Qui est Ele­na Fer­rante ?

Le Devoir - - ACTUALITÉS -

Ele­na Fer­rante est le pseu­do­nyme d’une écri­vaine ita­lienne qui, dans Fran­tu­ma­glia, af­firme être née à Naples en 1943 d’une mère cou­tu­rière s’ex­pri­mant en na­po­li­tain. Se­lon une en­quête du jour­na­liste in­dé­pen­dant Clau­dio Gat­ti, pu­bliée en 2016 dans Il Sole 24, il pour­rait s’agir d’Ani­ta Ra­ja, tra­duc­trice et ja­dis di­rec­trice, aux Édi­tions E/O, d’une col­lec­tion qui pu­blia le pre­mier Fer­rante.

C’est en 1995 que sort en France son pre­mier ro­man, pu­blié, comme tous ses livres, chez Gal­li­mard, sous le titre L’amour har­ce­lant, un thril­ler fa­mi­lial au­tour de la re­la­tion mère-fille (prix Oplon­ti et prix Pro­ci­da El­sa Mo­rante). Sui­vront, neuf ans plus tard, Les jours de mon aban­don, l’his­toire d’une rup­ture conju­gale après quinze ans de ma­riage. Puis, en 2009, Pou­pée vo­lée, le drame d’une uni­ver­si­taire qui vou­lait être « une mère ir­ré­pro­chable », et Cro­nache del mal d’amore (2012, non tra­duit). De 2011 à 2014 pa­raît en Ita­lie sa té­tra­lo­gie best-sel­ler, L’amie pro­di­gieuse, ou les aven­tures d’Ele­na et Li­la, deux amies d’en­fance ayant gran­di dans les vi­lains fau­bourgs de Naples avant de connaître des des­tins op­po­sés. Gal­li­mard a pu­blié les quatre vo­lumes entre 2014 et 2018 sous les titres L’amie pro­di­gieuse, Le nou­veau nom, Celle qui fuit et celle qui reste et L’en­fant per­due.

Ele­na Fer­rante est éga­le­ment l’au­teure d’un re­cueil de nou­velles, La spiag­gia di notte (2007, non tra­duit). Son es­sai Fran­tu­ma­glia. L’écri­ture et ma vie est pa­ru en 2003 en Ita­lie (édi­tion aug­men­tée en 2016).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.