Des pro­messes pour la fran­co­pho­nie

Le Droit Affaires - - News - par Ethel Cô­té / Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Nous vi­vons dans une ré­gion riche et gé­né­reuse. Ré­gu­liè­re­ment, une or­ga­ni­sa­tion lance un évé­ne­ment, des par­te­naires pri­vés s’y as­so­cient, des per­sonnes y par­ti­cipent et le ré­sul­tat est un suc­cès. L’ar­gent amas­sé change la vie de cen­taines, voire de mil­liers de per­sonnes. Cette philanthropie res­pon­sable se vit ici, mais aus­si à l’échelle pla­né­taire. Si toutes les causes sont nobles, no­tons que la san­té est le pre­mier sec­teur sou­te­nu par des mil­liers d’en­tre­prises, de fon­da­tions et d’in­di­vi­dus, sui­vi de près par l’édu­ca­tion et l’agri­cul­ture et de loin par la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, les in­fra­struc­tures, les ser­vices so­ciaux ou cultu­rels et l’aide hu­ma­ni­taire. De­puis quelques se­maines, la fran­co­pho­nie ca­na­dienne ma­ni­feste pour dé­fendre ses droits. Dans la fou­lée du mou­ve­ment d’ap­pui en­vers cette fran­co­pho­nie on­ta­rienne, qué­bé­coise et ca­na­dienne, une nou­velle fa­çon de mu­tua­li­ser les ef­forts phi­lan­thro­piques pour­rait être mise en place. En s’ins­pi­rant de Cen­traide qui mo­bi­lise et sou­tient des oeuvres de bien­fai­sance lo­cales, et de « Pro­messes de dons » qui pro­pose une mo­bi­li­sa­tion in­ter­na­tio­nale pour avoir de l’im­pact, pour­rions-nous in­no­ver ? Cent soixante-dix mil­liar­daires de 21 pays s’unissent au sein de « Pro­messes de dons » pour faire une dif­fé­rence. Ces gens d’af­faires et ces fa­milles par­mi les plus riches du monde choi­sissent de re­don­ner, de leur vi­vant ou par legs tes­ta­men­taire, une par­tie de leur ri­chesse pour ai­der à ré­soudre les pro­blèmes les plus ur­gents de la so­cié­té.

Osons les « Pro­messes de dons à la fran­co­pho­nie »

Por­tant haut et fort sa langue, ses iden­ti­tés et ses cul­tures, la fran­co­pho­nie plu­rielle in­nove en ré­flé­chis­sant da­van­tage en termes de stra­té­gie afin de pro­duire un im­pact plus fort. La pro­fes­sion­na­li­sa­tion des cam­pagne de fi­nan­ce­ment se tra­duit par des ap­proches struc­tu­rantes axées sur les ré­sul­tats. Les « Pro­messes de dons à la fran­co­pho­nie » pour­raient de­ve­nir un mé­ca­nisme de mo­bi­li­sa­tion de fonds pou­vant in­ves­tir dans cette so­li­da­ri­té gran­dis­sante afin de sur­mon­ter les crises qui peuvent l’af­fai­blir. Mo­bi­li­ser les phi­lan­thropes afin de sou­te­nir cette fran­co­pho­nie est pos­sible. Les en­tre­prises d’ici et de la fran­co­pho­nie ca­na­dienne se­raient in­vi­tées à consa­crer une par­tie de leur pa­tri­moine à la pé­ren­ni­té et à la crois­sance de cette fran­co­pho­nie. Étant don­né que tous les phi­lan­thropes re­cherchent sou­vent des moyens de créer de la va­leur, en plus de fi­nan­cer des causes lo­cales qui leur tiennent à coeur, ils in­ves­ti­raient dans cette com­mu­nau­té ré­si­liente por­teuse d’ave­nir. Cette nou­velle ap­proche per­met­trait d’or­ga­ni­ser le fi­nan­ce­ment en vue de pro­duire un im­pact plus grand tout en four­nis­sant à la fran­co­pho­nie me­na­cée des res­sources com­plé­men­taires aux sec­teurs pu­blic et as­so­cia­tif. En in­ves­tis­sant dans la langue fran­çaise et la fran­co­pho­nie plu­rielle, les en­tre­prises dé­cou­vri­ront une nou­velle cause à sou­te­nir, mais aus­si tout un po­ten­tiel à ex­ploi­ter car le par­tage d’une même langue ci­mente les col­la­bo­ra­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.