VERS DE NOU­VEAUX SOM­METS

QUAND EST VENU LE TEMPS de sou­mettre sa can­di­da­ture au pro­gramme G7 2018, Jo­sée Proulx avoue qu’elle a hé­si­té.

Le Droit Affaires - - SOMMAIRE - par Paul Ga­bou­ry / Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Vice-pré­si­dente de Re­vê­te­ment in­dus­triel Priz­ma, Jo­sée Proulx a hé­si­té avant de se lan­cer dans l'aven­ture du G7 d'ID Ga­ti­neau. Au­jourd'hui, elle ne re­grette rien.

Choi­sie dans le groupe du G7 édi­tion 2018 de ID Ga­ti­neau, avec six autres par­ti­ci­pants, Jo­sée Proulx croyait ne pas avoir le temps pour s’im­pli­quer dans un tel pro­jet. Après seule­ment quelques se­maines, elle se dit en­chan­tée de son ex­pé­rience. « Quand mon conjoint m’a par­lé du G7, j’ai eu peur. Je ne voyais sim­ple­ment pas où j’al­lais prendre le temps que je n’avais pas. Mais j’avais beau­coup de pro­jets à ac­com­plir pour notre en­tre­prise et je me suis dit que l’ex­pé­rience al­lait m’ai­der à les réa­li­ser », ra­conte la co-pro­prié­taire et vice-pré­si­dente de Re­vê­te­ment In­dus­triel Priz­ma, une en­tre­prise ga­ti­noise de pein­ture en poudre et en li­quide qui em­ploie 16 per­sonnes.

Il faut dire que le pro­gramme élite mis de l’avant par ID Ga­ti­neau est char­gé. Il vise à pro­pul­ser sept en­tre­prises de Ga­ti­neau vers de nou­veaux som­mets, alors que les par­ti­ci­pants doivent tra­vailler sur un pro­jet de crois­sance tout au long du par­cours, en bé­né­fi­ciant de l’ex­per­tise et du sa­voir-faire en in­no­va­tion d’ID Ga­ti­neau, d’In­no-centre et de l’Uni­ver­si­té du Qué­bec en Ou­taouais. Plu­sieurs évé­ne­ments sont au pro­gramme, avec la te­nue de nom­breuses ac­ti­vi­tés de for­ma­tion, de dî­ners-confé­rences, et de ren­contres avec des ex­perts de l’in­no­va­tion et de la ges­tion de pro­jet.

For­ma­tion avec Laurent Si­mon

Dé­jà, la femme d’af­faires a pu par­ti­ci­per à une sé­rie d’ac­ti­vi­tés in­cluant une jour­née de 12 heures où les sept en­tre­pre­neurs ont pu échan­ger sur les pro­jets d’in­no­va­tion qu’ils sou­haitent réa­li­ser. Les ren­contres ont dé­jà ou­vert les portes à des dis­cus­sions avec des ex­perts, mais aus­si des en­tre­pre­neurs, qui par­tagent en­semble leurs ex­pé­riences d’af­faires. « Nous sommes là pour sept dif­fé­rentes en­tre­prises qui ont cha­cune des dé­fis. En­semble, nous avons eu la chance de voir ce que nous vou­lons réa­li­ser et nous avons dé­jà com­men­cé à échan­ger des cour­riels », ex­plique Mme Proulx. Elle dit avoir dé­jà ap­pré­cier les jour­nées de for­ma­tion pas­sées avec Laurent Si­mon, pro­fes­seur ti­tu­laire au dé­par­te­ment de l’en­tre­pre­neu­riat et de l’in­no­va­tion aux HEC Mon­tréal, qui est aus­si co­di­rec­teur du groupe Mo­saic et co­di­rec­teur scien­ti­fique de l’École en ma­na­ge­ment de la créa­tion Mon­tréal-Bar­ce­lone. Les ses­sions ont per­mis de faire le plein d’in­for­ma­tions et de tra­vailler sur l’in­no­va­tion et la ges­tion de pro­jet.

Sor­tir du contexte quo­ti­dien

« Nos en­tre­prises sont dans des sec­teurs dif­fé­rents. Il n’y a pas de pro­blèmes de concur­rence. Mais en­semble, nous sommes ca­pables de prendre le temps de sor­tir du contexte quo­ti­dien, pour dis­cu­ter d’in­no­va­tion », sou­tient Mme Proulx. Son en­tre­prise, la firme Priz­ma, est ac­tive dans dif­fé­rents sec­teurs d’ac­ti­vi­tés. Elle sou­haite faire le vi­rage 4.0, en dé­ve­lop­pant l’in­ter­face client. De plus, elle sou­haite que son en­tre­prise ob­tienne une cer­ti­fi­ca­tion ISO. Le dé­fi de trou­ver le temps a dé­sor­mais fait place au dé­fi de tout ab­sor­ber l’in­for­ma­tion et les conseils qui sont pro­di­gués tant par les com­mis­saires, les ex­perts, les confé­ren­ciers et les autres en­tre­pre­neurs qu’elle cô­toie au G7. « Quand on par­ti­cipe à un 5 à 7, c’est par­fois dif­fi­cile d’avoir des échanges ap­pro­fon­dis sur des ques­tions tou­chant nos en­tre­prises. De­puis le dé­but du G7, j’ai vrai­ment eu la chance de cô­toyer des per­sonnes qui m’ont dé­jà ap­por­té beau­coup. Chaque com­mis­saire a quelque chose à nous ap­por­ter parce que cha­cun a une ex­pé­rience dif­fé­rente. Je suis contente d’avoir pris le temps de faire des échanges qui vont m’ai­der beau­coup à ac­com­plir mes pro­jets », conclut la femme d’af­faires de Ga­ti­neau.

Jo­sée Proulx Vice-pré­si­denteRe­vê­te­ment in­dus­triel Priz­ma

— PHO­TO COURTOISIE

Pho­to prise lors d’une jour­née de for­ma­tion avec le pro­fes­seur Laurent Si­mon.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.