Le bon­heur est dans Le reee !

Le Droit Affaires - - Publireportage -

La plu­part des per­sonnes font ap­pel à un conseiller fi­nan­cier pour ou­vrir un REER ou un CELI alors qu’elles au­raient plu­tôt in­té­rêt à al­ler de l’avant avec une stra­té­gie REEE. En ef­fet, en plus de contri­buer aux études des en­fants, une stra­té­gie REEE bien éta­blie per­met de gé­né­rer des sommes à uti­li­ser comme bon nous semble. Le bon­heur, quoi ! Les avan­tages d’un Reee

In­ves­tir dans un REEE est avan­ta­geux, sur­tout avec les in­ci­ta­tifs gou­ver­ne­men­taux de 20 % au fé­dé­ral et de 10 % au pro­vin­cial, les­quelles as­surent un ren­de­ment de 20 à 30 %, des sub­ven­tions qui plus est, fruc­ti­fient à l’abri de l’im­pôt, tout comme le ca­pi­tal in­ves­ti. Une fois ins­crit dans un éta­blis­se­ment post­se­con­daire, le bé­né­fi­ciaire touche l’ar­gent du REEE sous forme de paie­ment d’aide aux études (PAE). Comme cette source de re­ve­nus — par­tiel­le­ment im­po­sables — pro­vient des sub­ven­tions et des in­té­rêts de pla­ce­ment, on peut dis­po­ser des co­ti­sa­tions à sa dis­cré­tion. Le temps de faire fruc­ti­fier son ar­gent est ve­nu !

don­neR au sui­vant

Gé­né­ra­le­ment, les fa­milles avec plu­sieurs en­fants in­ves­tissent un mon­tant men­suel fixe dans le ré­gime de cha­cun par sou­ci d’équi­té. Pour­tant, avec une stra­té­gie REEE, elles au­raient avan­tage à in­jec­ter un mon­tant plus im­por­tant dans le REEE de l’ai­né, le­quel se­ra le pre­mier à s’ins­crire aux études post­se­con­daires. En­suite, il s’agi­ra de payer ses études avec les sub­ven­tions et in­té­rêts gé­né­rés par son ré­gime et de ré­in­jec­ter le ca­pi­tal ac­cu­mu­lé dans ce­lui des autres en­fants afin de co­ti­ser le mon­tant an­nuel maxi­mum. Lorsque les études de tous les en­fants sont payées, pour­quoi ne pas se gâ­ter avec les fonds res­tants ?

La stRa­té­gie Reee en chiffRes

Mar­tin et Mar­tine ont deux en­fants. Jus­qu’à pré­sent, ils ont ver­sé 16 000 $ dans le ré­gime de Ma­thieu, 14 ans, et 6 000 $ pour Ma­rie, 8 ans. En co­ti­sant 2 500 $ an­nuel­le­ment pour cha­cun de leurs en­fants, ils pour­ront re­ce­voir 39 700 $ pour Ma­thieu à 18 ans avec 26 000 $ de co­ti­sa­tion, et 52 600 $ pour Ma­rie avec 31 000 $ de co­ti­sa­tion. To­tal ac­cu­mu­lé : 92 300 $. Avec une stra­té­gie REEE, les pa­rents pour­ront avoir ac­cu­mu­lé 110 900 $, soit 18 600 $ de plus avec 15 000 $ d’in­ves­tis­se­ment de moins et ré­cu­pé­rer le ca­pi­tal in­ves­ti pour fi­nan­cer d’autres pro­jets.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.