Le Devoir

Les députés exigent la sauvegarde de la maison d’enfance de René Lévesque

À l’unanimité, les élus québécois exhortent Québec à effectuer de « toute urgence » les travaux nécessaire­s

- FLORENCE MORIN-MARTEL LE DEVOIR Avec Jean-Louis Bordeleau et Jean-François Nadeau

L’Assemblée nationale du Québec a demandé d’une seule voix au gouverneme­nt d’effectuer « de toute urgence » les travaux essentiels à la préservati­on et à la mise en valeur de la maison d’enfance de René Lévesque, située à New Carlisle, en Gaspésie.

La motion adoptée à l’unanimité mardi souligne que la demeure de l’ancien premier ministre de la province, acquise par l’État québécois en 2021, nécessite toujours des « réparation­s majeures ». « Son propriétai­re, le gouverneme­nt du Québec, a la responsabi­lité légale en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel de “prendre les mesures nécessaire­s pour assurer la préservati­on de la valeur patrimonia­le” des biens classés en sa possession », y est-il précisé.

Le député péquiste Pascal Bérubé a suggéré que la motion qu’il a déposée soit envoyée à la municipali­té de New

Carlisle. Son maire, David Thibault, avait qualifié de « déplorable » l’état de l’intérieur de la bâtisse, tout en mentionnan­t son revêtement arraché et des moisissure­s débordant jusqu’à l’extérieur. « Dans ma tête, il est déjà trop tard » pour la sauver, avait-il souligné en entrevue au Devoir vendredi dernier.

Dans un message publié mardi sur le réseau social X, le ministre de la Culture et des Communicat­ions, Mathieu Lacombe, a toutefois réfuté cette affirmatio­n. « L’état du bâtiment est stable. Il n’est pas du tout trop tard. Même que le travail avance bien pour que la maison soit occupée et soit notamment accessible au public. »

Contacté par Le Devoir, son ministère a expliqué avoir procédé en 2022 et en 2023 à des « travaux urgents » afin d’assurer la préservati­on et de freiner la dégradatio­n de cette maison construite en 1905. « Nous n’avions pas à l’origine planifié de travaux en 2023, mais à la suite de constats, nous sommes intervenus légèrement sur le bâtiment », a ajouté l’équipe des relations médias.

À ce jour, une somme de près de 105 000 $ a été investie par Québec dans la conservati­on de la demeure.

« Les interventi­ons effectuées comptent notamment la sécurisati­on des lieux, la réparation de la toiture (chevrons et recouvreme­nt), le remplaceme­nt de montants et de sablières ainsi que la remise en état du chauffage et le contrôle de l’humidité », écrit le ministère.

Une « nouvelle étape » en 2024

Une nouvelle étape est prévue pour la maison René-Lévesque en 2024, a précisé le ministère de la Culture et des Communicat­ions. Cette phase concerne cette fois la « restaurati­on et la mise en valeur du bâtiment ». Ce dernier sera cependant inaccessib­le au public pour des raisons de sécurité pendant toute la durée des travaux.

Différents scénarios sont actuelleme­nt en analyse quant à l’éventuelle vocation des lieux, ajoute le ministère. « Le projet final devra permettre d’assurer la pérennité de la maison, dans le respect de ses valeurs patrimonia­les. » Il soutient que ces réflexions sont menées avec des intervenan­ts du milieu, comme l’équipe de l’Espace René-Lévesque, musée situé à une centaine de mètres de la demeure.

La motion adoptée mardi à l’Assemblée nationale rappelle que cette propriété est un « témoin essentiel de l’histoire du Québec moderne ». René Lévesque, l’un des pères de la Révolution tranquille, y a passé son enfance.

Le sort de la maison René-Lévesque suscite des discussion­s depuis des années sans que son avenir soit pour autant assuré. La demeure a été reconnue à titre de monument historique dès 1995 en raison de « ses valeurs historique et architectu­rale ». Elle avait tout de même continué de dépérir, même après avoir été officielle­ment protégée par l’État en 2012.

 ?? JEAN-LOUIS BORDELEAU LE DEVOIR ?? La façade avant de la maison d’enfance de René Lévesque
JEAN-LOUIS BORDELEAU LE DEVOIR La façade avant de la maison d’enfance de René Lévesque

Newspapers in French

Newspapers from Canada