L’UQO ac­cueille­ra le congrès de l’ACFAS

Le Droit - - ACTUALITÉS - JUS­TINE MER­CIER jmer­cier@le­droit.com

«Un des évé­ne­ments scien­ti­fiques les plus mé­dia­ti­sés au monde» dé­bar­que­ra à Ga­ti­neau en mai pro­chain, alors que quelque 3500 cher­cheurs et étu­diants en pro­ve­nance d’un peu par­tout dans le monde par­ti­ci­pe­ront au 87e congrès de l’As­so­cia­tion fran­co­phone pour le sa­voir (ACFAS), or­ga­ni­sé pour la toute pre­mière fois à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec en Ou­taouais (UQO).

Bien que la pro­gram­ma­tion ne soit pas en­core fi­ce­lée, les pré­pa­ra­tifs vont dé­jà bon train pour l’or­ga­ni­sa­tion de ce congrès, qui se dé­rou­le­ra du 27 au 31 mai 2019 dans les deux pa­villons ga­ti­nois de l’UQO ain­si qu’au cam­pus Ga­brielle-Roy du Cé­gep de l’Ou­taouais.

« Ac­cueillir le plus grand ras­sem­ble­ment in­ter­dis­ci­pli­naire de la fran­co­pho­nie vient avec son lot de dé­fis, a sou­li­gné la présidente de l’ACFAS, Lyne Sau­va­geau. Mettre en place l’en­semble des ser­vices pour ac­cueillir 3500 per­sonnes — cher­cheurs et cher­cheuses — pro­ve­nant d’une tren­taine de pays du­rant une se­maine, ça de­mande de la pré­pa­ra­tion, c’est un grand dé­fi lo­gis­tique. C’est un dé­fi, aus­si, fi­nan­cier et hu­main. »

Le rec­teur de l’UQO, De­nis Har­ris­son, a de son cô­té fait va­loir que l’ACFAS, avec son congrès, vient prou­ver que l’an­glais n’a pas le mo­no­pole de la science. « Quand on parle de la science, dans le monde en­tier, on dit tou­jours que la science, ça se passe en an­glais, a-t-il dit ven­dre­di en confé­rence de presse. La langue de la science, de plus en plus, dans toutes les dis­ci­plines, c’est en an­glais que ça se passe. Si on veut être in­ter­na­tio­nal, il faut maî­tri­ser cette lan­gue­là. Mais de­puis 87 ans, l’ACFAS dé­ment cette vé­ri­té parce qu’il est pos­sible aus­si de faire de la science en fran­çais, et an­née après an­née, on en fait la dé­mons­tra­tion. »

L’UQO a réuni di­vers par­te­naires pour or­ga­ni­ser cet évé­ne­ment d’en­ver­gure. C’est no­tam­ment le cas du Cé­gep de l’Ou­taouais, de Tou­risme Ou­taouais, de la Ville de Ga­ti­neau et du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion et de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur.

La Ville et le mi­nis­tère ont cha­cun of­fert une contri­bu­tion fi­nan­cière de 50 000 $ pour pré­pa­rer le congrès, qui se dé­rou­le­ra sous le thème « En­ga­ger le dia­logue sa­voirs-so­cié­té ».

Le maire de Ga­ti­neau, Maxime Ped­neaud-Jo­bin, es­time qu’il s’agit d’un in­ves­tis­se­ment qui en vaut la peine. « Le mot le dit, c’est payant pour Ga­ti­neau de mettre de l’ar­gent dans un évé­ne­ment comme ça », dit-il.

Le maire note que les re­tom­bées éco­no­miques se­ront consi­dé­rables grâce aux gens qui se­ront hé­ber­gés et qui consom­me­ront dans la ré­gion. « Et c’est un des évé­ne­ments scien­ti­fiques les plus mé­dia­ti­sés au monde, a-t-il ajou­té. Dans la fran­co­pho­nie, c’est de loin le plus grand, donc pour nous, [ça si­gni­fie] aus­si d’avoir le mot Ga­ti­neau un peu par­tout. »

La pé­riode pour sou­mettre des pro­po­si­tions pour les col­loques et les com­mu­ni­ca­tions du pro­chain Congrès de l’ACFAS est tou­jours en cours, après quoi le co­mi­té scien­ti­fique de l’or­ga­ni­sa­tion pour­ra éta­blir la pro­gram­ma­tion fi­nale.

— AR­CHIVES, LE DROIT

L’UQO ac­cueille­ra le congrès le l’ACFAS du 27 au 31 mai 2019.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.