AL­FRED-PLAN­TA­GE­NET À L’ÈRE DES JEUX

Le Droit Affaires - - News - par Émi­lie Pel­le­tier/ Cor­res­pon­dante ré­gio­nale

Alors que les parcs de jeux sont trop sou­vent dé­ser­tés au dé­tri­ment des jeux vi­déo, Ri­chard Mar­tin a com­pris comment te­nir les en­fants ac­tifs. Hors du com­mun et avant-gar­distes, ses struc­tures de jeux Dy­na­mo sau­ront faire plai­sir à tous les en­fants, pe­tits et grands.

Si­tué dans le can­ton d'Al­fred-Plan­ta­ge­net, dans l’Est on­ta­rien, Dy­na­mo s’af­faire à créer des struc­tures de jeux hautes en cou­leurs. Et c’est peu dire. « C’est du ja­mais vu pour la ma­jo­ri­té des gens. Nos jeux tournent, ils sont hauts, il y a beau­coup d’in­ter­ac­tions. C’est très avant-gar­diste », avance fiè­re­ment le fon­da­teur de l’en­tre­prise, Ri­chard Mar­tin.

Ori­gi­naire de Ga­ti­neau, M. Mar­tin a gran­di avec un frère at­teint de pa­ra­ly­sie cé­ré­brale sé­vère. « Si on al­lait au parc avec lui, il n’y avait rien que l’on pou­vait faire. À cer­tains en­droits, on pou­vait peut-être mon­ter le fau­teuil rou­lant sur un pa­lier, mais il n’avait ja­mais beau­coup de plai­sir », confie-t-il.

Alors qu’il ré­pa­rait dé­jà des struc­tures pour un conseil sco­laire d’Ot­ta­wa, M. Mar­tin re­mar­quait que les pa­rents et les ins­ti­tu­tions dé­pen­saient des di­zaines de mil­liers de dol­lars pour l’ins­tal­la­tion de nou­velles struc­tures de jeux, mais qu’au bout de seule­ment quelques se­maines, plus per­sonne n’y por­tait at­ten­tion.

C’est à ce mo­ment qu’une ré­vé­la­tion lui est ve­nue. « Ma vi­sion, c’était de faire des jeux com­plè­te­ment hors norme. » Pas­sion­né, il s’est en­suite lan­cé en af­faires et l’en­tre­prise Dy­na­mo est née.

Au­jourd’hui, les jeux de M. Mar­tin sont gran­dioses, amu­sants et pour tout le monde. « Beau­coup de jeux ont été créés en fonc­tion des en­fants han­di­ca­pés, pour qu’ils puissent être in­té­grés. C’est quelque chose qui m’amène une très grande joie. Tous y prennent plai­sir, les en­fants et même les pa­rents. C’est vrai­ment ex­tra­or­di­naire de voir que même pour 15 mi­nutes de leur vie, on peut leur don­ner une ex­pé­rience qui est vrai­ment unique. »

Ri­chard Mar­tin com­pare ses struc­tures à une mo­to­cy­clette. « Notre dé­fi, c’est de mon­trer que c’est du ma­té­riel sé­cu­ri­taire, adap­té aux ré­gle­men­ta­tions. »

Les struc­tures de jeux de Dy­na­mo sont dis­tri­buées dans 50 pays. 70 % d’entre elles sont conçues à Al­fred-Plan­ta­ge­net. « On uti­lise beau­coup d’en­tre­prises lo­cales, des four­nis­seurs lo­caux, à Mont­réal, à Ot­ta­wa, à Vank­leek Hill. On a vrai­ment dé­ve­lop­pé un beau ré­seau. »

Les 30 % qui res­tent sont fa­bri­qués en Co­rée du Sud. « Cer­taines des ma­chines sont très grosses et per­sonne ici ne veut in­ves­tir dans ces grosses ma­chines, as­sez fortes pour faire les jeux qu’on fait dans cer­tains mo­dèles. La Co­rée du Sud est plus avan­cée. »

Avec un tel im­pact au ni­veau mon­dial, l’en­tre­prise se doit de res­pec­ter toutes les normes de sé­cu­ri­té. Se­lon M. Mar­tin, la norme ca­na­dienne est l’une des plus dif­fi­ciles à ren­con­trer. « Donc si on fait le test né­ces­saire pour confir­mer que le jeu est conforme aux normes ca­na­diennes, les normes des autres pays sont aus­si at­teintes. » Pour preuve, M. Mar­tin in­dique que « si vous re­tour­nez voir des struc­tures ins­tal­lées dans des école il y a 20 ans, ce sont en­core au­jourd’hui les jeux les plus uti­li­sés et les plus sé­cu­ri­taires. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.