Une fête qui a tour­né au meurtre

Le Droit - - ACTUALITÉS - LOUIS-DE­NIS ÉBACHER lde­ba­cher@le­droit.com

Des in­for­ma­tions qui étaient jus­qu’ici frap­pées d’une or­don­nance de non-pu­bli­ca­tion dans une af­faire de meurtre, à Ma­ni­wa­ki, peuvent en­fin être ré­vé­lées. Le Droit en a ap­pris un peu plus sur la mort tra­gique de Bret James Je­rome, un jeune au­toch­tone abat­tu dans la rue, de­vant ses amis, le 5 juin 2016.

Une chi­cane entre jeunes fê­tards émé­chés, lors d’une soi­rée à la­quelle cer­tains n’étaient pas les bien­ve­nus, consti­tue la trame de fond du pro­cès pour le meurtre de ce jeune homme de 18 ans.

Amik McCo­ni­ni Mit­chell, au­jourd’hui âgé de 24 ans, su­bit son pro­cès de­puis un mois, au pa­lais de jus­tice de Ga­ti­neau. Il est ac­cu­sé du meurtre pré­mé­di­té de Bret James Je­rome.

Bret James Je­rome, 18 ans, a été abat­tu par balles sur la rue Car­tier, à Ma­ni­wa­ki.

Le brouillard se dis­sipe peu à peu sur ce drame im­pli­quant plu­sieurs jeunes de la com­mu­nau­té au­toch­tone de Ma­ni­wa­ki et de Ki­ti­gan Zi­bi. Outre M. McCo­ni­ni, deux autres per­sonnes sont ac­cu­sées. Il s’agit des frères Tris­tan Ste­vens Ga­gnon, 21 ans, et de Jay Axel Ste­vens, 24 ans.

L’aî­né a plai­dé cou­pable d’ho­mi­cide in­vo­lon­taire, et re­çu une peine de six ans de pé­ni­ten­cier, à la fin de l’été. L’or­don­nance de non-pu­bli­ca­tion sur la sen­tence et les faits re­liés à Jay Axel Ste­vens a été le­vée lorsque le pro­cès (de­vant ju­ry) de M. McCo­ni­ni a dé­bu­té.

Le 5 juin 2016, Tris­tan Ste­vens Ga­gnon s’est pré­sen­té à une fête, dans un ap­par­te­ment de la rue Car­tier, à Ma­ni­wa­ki. Les in­vi­tés et les hôtes l’ont mis à la porte, in­sa­tis­faits de son com­por­te­ment er­ra­tique.

Sur la route du re­tour, le jeune homme a croi­sé son frère, Jay Axel Ste­vens, au vo­lant de sa voi­ture. Le jeune frère a ra­con­té sa mésa­ven­ture à son aî­né.

L’idée leur est ve­nue de re­tour­ner sur les lieux de la soi­rée, en com­pa­gnie d’Amik McCo­ni­ni, pour ré­gler leurs comptes.

Ar­mé d’un bâ­ton, M. McCo­ni­ni a ten­té de s’in­ter­po­ser dans la fête. Le groupe de fê­tards a réus­si à re­pous­ser le trio in­dé­si­rable. Les trois jeunes ont re­brous­sé che­min, mais en pre­nant la di­rec­tion de la ré­si­dence de la grand-mère des frères Ste­vens, où une arme de chasse était en­tre­po­sée.

Émé­chés et frus­trés, les trois jeunes hommes sont re­tour­nés sur la rue Car­tier. Se­lon la dé­fense, McCo­ni­ni ne pou­vait com­prendre ce qui se pas­sait, entre autres parce qu’il était in­toxi­qué par sa prise de mé­di­ca­ments. Des en­gueu­lades ont écla­té, et Amik McCo­ni­ni a ti­ré des coups de feu dans les airs. Un des fê­tards qui ten­tait de le rai­son­ner s’est cou­ché au sol en signe de sou­mis­sion.

Se­lon la Cou­ronne, Amik McCo­ni­ni s’est re­tour­né vers la pe­tite foule, près de la ré­si­dence. À ce mo­ment, Bret James Je­rome est sor­ti du lot, et s’est di­ri­gé vers l’homme ar­mé.

Le ti­reur a fait feu à deux re­prises sur la vic­time, sous les yeux hor­ri­fiés de ses amis. Le ti­reur a ten­té de fuir. Il a ra­pi­de­ment été rat­tra­pé par la foule, et bat­tu par des amis de la vic­time.

Le groupe a gar­dé le ti­reur im­mo­bile, en at­ten­dant l’ar­ri­vée des agents de la Sû­re­té du Qué­bec.

COU­PABLE

Jay Axel Ste­vens a plai­dé cou­pable à un chef d’ac­cu­sa­tion d’ho­mi­cide in­vo­lon­taire, le 17 août der­nier. La dé­fense et le mi­nis­tère pu­blic se sont en­ten­dus pour une peine de 6 ans de pé­ni­ten­cier, pour ho­mi­cide in­vo­lon­taire.

Dans sa dé­ci­sion, dont Le Droit a ob­te­nu co­pie, le juge Da­niel W. Payette a rap­pe­lé que le jeune homme, père de fa­mille, avait peu d’an­té­cé­dents ju­di­ciaires, et qu’il avait ex­pri­mé des re­mords.

Jay Axel Ste­vens a men­tion­né, au mo­ment de plai­der cou­pable, qu’il était in­toxi­qué le soir du drame.

Sa culpa­bi­li­té est liée au fait qu’il a pro­po­sé d’al­ler cher­cher l’arme du crime chez sa grand-mère.

De son cô­té, Tris­tan Ste­vens Ga­gnon a plai­dé cou­pable à un chef de né­gli­gence cri­mi­nelle cau­sant la mort, le 11 sep­tembre der­nier. Il de­vrait connaître sa sen­tence l’hi­ver pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.