l’ac­cès, par­fois poin­tu, à un pa­nier de titres di­ver­si­fiés pou­vant com­prendre des ac­tions, des obli­ga­tions, des de­vises ou des mar­chan­dises. Voire, aus­si, une ap­proche ci­blée en ma­tière de pla­ce­ment et de risque par­ti­cu­lier.

Afin d’of­frir des frais de ges­tion in­fé­rieurs, par­fois de loin, à ceux des fonds d’in­ves­tis­se­ment tra­di­tion­nels, la grande ma­jo­ri­té des FNB pro­posent une stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment pas­sive, se conten­tant de ré­pli­quer un in­dice ou un por­te­feuille de ré­fé­rence

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.