LES VINS DE LA SE­MAINE

Le Devoir - - VIVRE / VIN -

Moins de 16 $

Terres de Mé­di­ter­ra­née 2016, Du­pé­ré Bar­ré­ra, Rous­sillon, France (15$ — 10507104)

À ce prix, votre voyage dans le sud ne vous coû­te­ra ici que des brou­tilles et vous met­tra de la broue dans l’tou­pet ! Comme si vous étiez por­té à la fois par l’albe, le mis­tral, la tra­mon­tane et j’en passe. Un rouge sec bien co­lo­ré lié par des ta­nins frui­tés et épi­cés, à la fois ju­teux et abon­dants. Pain de viande ? Miam ! (5) © ★★ 1/2

La sur­prise

Mos­ca­tel de Se­tu­bal 2012, Jo­sé Ma­ria da Fon­se­ca, Por­tu­gal (16 $ — 357996)

Le cé­page mos­ca­tel est dé­jà, au na­tu­rel, d’une si­dé­rante ex­cen­tri­ci­té de fla­veurs. Ici, un lé­ger mu­tage ne fait que ré­vé­ler plus avant sa trame ex­hi­bi­tion­niste. La robe rousse et chaude pro­met dé­jà un sub­til ran­cio, ap­puyé tour à tour par des notes douces de mar­me­lade d’orange, de miel et d’épices. Exo­tisme ga­ran­ti à ce prix ! ★★★

Le blanc

Clis­son 2013, Mus­ca­det Sèvre et Maine Clis­son, Loire, France (21,35$ — 12259992)

Le cé­page me­lon de bour­gogne en ses ter­roirs gra­ni­tiques que l’on élève en­suite lon­gue­ment en cuve donne ici l’im­pres­sion d’un ma­ra­tho­nien dont la fou­lée souple et dy­na­mique se nour­rit à même un in­épui­sable creu­set d’éner­gie. C’est tran­chant, bien sec, dense et sa­li­vant à la fois, do­té de ron­deur, d’une ap­pré­ciable lon­gueur. (5+) © ★★★

Le rouge

Vac­quey­ras Les Ch­ris­tins 2015, Fa­mille Per­rin, Rhône, France (24,25$ — 872937)

C’est que le mon­sieur est bien ha­billé avec sa re­din­gote de ta­nins souples, son épais­seur ma­ni­feste et son frui­té bien en chair. Pas très large ni pro­fond, ce cru, ha­bi­tuel­le­ment plus puis­sant et plus construit, dé­cline ici plu­tôt un vi­sage à la fois élé­gant, di­geste et d’une belle dé­fi­ni­tion d’en­semble. (5) © ★★★

Le bio

Châ­teau Mourgues du Grès Ga­lets Do­rés 2017, Cos­tières de Nîmes, France (19$ — 11095877)

Pas tout à fait un châ­teau­neuf et pas tout à fait un lan­gue­doc, bien qu’il offre la sève du pre­mier et l’es­prit gar­rigue du se­cond. Quoi qu’il en soit, ce blanc sec par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe ne s’ouvre aux sens que très len­te­ment, comme un lé­zard ta­pi sous un ga­let chaud. Pu­re­té d’ex­pres­sion, ron­deur frui­tée et longue fraî­cheur en fi­nale. (5+) © ★★★

(5) à boire d’ici cinq ans

(5+) se conserve plus de cinq ans (10+) se conserve dix ans ou plus © de­vrait sé­jour­ner en ca­rafe

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.