Les 100 pre­miers jours de Fran­çois Le­gault au pou­voir

La Coa­li­tion ave­nir Qué­bec peine dé­jà à rem­plir ses nom­breuses pro­messes faites en cam­pagne

Le Devoir - - PERSPECTIVES - ISA­BELLE POR­TER À QUÉ­BEC

Le gou­ver­ne­ment ca­quiste de Fran­çois Le­gault pas­sait le cap cette se­maine de ses 100 pre­miers jours au pou­voir. En cam­pagne élec­to­rale, la CAQ a for­mu­lé plu­sieurs pro­messes pour les ré­gions, ne man­quant pas de haus­ser les at­tentes. Main­te­nant que le jeune gou­ver­ne­ment a dé­pas­sé cette barre sym­bo­lique, l’heure est au bi­lan, tout en gar­dant un oeil sur les dos­siers chauds à ve­nir.

LL’ex­clu­sion de la mi­nistre Ma­rieC­han­tal Chas­sé risque de dé­pla­cer les pro­jec­teurs vers d’autres fra­gi­li­tés du gou­ver­ne­ment de la CAQ, no­tam­ment en ré­gion, où il a pris des en­ga­ge­ments très am­bi­tieux pen­dant la cam­pagne. Le mi­nistre Ma­thieu La­combe joue « sa cré­di­bi­li­té » dans « le dos­sier de l’hô­pi­tal », ton­nait cette se­maine le dé­pu­té li­bé­ral An­dré For­tin dans les pages du quo­ti­dien Le Droit, en Ou­taouais. « Il a pro­mis un nou­vel hô­pi­tal en ser­vice, en cinq ans, aux ci­toyens de l’Ou­taouais. Il se­ra là, son vrai test au cours des pro­chains mois et an­nées. »

Tout en sou­li­gnant qu’il avait fal­lu neuf ans pour do­ter la Mon­té­ré­gie d’un hô­pi­tal neuf à Vau­dreuil, le dé­pu­té li­bé­ral de Pon­tiac se de­man­dait com­ment la CAQ pour­rait faire la même chose en quatre ans de moins.

Ma­thieu La­combe ré­pète quant à lui dans les mé­dias que les li­bé­raux ont né­gli­gé l’Ou­taouais et que ça va chan­ger. Fran­çois Le­gault a d’ailleurs pro­mis en cam­pagne élec­to­rale qu’il for­me­ra un « gou­ver­ne­ment des ré­gions ». « On a be­soin d’un gou­ver­ne­ment des ré­gions. Le Par­ti li­bé­ral, au cours des der­nières an­nées, n’a pas été un gou­ver­ne­ment des ré­gions, donc je de­mande aux gens des ré­gions de vo­ter pour la CAQ. »

Au-de­là du nou­vel hô­pi­tal de l’Ou­taouais, les dos­siers en san­té risquent de rat­tra­per le nou­veau gou­ver­ne­ment un peu par­tout à tra­vers la pro­vince, no­tam­ment dans le Centre-duQué­bec. Lors de la créa­tion des CISSS et CIUSSS par Gaé­tan Bar­rette, cette ré­gion n’avait pas ai­mé qu’on l’in­tègre au CIUSSS de la Mau­ri­cie et ré­cla­mait son propre centre.

Un voeu que la CAQ a pro­mis d’exau­cer. « Le gou­ver­ne­ment li­bé­ral de Phi­lippe Couillard doit ces­ser de consi­dé­rer la ré­gion du Centre-du-Qué­bec comme une ban­lieue de la Mau­ri­cie », dé­cla­rait Fran­çois Le­gault en 2016 lors d’un pas­sage à Drum­mond­ville.

Le p.-d.g. du CIUSSS, Mar­tin Beau­mont, y voyait un re­cul, mais il vient d’être nom­mé à la tête du CHU de Qué­bec, ce qui per­met­tra au moins au gou­ver­ne­ment de nom­mer un rem­pla­çant plus co­opé­ra­tif pour at­ta­quer ce pro­jet pour le moins pé­rilleux.

Pen­dant ce temps, en Es­trie et dans le Bas-Saint-Laurent, des groupes ci­toyens très ac­tifs pressent la CAQ de dé­cen­tra­li­ser l’or­ga­ni­sa­tion des soins, tan­dis que chaque se­maine on ap­prend qu’un nou­veau bloc opé­ra­toire de ré­gion a dû ces­ser ses ac­ti­vi­tés faute de per­son­nel en nombre suf­fi­sant.

Plu­sieurs dos­siers chauds

Par contre, quand le pre­mier mi­nistre Le­gault s’adresse aux ré­gions spé­ci­fi­que­ment, il ne parle pas de san­té. Son pre­mier dis­cours au Sa­lon bleu met­tait plu­tôt l’ac­cent sur l’uni­for­mi­sa­tion de la taxe sco­laire, qui bé­né­fi­cie no­tam­ment au Sa­gue­nay–Lac-Saint-Jean et à la Mau­ri­cie. Il a aus­si mis en avant sa pro­messe de dé­pla­cer du per­son­nel des mi­nis­tères vers les ré­gions et de bran­cher tout le Qué­bec à In­ter­net haute vi­tesse d’ici la fin de son man­dat. Deux pro­messes am­bi­tieuses que d’autres gou­ver­ne­ments ont faites dans le pas­sé sans y par­ve­nir.

La nou­velle mi­nistre des Af­faires au­toch­tones, Syl­vie D’Amours, se­ra aus­si sur­veillée de près au cours des pro­chains mois. Dans un mi­lieu où la di­plo­ma­tie est cru­ciale, son ab­sence à deux ren­contres clés, cet au­tomne, n’est pas pas­sée in­aper­çue. Après avoir ra­té une réunion d’ur­gence sur les sui­cides au Nu­na­vik à la fin d’oc­tobre, Mme D’Amours ne s’est pas pré­sen­tée comme conve­nu à l’As­sem­blée po­li­tique an­nuelle de la na­tion al­gon­qui­nea­ni­chi­na­bée en dé­cembre. De quoi re­lan­cer les ques­tions concer­nant la dé­ci­sion du pre­mier mi­nistre de la nom­mer à ce mi­nis­tère alors que beau­coup la pres­sen­taient à l’Agri­cul­ture.

La CAQ va par ailleurs conti­nuer de su­bir des pres­sions en ré­gion dans le dos­sier du Re­gistre qué­bé­cois des armes à feu. Après avoir don­né de l’es­poir à ceux qui es­pé­raient s’y sous­traire, elle au­ra bien­tôt la tâche ar­due de faire ap­pli­quer les règles et d’im­po­ser des amendes avec l’en­trée en vi­gueur du re­gistre à la fin du mois.

L’autre en­jeu ré­gio­nal plus pro­blé­ma­tique est sans contre­dit l’en­vi­ron­ne­ment. Dé­jà, le gou­ver­ne­ment a dû re­ve­nir sur au moins trois grands en­ga­ge­ments à cet égard. En Abi­ti­bi, la dé­pu­tée Su­zanne Blais avait pro­mis, en cam­pagne, la te­nue d’un BAPE sur le pro­jet mi­nier Au­thier à La Motte, une pro­messe que tous les par­tis avaient faite d’ailleurs.

Ce pro­jet de mine de li­thium sus­cite beau­coup d’in­quié­tudes en Abi­ti­bi parce qu’il se­rait si­tué juste à cô­té de l’es­ker Saint-Ma­thieu-Ber­ry, une source na­tu­relle d’eau po­table qui est là-bas l’ob­jet d’une grande fier­té.

Or, cet au­tomne, celle qui a de­puis per­du son poste de mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment, Ma­rieC­han­tal Chas­sé, a fait sa­voir que la te­nue d’un BAPE n’était plus ac­quise et qu’elle pré­fé­rait re­mettre la dé­ci­sion à plus tard. Ques­tion­né à ce su­jet cette se­maine, son suc­ces­seur, Be­noit Cha­rette, a dit qu’il n’avait pas en­core pris connais­sance du dos­sier.

Tou­jours en en­vi­ron­ne­ment, le gou­ver­ne­ment est dé­jà re­ve­nu sur sa pro­messe de sus­pendre, dès son élec­tion, le chan­tier de la ligne à haute ten­sion d’Hy­dro-Qué­bec Grand-Brû­lé–Dé­ri­va­tion Saint-Sau­veur à Saint-Adol­phed’Ho­ward, dans les Lau­ren­tides. Le ca­bi­net du PM s’est jus­ti­fié en di­sant que le chan­tier était tout sim­ple­ment trop avan­cé pour in­ter­ve­nir.

Dans le même sec­teur, la CAQ n’est pas au bout de ses dé­boires dans le dos­sier des mo­to­neiges et du sen­tier Ca­ri­bou, dans le parc na­tio­nal du MontT­rem­blant. De­puis 2013, il est in­ter­dit de cir­cu­ler en mo­to­neige dans les parcs na­tio­naux, une dé­ci­sion qui a été par­ti­cu­liè­re­ment mal ac­cep­tée à Trem­blant. Après avoir pro­mis en cam­pagne de le rou­vrir aux mo­to­nei­gistes, le gou­ver­ne­ment a dû faire un pas de cô­té et re­mettre sa dé­ci­sion à plus tard. Un peu avant Noël, le mi­nistre de la Faune, Pierre Du­four, a an­non­cé que l’ac­cès se­rait per­mis de fa­çon tem­po­raire et « ex­cep­tion­nelle » cette an­née, en at­ten­dant qu’on puisse of­frir un autre tra­jet aux mo­to­nei­gistes.

Bref, entre les pres­sions ré­gio­nales sou­vent axées sur le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et l’image verte que le gou­ver­ne­ment sou­haite se don­ner, les ar­bi­trages s’an­noncent dé­li­cats. On le ver­ra no­tam­ment dans le dos­sier du pro­jet GNL au Sa­gue­nay–LacSaint-Jean.

JACQUES BOISSINOT LA PRESSE CA­NA­DIENNE

Le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault lors de la pré­sen­ta­tion de la mise à jour éco­no­mique de son gou­ver­ne­ment, en dé­cembre der­nier

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.