Le châ­teau fort li­bé­ral tombe

La ca­quiste Joëlle Bou­tin in­flige un deuxième re­vers à Ger­trude Bourdon

Le Devoir - - LA UNE - MA­RIE-MICHELE SIOUI ISA­BELLE POR­TER À QUÉ­BEC

La Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ) s’est em­pa­rée fa­ci­le­ment lun­di soir du der­nier siège des li­bé­raux à l’est de Mon­tréal, ce­lui de Jean-Ta­lon. La dé­faite est d’au­tant plus dure pour le Par­ti li­bé­ral qu’il a dû se battre pour la deuxième place face à Qué­bec so­li­daire.

Pour la pre­mière fois de­puis sa créa­tion, en 1965, la cir­cons­crip­tion ne se­ra pas re­pré­sen­tée par un élu li­bé­ral, mais bien par la ca­quiste Joëlle Bou­tin.

Cette femme is­sue du mi­lieu éco­no­mique, ex-cheffe de ca­bi­net du mi­nistre Éric Caire, a ob­te­nu plus de 40 % des voix, loin de­vant son plus proche ad­ver­saire. Ger­trude Bourdon (PLQ) et Oli­vier Bol­duc (QS) ré­col­taient res­pec­ti­ve­ment 23 et 21 % quand ces lignes ont été écrites, après le dé­pouille­ment de 102 boîtes de scru­tin sur 158.

Au qua­trième rang, le pé­quiste Syl­vain Bar­rette a ob­te­nu 9 % des ap­puis, soit 5 points de pour­cen­tage de moins qu’aux der­nières élec­tions. Signe de l’in­té­rêt sus­ci­té par cette élec­tion, pas moins de six autres can­di­dats se par­ta­geaient le res­tant des suf­frages.

« J’ai une pe­tite im­pres­sion de dé­jà­vu », a dé­cla­ré après la vic­toire la mi­nistre Ge­ne­viève Guil­bault, qui l’avait elle-même em­por­té dans une par­tielle dans Louis-Hé­bert en 2017. « Grâce à vous, on a ac­com­pli l’im­pen­sable, on a en­fin dé­lo­gé le Par­ti li­bé­ral ! […] Fi­ni les li­bé­raux qui vous ont pris pour ac­quis. »

Un peu plus d’un an après leur ar­ri­vée au pou­voir, les ca­quistes s’im­posent en­core da­van­tage dans la ré­gion de Qué­bec. À l’ex­cep­tion de Ta­sche­reau et de Jean-Le­sage, em­por­tées par les so­li­daires l’an der­nier, 9 des 11 cir­cons­crip­tions sont dé­sor­mais en ter­ri­toire ca­quiste.

Mme Bou­tin, qui de­vient la 76e dé­pu­tée de la CAQ, a ré­pé­té pen­dant la cam­pagne qu’une « re­la­tion de confiance » s’était éta­blie entre les élec­teurs et le gou­ver­ne­ment de la CAQ. « Des gens qui vo­taient avant pour le PLQ et le PQ nous disent qu’ils sont contents du gou­ver­ne­ment », avait-elle dit en en­tre­vue au De­voir.

Les mi­nistres sur le ter­rain

Avant même le dé­voi­le­ment des ré­sul­tats, l’am­biance était à la fête au ras­sem­ble­ment des mi­li­tants de la CAQ. La piz­ze­ria où ils s’étaient réunis près de l’Uni­ver­si­té La­val était pleine à cra­quer.

De nom­breux dé­pu­tés et presque tous les mi­nistres du gou­ver­ne­ment étaient sur place, dont Ch­ris­tian Du­bé, Ma­thieu La­combe, An­drée La­fo­rest, Eric Gi­rard et Jean-Fran­çois Ro­berge.

Plu­sieurs d’entre eux avaient d’ailleurs pris part ac­ti­ve­ment à la cam­pagne en ac­com­pa­gnant la can­di­date dans son porte-à-porte les soirs et la fin de se­maine.

Dès la sor­tie des pre­miers ré­sul­tats, au­tour de 20 h 20, les cris fu­saient dans la salle alors que la can­di­date sem­blait dé­te­nir une avance plus que confor­table.

Pour Mme Bou­tin, cette vic­toire avait par ailleurs des al­lures de re­vanche puisque c’était sa deuxième cam­pagne dans Jean-Ta­lon. Il y a moins d’un an à peine, elle avait dû cé­der la vic­toire à Sé­bas­tien Proulx par quatre points de pour­cen­tage.

La sur­prise de la soi­rée est cette fois­ci ve­nue des so­li­daires, qui ont ta­lon­né les li­bé­raux pour le deuxième rang toute la soi­rée. Es­pé­rant ré­édi­ter les suc­cès de Ca­the­rine Do­rion et de Sol Za­net­ti, le par­ti avait in­ves­ti beau­coup d’éner­gie dans cette élec­tion par­tielle en es­sayant de convaincre un maxi­mum de jeunes d’al­ler vo­ter. Mais avec 21 % des ap­puis, la pro­gres­sion est mi­nime par rap­port aux ré­sul­tats de l’élec­tion gé­né­rale (19 %).

Soi­rée mo­rose au PLQ

Les li­bé­raux ont quant à eux per­du 12 points de pour­cen­tage par rap­port à l’an der­nier. Pour eux, la dé­faite dans Jean-Ta­lon avait va­leur de sym­bole à bien des égards puis­qu’elle leur a fait perdre leur re­pré­sen­ta­ti­vi­té à l’ex­té­rieur de Mon­tréal et de l’Ou­taouais.

« Ger­trude a été pour nous une can­di­date mo­dèle, qui n’a mé­na­gé au­cun ef­fort. […] Ger­trude au­rait été une dé­pu­tée ex­tra­or­di­naire pour le com­té de Jean-Ta­lon », a dé­cla­ré le chef in­té­ri­maire du PLQ, Pierre Ar­cand. « Nous sommes tout à fait cons­cients que beau­coup de tra­vail nous at­tend. Dans l’his­toire d’un par­ti politique, il est tout à fait nor­mal qu’il y ait des pé­riodes de re­cons­truc­tion », a-t-il ajou­té.

Au len­de­main du scru­tin du 1er oc­tobre 2018, le par­ti n’avait conser­vé que deux cir­cons­crip­tions à l’est de Mon­tréal. Celle de Ro­ber­val a été re­prise par la CAQ après la dé­mis­sion de l’ex-chef Phi­lippe Couillard. Ne res­tait plus que Jean-Ta­lon, mais le PLQ n’a fi­na­le­ment pu pro­té­ger ce châ­teau fort après le dé­part de l’ex-mi­nistre Sé­bas­tien Proulx.

Au ras­sem­ble­ment li­bé­ral, dans une bras­se­rie du sec­teur Sainte-Foy, les mi­li­tants ont bais­sé les yeux sur leurs chopes de bière et leurs verres de vin dès le dé­voi­le­ment des pre­miers ré­sul­tats, qui don­naient une large avance à la CAQ.

En dé­but de soi­rée, les mi­li­tants se mon­traient ner­veux, mais plus op­ti­mistes qu’ils ne l’étaient avant l’épi­sode du Pro­gramme de l’ex­pé­rience qué­bé­coise, cette ré­forme ca­quiste de l’im­mi­gra­tion

Grâce à vous, on a ac­com­pli l’im­pen­sable, on a en­fin dé­lo­gé le Par­ti li­bé­ral ! […] Fi­ni les li­bé­raux qui vous ont pris pour

» ac­quis. GE­NE­VIÈVE GUIL­BAULT

mise au ran­cart après avoir fait l’una­ni­mi­té contre elle. La forte par­ti­ci­pa­tion au vote par an­ti­ci­pa­tion (20%) leur don­nait confiance, parce qu’elle té­moigne ha­bi­tuel­le­ment de la force de la « ma­chine », de la mo­bi­li­sa­tion des mi­li­tants li­bé­raux les plus convain­cus.

Or le dé­voi­le­ment des pre­miers ré­sul­tats a tôt fait de leur don­ner tort. « C’est une si­mu­la­tion », ré­pé­tait la di­rec­trice gé­né­rale et or­ga­ni­sa­trice en chef du par­ti, Vé­ro­nyque Tremblay, en ré­fé­rence au mot qui ap­pa­rais­sait en rouge, par er­reur, sur le site Web du Di­rec­teur gé­né­ral des élec­tions. Mais ce n’était qu’un simple pro­blème tech­nique, a fait sa­voir Élec­tions Qué­bec. Mme Tremblay s’est ré­fu­giée der­rière un écran pour suivre les ré­sul­tats de près, et plu­sieurs mi­li­tants ont fait la même chose.

« On a tout don­né », avait confié plus tôt le di­rec­teur des com­mu­ni­ca­tions du par­ti, Maxime Roy. Mais ce­la n’a pas été as­sez. Quelques mi­nutes après 21 h, pen­dant que Qué­bec so­li­daire et le PLQ s’échan­geaient la deuxième place, des mi­li­tants ont mis leurs man­teaux, prêts à ren­trer à la mai­son. « On va mettre le ho­ckey » à la té­lé­vi­sion, a bla­gué un mi­li­tant. « Ça va tel­le­ment mieux, le Ca­na­dien… »

RENAUD PHI­LIPPE LE DE­VOIR

Le pre­mier mi­nistre, Fran­çois Le­gault, et la plu­part de ses mi­nistres étaient pré­sents aux cô­tés de Joëlle Bou­tin, qui est de­ve­nue la 76e dé­pu­tée de la Coa­li­tion Ave­nir Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.