Les exemples concrets

Le Droit - - ACTUALITÉS -

Le GIEC, ce qui est triste, c’est qu’ils ont beau lan­cer des cris d’alarme, et se plaindre que les gens « or­di­naires » re­tardent à prendre conscience du dé­sastre an­non­cé de­puis une dé­cen­nie, ils n’ont pas su mettre de cô­té leur vo­ca­bu­laire de sta­tis­tiques. Les exemples concrets parlent le mieux aux gens et les mou­ve­ments et trans­hu­mances des créa­tures de Dame Na­ture de­meurent les plus par­lants. Les sa­vants pié­tinent ra­re­ment le plan­cher des vaches et c’est là que les chan­ge­ments cli­ma­tiques sont les plus per­cu­tants.

Pen­sez seule­ment à l’hi­ver der­nier où la glace des lacs et des ri­vières a mis du temps à at­teindre une épais­seur sé­cu­ri­taire pour les ac­ti­vi­tés hi­ver­nales. Des oi­seaux qu’on ne voyait ja­mais, comme le car­di­nal par exemple, plu­tôt in­té­res­sé à des ré­gions plus tem­pé­rées, vit à pré­sent au Qué­bec à l’an­née longue.

C’est par des textes, bien écrits et vi­vants, que les gens fi­ni­ront par com­prendre que la Terre est vrai­ment en pé­ril. Ce sont des jour­na­listes comme Pierre Ju­ry qui sont les meilleures per­sonnes pour ce faire. Mer­ci d’être là, sen­sible et vi­gi­lant. Na­ta­lie Ger­main, via In­ter­net

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.