Le re­tour de Ma­ry Pop­pins (V.F. de Ma­ry Pop­pins Re­turns)

Le Devoir - - CULTURE / NOTRE SÉLECTION CINÉMA EN SALLE - Fran­çois Lé­vesque

★★

D’abord, la ques­tion qui tue: Emi­ly Blunt par­vient-elle à faire ou­blier Ju­lie An­drews dans le rôle de la plus cé­lèbre des nou­nous vo­lantes ? Pour l’es­sen­tiel, oui. Outre qu’elle n’a pas à rou­gir cô­té chant, Blunt com­pose une Ma­ry Pop­pins plus aci­du­lée, et à maints égards plus in­té­res­sante que celle d’An­drews. Chez ses par­te­naires en re­vanche, la qua­li­té va­rie. Réa­li­sé par Rob Mar­shall, le film est ca­li­bré pour évo­quer l’es­thé­tique sur­an­née tant des dé­cors construits en stu­dio que des pas­sages al­liant ani­ma­tion et prises de vue réelles de l’ori­gi­nal. Alors quoi? Alors la ma­gie n’y est pas. Cette im­pres­sion d’un pro­duit fa­bri­qué et sous-pe­sé en co­mi­té, sans doute… L’en­semble pos­sède une am­pleur ap­pré­ciable, mais à terme, celle-ci ne fait qu’exa­cer­ber la min­ceur du scé­na­rio. Entre Ma­ry Pop­pins qui sti­mule l’ima­gi­na­tion des jeunes dont elle a la charge et le père qui cherche un élu­sif (pas pour le spec­ta­teur) cer­ti­fi­cat ban­caire qui les sau­ve­rait de l’ex­pul­sion, l’in­trigue s’étire jus­qu’au dé­noue­ment at­ten­du.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.