Deux ar­res­ta­tions pour de l’es­pion­nage à la fa­veur de la Chine

L’un des sus­pects se­rait le di­rec­teur de la fi­liale lo­cale de Hua­wei

Le Devoir - - MONDE - MI­CHEL VIATTEAU

Un homme d’af­faires chi­nois et un Po­lo­nais soup­çon­nés d’es­pion­nage en fa­veur de la Chine ont été ar­rê­tés en Po­logne, ont an­non­cé ven­dre­di de hauts res­pon­sables à Var­so­vie, des mé­dias as­su­rant que le Chi­nois était un des di­ri­geants lo­caux du géant tech­no­lo­gique Hua­wei.

Pé­kin s’est dit « très pré­oc­cu­pé » par l’ar­res­ta­tion de l’homme d’af­faires chi­nois et a ap­pe­lé Var­so­vie à ga­ran­tir les droits du sus­pect.

In­ter­ro­gé par l’AFP, Hua­wei n’a pas confir­mé si le sus­pect était bien un de ses em­ployés, di­sant sim­ple­ment « re­gar­der de près » ces in­for­ma­tions.

Hua­wei, fon­dé par un an­cien in­gé­nieur de l’ar­mée chi­noise, est dé­jà mis à l’in­dex dans plu­sieurs pays, dont les États-Unis, l’Aus­tra­lie et le Ja­pon, pour des soup­çons d’es­pion­nage po­ten­tiel. Les trois pays lui ont in­ter­dit de bâ­tir un ré­seau d’In­ter­net ul­tra­ra­pide, la 5G.

Le Po­lo­nais im­pli­qué avait dans le pas­sé tra­vaillé pour des or­ganes of­fi­ciels et était ac­tuel­le­ment conseiller de la fi­liale po­lo­naise du groupe fran­çais de té­lé­com­mu­ni­ca­tions Orange.

« Un Po­lo­nais et un Chi­nois ont été ar­rê­tés sous l’ac­cu­sa­tion d’es­pion­nage. Le Chi­nois est un homme d’af­faires tra­vaillant pour un im­por­tant groupe d’élec­tro­nique», a dé­cla­ré l’ad­joint au mi­nistre co­or­di­na­teur des ser­vices spé­ciaux Ma­ciej Wa­sik, ci­té par l’agence PAP.

Ar­rê­tés mar­di, ils sont soup­çon­nés d’avoir agi « pour le compte des ser­vices chi­nois et au dé­tri­ment de la Po­logne », a pré­ci­sé de son cô­té Sta­nis­law Za­ryn, porte-pa­role du mi­nistre co­or­di­na­teur des ser­vices spé­ciaux.

Se­lon plu­sieurs mé­dias po­lo­nais, dont la chaîne de té­lé­vi­sion pri­vée Pol­sat News et la chaîne pu­blique TVP In­fo, le sus­pect chi­nois se­rait l’un des di­rec­teurs de la fi­liale po­lo­naise du groupe géant chi­nois Hua­wei, tan­dis que le Po­lo­nais se­rait ex­pert en sé­cu­ri­té in­for­ma­tique et an­cien of­fi­cier de l’Agence de sé­cu­ri­té in­té­rieure de la Po­logne (ABW) — dont les hommes l’ont ar­rê­té.

Ce Po­lo­nais est une « per­sonne connue dans le sec­teur in­for­ma­tique », s’est bor­né à dire M. Wa­sik, pré­ci­sant que l’en­quête « avait été me­née de­puis long­temps, avec beau­coup de soin ». Se­lon M. Za­ryn, l’homme avait tra­vaillé par le pas­sé « pour plu­sieurs ins­ti­tu­tions d’État ».

Dé­fendre ses po­si­tions eu­ro­péennes

Une af­faire ju­di­ciaire im­pli­quant Hua­wei, qui ne porte pas sur de l’es­pion­nage éco­no­mique, a ré­cem­ment ébran­lé la re­la­tion entre les États-Unis et la Chine. Le 1er dé­cembre, une res­pon­sable du géant chi­nois des té­lé­coms a été ar­rê­tée au Ca­na­da à la de­mande des États-Unis.

Treize Ca­na­diens ont été dé­te­nus en Chine de­puis son ar­res­ta­tion, dont huit ont été re­mis en li­ber­té, a in­di­qué le 4 jan­vier le mi­nis­tère ca­na­dien des Af­faires étran­gères.

Hua­wei tente ac­tuel­le­ment de dé­fendre ses po­si­tions en Eu­rope et a d’ores et dé­jà si­gné des ac­cords avec plu­sieurs opé­ra­teurs en vue du dé­ploie­ment à ve­nir de la 5G.

Par­mi eux, la Po­logne fait par­tie des pays les plus ac­cueillants en la ma­tière et la fi­liale po­lo­naise de Deutsche Te­le­kom a dé­jà an­non­cé un ac­cord avec Hua­wei pour le dé­ploie­ment de son fu­tur ré­seau 5G dans le pays.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.