Rê­ver vert

Le Droit Affaires - - Sommaire -

À la tête du pro­jet Zi­bi, Jeff We­steinde conci­lie au quo­ti­dien l'amé­na­ge­ment ur­bain et le dé­ve­lop­pe­ment du­rable.

La te­nue dé­con­trac­tée et l’air ju­vé­nile, Jeff We­steinde n’an­nonce rien d’un mul­ti­mil­lion­naire. Pour­tant, l’homme de 52 ans qui nous re­çoit dans ses mo­destes bu­reaux du 6, rue Booth à Ot­ta­wa, di­rige un vaste chan­tier de construc­tion éva­lué à plus d’un mil­liard de dol­lars. Pen­dant que le pro­jet Place des peuples est igno­ré à Ga­ti­neau et que ce­lui des plaines Le­Bre­ton à Ot­ta­wa fait du sur­place, l’éco­quar­tier ré­si­den­tiel et com­mer­cial Zi­bi s’érige dis­crè­te­ment sur des terres an­ces­trales au­toch­tones ex­ploi­tées ja­dis par les ba­rons de l’in­dus­trie fo­res­tière Ez­ra But­ler Ed­dy et John Ru­dol­phus Booth, puis plus tard par la pa­pe­tière Dom­tar qui les ont aban­don­nées en 2007 et ven­dues en 2013.

Mais dis­crè­te­ment ne si­gni­fie pas dans l’ano­ny­mat. Quelque 250 ou­vriers, dont des tra­vailleurs au­toch­tones, sont à l’oeuvre sur le site désaf­fec­té, de nom­breuses grues s’élèvent dans le ciel, et le com­plexe O, un bâ­ti­ment de 65 uni­tés de condo­mi­nium à Ga­ti­neau, ac­cueille­ra ses pre­miers oc­cu­pants en no­vembre pro­chain. Sui­vra en

2019 le pro­jet Ka­naal, d’ins­pi­ra­tion néer­lan­daise, qui s’éten­dra le long du ca­nal Bu­cha­nan, sur l’île Chau­dière du cô­té d’Ot­ta­wa. Se­lon les prévisions, l’éco­quar­tier Zi­bi comp­te­ra d’ici 2030 plus de 5 000 ré­si­dents, des places pu­bliques, des es­pla­nades et des com­merces et im­meubles à bu­reaux pou­vant ac­cueillir 6 000 tra­vailleurs.

La mar­mite en­tre­preu­na­riale

Né en 1966 à Lon­don en On­ta­rio, Jeff We­steinde ar­rive à Ot­ta­wa à l’âge de 6 ans. À 18 ans, il quitte la ca­pi­tale du pays, ob­tient un bac­ca­lau­réat en gé­nie ci­vil de l’Uni­ver­si­té Wes­tern, puis vit 12 ans à Van­cou­ver et ailleurs au pays. De re­tour à Ot­ta­wa en 2001, l’homme d’af­faires en re­de­vient vite amou­reux. « La ré­gion est ma­gni­fique, elle n’a rien à en­vier au reste du monde », s’ex­cla­met-il dans un fran­çais im­par­fait mais très conve­nable. Père de cinq jeunes filles toutes dans la ving­taine, Jeff We­steinde est tom­bé très jeune dans la mar­mite en­tre­pre­neu­riale, ses pa­rents étant à la tête d’une im­por­tante com­pa­gnie de construc­tion qui a no­tam­ment gé­ré l’édi­fi­ca­tion du Centre hos­pi­ta­lier pour en­fants de l’Est de l’On­ta­rio. Avec son frère Jo­na­than, il fonde la com­pa­gnie Wind­mill De­ve­lop­ments qui se spé­cia­lise dans le dé­ve­lop­pe­ment im­mo­bi­lier par­tout au pays en met­tant les col­lec­ti­vi­tés et les éco­sys­tèmes au coeur de ses ac­ti­vi­tés de concep­tion et de construc­tion. Au­jourd’hui, Jeff We­steinde a quit­té Wind­mill pour se consa­crer à Zi­bi, un pro­jet qui unit les en­tre­prises Theia Part­ners, qu’il di­rige, et Dream Un­li­mi­ted en vue de l’édi­fi­ca­tion, entre les chutes Chau­dières et le pont du Por­tage, de la pre­mière com­mu­nau­té One Pla­net au Ca­na­da, une cer­ti­fi­ca­tion qui re­pose sur dix prin­cipes ( entre autres zé­ro car­bone, zé­ro dé­chets, trans­ports et ma­té­riaux du­rables, etc ) pour as­su­rer un mode de vie du­rable en uti­li­sant une juste part des res­sources de la pla­nète. En outre, il croit que 85% des dé­pla­ce­ments dans l'éco­quar­tier se fe­ront au­tre­ment qu'en au­to­mo­bile.

Sorte de Géant vert, M. We­steinde veut conci­lier amé­na­ge­ment ur­bain et dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Cet ama­teur de vé­lo qui a voya­gé par­tout sur pla­nète dit s’ins­pi­rer de ses vi­sites dans les nou­velles villes chi­noises, ain­si que de ses pé­riples eu­ro­péens à Rot­ter­dam, Ham­bourg, Co­pen­hague, Malmö, Stock­holm et ailleurs, pour ap­pli­quer à Zi­bi les meilleures pra­tiques d’amé­na­ge­ment ur­bain éco­res­pon­sable. « L’ave­nir de la pla­nète est en jeu. Il faut chan­ger la fa­çon dont les gens per­çoivent leur en­vi­ron­ne­ment et in­ter­agissent avec la pla­nète », dit-il, convain­cu et convain­cant.

Une af­faire com­plexe

L’opé­ra­tion Zi­bi n’au­ra pas été chose fa­cile. Il a fal­lu né­go­cier avec les gou­ver­ne­ments fé­dé­ral, on­ta­rien et qué­bé­cois, avec les villes d’Ot­ta­wa et de Ga­ti­neau, avec la Com­mis­sion de la ca­pi­tale na­tio­nale, dis­cu­ter avec les peuples des Pre­mières Na­tions et convaincre les pro­tec­teurs du pa­tri­moine et de l’en­vi­ron­ne­ment. Pour Jeff We­steinde, toutes les com­plexi­tés af­fron­tées au­ront eu pour ef­fet d’af­fi­ner l’idée de dé­part. « Nous avions un pro­jet et nous avons consul­té, dis­cu­té et écou­té. C’est grâce aux com­men­taires re­çus de la com­mu­nau­té que nous avons pu l’amé­lio­rer. Je n’ai pas vu ça comme des obs­tacles, mais comme un plus qui a per­mis de faire ac­cep­ter Zi­bi ». Le chan­tier n’est pas qu’une opé­ra­tion de construc­tion puisque dé­mo­li­tion, dé­con­ta­mi­na­tion et ar­chéo­lo­gie sont aus­si à l’agen­da. Des di­zaines de mil­lions de dol­lars en pro­ve­nance des pou­voirs pu­blics sont né­ces­saires pour dé­con­ta­mi­ner l’en­droit. De vieux bâ­ti­ments in­dus­triels où des di­zaines de mil­liers de Hul­lois et d’Ot­ta­viens ont oeu­vré se­ront je­tés par terre, d’autres se­ront trans­for­més en condo­mi­niums ou en com­merces. Avant d’oc­cu­per le site, des fouilles ar­chéo­lo­giques ont été faites, per­met­tant en outre de re­trou­ver les fon­da­tions de la mai­son de Ruggles Wright, fils du fon­da­teur de la ville de Hull. Un ob­ser­va­toire d’une hau­teur de 30 mètres avec as­cen­seur, fait de conte­neurs mé­tal­liques re­cy­clés, de­vrait s’éle­ver sur le site dès le prin­temps pro­chain. Ac­ces­sible gra­tui­te­ment au pu­blic, cette ins­tal­la­tion tem­po­raire fe­ra of­fice de bu­reau des ventes.

Par Jean Ga­gnon Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

PHO­TOS PA­TRICK WOODBURY, LE DROIT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.