Le Devoir

Les immigrants, premières victimes du ralentisse­ment économique

Pendant ce temps, les régions gardent le cap sur la croissance

- JEAN-LOUIS BORDELEAU INITIATIVE DE JOURNALISM­E LOCAL LE DEVOIR

Les immigrants souffrent plus que quiconque du ralentisse­ment économique. Leur taux de chômage a bondi dans la dernière année, tandis qu’il demeure presque inchangé pour le reste de la population québécoise. Pendant ce temps, les régions gardent le cap sur la croissance.

L’intégratio­n chaque année plus facile des immigrants sur le marché de l’emploi a pris fin en 2023. Ils font les frais de l’économie morose de l’an dernier. Le taux de chômage des immigrants permanents est passé de 4,7 % à 7,5 % en un an, tandis que celui des personnes nées au pays a seulement varié de 3,5 % à 3,7 %.

Le Québec a pourtant ajouté quelque 67 000 emplois à son inventaire dans la dernière année. Cette croissance « se compare à ce que la province a connu […] à la veille de la pandémie », selon l’Institut du Québec (ISQ), qui a publié une étude économique mercredi matin.

C’est que la population du Québec a elle aussi connu une hausse importante — un « boom démographi­que », selon l’ISQ. Près de 100 000 nouvelles personnes, presque tous de nouveaux arrivants, ont grossi les rangs des travailleu­rs québécois. La croissance de la population a ainsi dépassé la croissance de l’emploi. Et tout compte fait, le Québec compte aujourd’hui 49 000 chômeurs de plus que l’an dernier.

De ce nombre, 27 000 étaient des immigrants permanents, 13 000 des résidents temporaire­s, et 9000 des personnes nées au Canada.

« On voit augmenter le taux de chômage des permanents, sélectionn­és parce qu’ils répondent en partie au marché de l’emploi au Québec. Ça, c’est un indicateur inquiétant », explique pour Le Devoir Emna Braham, directrice générale de l’ISQ.

Ainsi, en décembre 2023, les immigrants permanents représenta­ient 31 % des chômeurs (contre 25 % en décembre 2022) et les immigrants temporaire­s comptaient pour 9 % des chômeurs (contre 4 % en décembre 2022).

Les régions grandes gagnantes

Déménager en région pourrait constituer la voie de salut des chômeurs, laisse croire l’étude de l’ISQ, car les régions aux prises avec une rareté de main-d’oeuvre aiguë tirent avec aisance leur épingle du jeu. Les Laurentide­s, Laval, mais aussi la Capitale-Nationale et le Centre-du-Québec affichent un taux d’emploi robuste qui fait obstacle aux risques de récession.

Le « coussin » de postes vacants était si élevé dans les dernières années dans ces régions que le ralentisse­ment économique a été indolore, résume Emna Braham. « Les employeurs ont rayé des offres d’emploi avant de licencier des travailleu­rs. »

Autre point positif, les salaires reprennent de la vigueur face à une inflation soutenue, note Emna Braham. « La croissance des salaires a beaucoup ralenti. Par contre, quand on en parle aux employeurs, ils sont nombreux à anticiper que les salaires vont continuer à croître plus rapidement qu’auparavant. »

Emplois de moins bonne qualité

Le taux de chômage global de 4,7 % enregistré en 2023 reste plus faible que les taux historique­s au Québec. Cette bonne performanc­e cache une réalité moins rose : le travail à temps partiel.

Bon gré mal gré, ce rythme au ralenti occupe une part toujours plus importante du monde du travail. Les nouveaux emplois en 2023 concernent presque uniquement ces horaires incomplets.

En effet, l’an dernier, environ 70 000 postes à temps partiel ont été ouverts. Au contraire, le nombre de postes à temps plein a rétréci de près de 3000. Ces deux nombres expliquent les quelque 67 000 nouveaux emplois relevés ci-haut.

La restaurati­on, l’hôtellerie et le tourisme, fortement touchés par la pandémie, sont largement responsabl­es de ces nouveaux emplois. Un signe que ces industries sont revenues à la normale.

Dur de déterminer si ces tendances vont se poursuivre en 2024, car l’afflux de travailleu­rs temporaire­s n’étant pas soumis à la même planificat­ion que celui des permanents, le marché de l’emploi dépend de plus en plus de facteurs imprévisib­les.

 ?? JACQUES NADEAU ARCHIVES LE DEVOIR ??
JACQUES NADEAU ARCHIVES LE DEVOIR
 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada