Mé­moires col­lec­tives et his­toire en mou­ve­ment

Pleins feux sur les cho­ré­graphes qui tirent leur ins­pi­ra­tion de leur hé­ri­tage his­to­rique et cultu­rel

Le Devoir - - RENTRÉE CULTURELLE / DANSE - MÉ­LA­NIE CARPENTIER COLLABORATRICE LE DE­VOIR

Qu’ils s’at­tachent à des épi­sodes long­temps re­lé­gués aux marges de l’his­toire ou qu’ils dé­frichent des fi­gures sym­bo­liques dans les mythes et la mé­moire col­lec­tive de leurs peuples, cette sai­son hi­ver­nale, quatre cho­ré­graphes abordent les thèmes de l’hé­ri­tage his­to­rique et de la fi­lia­tion cultu­relle.

Re­con­nu pour ses grandes fresques oni­riques et ses scé­no­gra­phies in­ouïes, Di­mi­tris Pa­paioan­nou, dans The Great Ta­mer, ex­hume des corps ar­ché­ty­paux de l’his­toire et des mythes de la ci­vi­li­sa­tion grecque pour les rac­cor­der à l’ac­tua­li­té. Il s’agit d’une pre­mière ve­nue du cho­ré­graphe et plas­ti­cien ac­cla­mé sur les scènes eu­ro­péennes, qu’on at­ten­dait avec im­pa­tience.

Après le dé­ton­nant Un­til the Lions, vu en 2017 à La To­hu avec Danse Danse, où il fai­sait sor­tir de l’ombre des per­son­nages fé­mi­nins du Ma­habha­rat, Akram Khan se

penche cette fois sur le sort des sol­dats in­diens en­rô­lés par l’Em­pire bri­tan­nique en 1914-1918. Xe­nos est un so­lo en hom­mage à ces grands ou­bliés de l’his­toire de la Pre­mière Guerre mon­diale.

Ce se­ra, par ailleurs, l’ul­time chance de voir l’élec­tri­sant dan­seur an­glo­ben­ga­li per­for­mer sur scène avant sa re­traite an­non­cée.

Pré­sen­té en juin der­nier au FTA, Win­di­go de La­ra Kra­mer fait ré­fé­rence à une créa­ture dé­mo­niaque ti­rée de la my­tho­lo­gie amé­rin­dienne. Créée à par­tir d’un pro­ces­sus do­cu­men­taire me­né par l’ar­tiste oji-crie dans la ré­serve où vi­vait sa grand­mère dans le nord de l’On­ta­rio, cette per­for­mance met­tant en scène Pe­ter James et Jas­sem Hin­di se lit comme une al­lé­go­rie de l’his­toire co­lo­niale et de ses stig­mates sur les peuples au­toch­tones.

À l’ins­tar de l’Ita­lien Ales­san­dro Sciar­ro­ni, qui trans­po­sait dé­jà le schuh­plat­tler dans un dis­po­si­tif contem­po­rain, Si­mon Mayer pro­pose à son tour une plon­gée osée et dé­ca­lée dans le folk­lore dan­sant du Ty­rol. Dans Sons of Sis­sy, le jeune cho­ré­graphe au­tri­chien for­mé chez De Keers­mae­ker traite, non sans une touche d’hu­mour, du sen­ti­ment d’ap­par­te­nance à une na­tion et à ses tra­di­tions.

Des vi­sions en­ga­gées pour l’ave­nir

L’in­fluence des avan­cées tech­no­lo­giques et du Web sur nos com­por­te­ments et nos in­ter­ac­tions s’ins­crit en fi­li­grane dans les pièces Phe­no­me­na d’Is­maël Moua­ra­ki et Deux sque­lettes de Pris­cil­la Guy et Sé­bas­tien Pro­ven­cher.

Il en va de même dans Ode to At­tempt de Jan Mar­tens, au­to­por­trait con­nec­té et évo­lu­tif de l’ar­tiste qui s’aven­ture dans un jeu sans fi­let en se lan­çant chaque soir de nou­veaux dé­fis scé­niques.

Du cô­té de Tan­gente, dans plu­sieurs pro­po­si­tions d’ar­tistes émer­gents — Amé­lie Ra­jotte, Bai­ley Eng, Alexandre Mo­rin et Le­ti­cia Ve­ra — on note une ré­cur­rence du rap­port de l’hu­main à la na­ture et aux mondes ani­mal et vé­gé­tal. Faut-il y lire une in­vi­ta­tion à ré­en­vi­sa­ger notre rap­port au vi­vant alors qu’une tran­si­tion éco­lo­gique se fait dan­ge­reu­se­ment at­tendre ?

La pen­sée queer ha­bite les per­for­mances Wor­kingOn Wor­kingOnUs d’In­de­fi­nable Folks — un col­lec­tif to­ron­tois qui sou­lève l’en­jeu des re­la­tions de pou­voir entre des corps cho­ré­gra­phiés et des corps cho­ré­gra­phiant — et Les études (Hé­ré­ries 1-7) d’An­to­ni­ja Li­ving­stone et Na­dia Lau­ro, un pro­jet in­clas­sable se dé­fi­nis­sant comme un sym­po­sium.

JEAN-LOUIS FER­NAN­DEZ

Xe­nos, un so­lo en hom­mage aux grands ou­bliés de l’his­toire de la Pre­mière Guerre mon­diale.

JULIAN MOMMERT

The Great Ta­mer ex­hume des corps et des mythes de la ci­vi­li­sa­tion grecque pour les rac­cor­der à l’ac­tua­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.