Deux ap­proches dif­fé­rentes pour Fe­de­rer et Woz­nia­cki

La Da­noise se pré­sente à Mel­bourne comme cham­pionne des In­ter­na­tio­naux d’Aus­tra­lie pour la pre­mière fois. Le Suisse, lui, compte six titres.

Le Devoir - - SPORTS -

Je joue du bon ten­nis. Je suis per­sua­dé que mon ad­ver­saire a be­soin d’une bonne per­for­mance [...] pour me battre. C’est tou­jours une bonne fa­çon » de voir les choses.

RO­GER FE­DE­RER

Je pense que c’est po­si­tif d’être ici en tant que cham­pionne en titre.

Je le prends comme » un dé­fi amu­sant. CA­RO­LINE WOZ­NIA­CKI

Ca­ro­line Woz­nia­cki fe­ra son en­trée en ter­rain in­con­nu aux In­ter­na­tio­naux d’Aus­tra­lie, alors qu’elle se pré­sen­te­ra en tant que cham­pionne en titre pour la pre­mière fois dans un tour­noi ma­jeur. Pour Ro­ger Fe­de­rer, ce n’est pas nou­veau.

La fi­nale fé­mi­nine l’an der­nier met­tait en ve­dette deux joueuses vi­sant leur pre­mier titre du Grand Che­lem, Woz­nia­cki te­nant tête à la pre­mière ra­quette mon­diale, Si­mo­na Ha­lep, pour le titre.

Fe­de­rer a bat­tu Ma­rin Ci­lic pour mettre la main sur le titre des In­ter­na­tio­naux d’Aus­tra­lie pour la sixième fois — rem­por­tant son 20e titre ma­jeur — et a dé­fen­du avec suc­cès le titre qu’il avait rem­por­té l’an­née pré­cé­dente, alors qu’il ef­fec­tuait un re­tour au jeu après une longue ab­sence.

À 37 ans, il sou­hai­te­rait être le pre­mier joueur à rem­por­ter sept titres en Aus­tra­lie et être le pre­mier à rem­por­ter au moins sept titres en simple lors de deux tour­nois du Grand Che­lem (il dé­tient huit titres à Wim­ble­don). De plus, il vou­drait être le pre­mier homme à rem­por­ter cinq titres ma­jeurs après ses 30 ans.

Bien sûr, il a la forte concur­rence de No­vak Djo­ko­vic, qui a rem­por­té les deux der­niers tour­nois ma­jeurs et qui vise éga­le­ment un sep­tième titre aus­tra­lien. Il y a éga­le­ment le re­tour de Ra­fael Na­dal, comme ce­lui de Ci­lic et de Alexan­der Zve­rev, qui se met­tront en tra­vers du che­min de Fe­de­rer. Mais il y a peu de chances qu’An­dy Mur­ray at­teigne la grande fi­nale. Le Bri­tan­nique sou­haite amor­cer la sai­son en terre aus­tra­lienne, mais ne sait pas com­bien de temps il peut en­core jouer à cause de dou­leurs res­sen­ties à la hanche droite, pour les­quelles il a été opé­ré. Mur­ray a an­non­cé qu’il sou­hai­tait se re­ti­rer après un der­nier tour de piste à Wim­ble­don, s’il peut se rendre aus­si loin.

Ques­tion­né di­manche sur ce qui lui per­met de conser­ver un tel ni­veau de san­té, alors qu’il a en­vi­ron cinq ans de plus que Na­dal, Djo­ko­vic et Mur­ray, les autres membres du « Big Four », Fe­de­rer a ré­pon­du qu’il com­pre­nait son corps et avait une grande équipe au­tour de lui. «De la fa­çon dont je joue, peut-être que c’est plus doux que les autres gars, a dé­cla­ré Fe­de­rer, qui est ré­pu­té pour son style éco­nome et son ma­gni­fique re­vers à une main. Je tra­vaille ex­trê­me­ment dur aus­si dans les matchs. »

Fe­de­rer, qui vise son 100e titre, amor­ce­ra sa quête face à De­nis Is­to­min, clas­sé 99e mon­dial, au Rod La­ver Are­na lun­di soir, pro­ba­ble­ment après le match de Mur­ray contre l’Es­pa­gnol Ro­ber­to Bau­tis­ta-Agut.

Un « dé­fi amu­sant » pour Woz­nia­cki

Woz­nia­cki dis­pu­te­ra le pre­mier match de la ses­sion de soi­rée face à Ali­son Van Uyt­vanck, après la séance de jour dans le stade prin­ci­pal qui met­tra en ve­dette Ma­ria Sha­ra­po­va, Na­dal et An­ge­lique Ker­ber.

« Je pense que c’est po­si­tif d’être ici en tant que cham­pionne en titre. Je le prends comme un dé­fi amu­sant, a men­tion­né Woz­nia­cki, troi­sième tête de sé­rie. Je ne peux pas croire que ça fait dé­jà un an. Ce n’est pas l’im­pres­sion que je res­sens. »

Woz­nia­cki a ré­vé­lé lors des Cham­pion­nats WTA de fin de sai­son qu’elle avait re­çu un diag­nos­tic de po­ly­ar­thrite rhu­ma­toïde. Elle a donc pas­sé une grande par­tie de la sai­son morte à se re­po­ser et à ré­cu­pé­rer pour se pré­pa­rer pour 2019.

Après sa per­cée ici l’an der­nier, elle n’a pas dé­pas­sé le qua­trième tour lors des autres tour­nois ma­jeurs, mais dit avoir l’im­pres­sion d’être ca­pable de bien frap­per la balle.

KIN CHEUN AS­SO­CIA­TED PRESS

Ca­ro­line Woz­nia­cki

MARK SCHIE­FEL­BEIN AS­SO­CIA­TED PRESS

Ro­ger Fe­de­rer

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.