Aus­ten Kea­ting dé­bloque à 19 ans

Le Droit - - SPORTS - JEAN-FRAN­ÇOIS PLANTE jf­plante@le­droit.com

Aus­ten Kea­ting s’ex­prime avec ai­sance après une autre soi­rée où il a ré­col­té plus d’un point dans une vic­toire de 4-1 contre les Spit­fires de Wind­sor ven­dre­di à la Place TD.

Ex­hi­bant fiè­re­ment sa dent man­quante pen­dant qu’il ré­pond aux ques­tions des mé­dias, Kea­ting, 19 ans, a l’al­lure d’un joueur de ho­ckey et montre en­fin l’as­su­rance d’un choix de pre­mière ronde. Pre­mier choix des 67’s en 2015, Kea­ting a connu sa meilleure sai­son à 17 ans alors qu’il avait ré­col­té 63 points, mais il avait été igno­ré au re­pê­chage de la LNH.

Sa pro­duc­tion a chu­té l’an­née sui­vante à 18 ans, mais à sa qua­trième sai­son dans la Ligue de l’On­ta­rio (LHO), il com­mence à rem­plir les pro­messes qui avaient pous­sé les 67’s à le re­pê­cher au pre­mier tour. En pré­pa­rant deux buts contre les Spit­fires, Kea­ting a main­te­nant 16 points en 10 matches. Il est le deuxième meilleur comp­teur de la ligue der­rière Ryan Su­zu­ki, es­poir du re­pê­chage 2019 de la LNH.

Plus mince et plus ra­pide, Kea­ting peut à nou­veau es­pé­rer d’at­ti­rer l’oeil des re­cru­teurs de la LNH.

« Aus­ten est plus ra­pide et plus en forme que l’an der­nier. Il ar­rive à battre ses ad­ver­saires de vi­tesse, ce qu’il ne fai­sait pas à ses trois pre­mières sai­sons », a avan­cé l’en­traî­neur-chef An­dré Tou­ri­gny.

Ce der­nier a eu la main heu­reuse en réunis­sant Kea­ting au vé­té­ran Tye Fel­ha­ber et à la re­crue au­tri­chienne Mar­co Ros­si il y a quatre matches.

Les 67’s ont ga­gné ces quatre matches. Fel­ha­ber, 15 points, est le troi­sième mar­queur de la ligue. Il a comp­té dans un fi­let dé­sert ven­dre­di. Et Mar­co Ros­si a main­te­nant mar­qué six buts (2 contre Wind­sor) pen­dant cette sé­quence de quatre matches.

« Pour être franc, ce match a été leur moins bon des quatre der­niers, a ajou­té Tou­ri­gny. Je ne dis pas qu’ils ont été mau­vais. C’est juste qu’ils avaient été do­mi­nants à chaque pré­sence sur la glace de­puis qu’ils ont été ras­sem­blés », clame Tou­ri­gny.

Ce trio a été res­pon­sable de trois des quatre buts des 67’s (7-3-0) contre les Spit­fires (3-4-0) et Aus­ten Kea­ting dit qu’il s’amuse comme ja­mais de­puis son en­trée dans la ligue.

PA­TI­NAGE IN­TEN­SIF D’ÉTÉ

« Les 67’s, c’est ma deuxième fa­mille. Nous avons un très bon groupe de joueurs cette an­née. Ça aide de jouer avec des amis proches. J’adore ve­nir à l’aré­na. Si j’ai pris mon en­vol cette an­née, c’est que j’ai ob­ser­vé les grandes amé­lio­ra­tions chez Tra­vis Bar­ron et Sa­sha Ch­me­levs­ki l’an der­nier. Les deux ont fi­ni par si­gner des contrats pro­fes­sion­nels. Je sa­vais que je de­vais être meilleur cette an­née. La plus grande dif­fé­rence, c’est que j’ai sui­vi une en­traî­neuse re­nom­mée dans le pa­ti­nage en puis­sance. Je me sens main­te­nant 100 % à l’aise de pou­voir battre mes ad­ver­saires de vi­tesse. Je n’avais pas cette confiance par le pas­sé. Ça fait toute la dif­fé­rence au monde », ra­conte Kea­ting.

Le # 9 des 67’s n’en re­vient pas d’avoir la chance de jouer avec Fel­ha­ber et Ros­si.

« Fel­ha­ber s’était dé­jà beau­coup amé­lio­ré l’an der­nier. Il en a re­mis une coche cette an­née. Quant à Ros­si, c’est dur d’ima­gi­ner qu’il a deux ans de moins que moi et trois de moins que Tye. C’est un joueur d’ex­cep­tion. C’est une im­mense ad­di­tion à notre équipe. »

À pré­sent qu’il mul­ti­plie les points, Kea­ting au­ra plus de fa­ci­li­té à re­te­nir l’at­ten­tion des re­cru­teurs, mais il as­sure ne pas trop y pen­ser.

« Pour le mo­ment, je pense aux suc­cès de l’équipe en pre­mier. J’ai en­core des trucs à tra­vailler. Je ne suis pas en­core as­sez bon dé­fen­si­ve­ment. »

LE GROS BUT

An­dré Tou­ri­gny n’a peut-être pas été fou du match de son gros trio, mais ce qu’il a ap­pré­cié, c’est de les voir éle­ver leur jeu d’un cran pour al­ler cher­cher le gros but au mo­ment où les Spit­fires fai­saient tout pour créer l’éga­li­té.

« Ça, c’est du lea­der­ship », pré­cise-t-il.

Ros­si a com­plé­té son match avec trois points. La re­crue Jack Quinn a aus­si ré­col­té deux points.

Kyle Mc­Do­nald a été le seul à battre le gar­dien Cé­drick An­drée, qui a réa­li­sé 21 ar­rêts pour si­gner sa qua­trième vic­toire de suite.

Il au­ra fi­na­le­ment eu le des­sus sur Mi­chael Di­pie­tro, con­si­dé­ré comme le meilleur gar­dien de la Ligue de l’On­ta­rio. À sa dé­fense, il a été bat­tu sur des tirs par­faits et une dé­via­tion. Il était au banc des siens sur le qua­trième but.

Les 67’s vont es­sayer d’éti­rer leur sé­quence vic­to­rieuse di­manche en re­ce­vant les Ot­ters d’Érié.

— MAR­TIN ROY, LE DROIT

À sa qua­trième sai­son dans la Ligue de l’On­ta­rio, Aus­ten Kea­ting a pris son en­vol. Il est le deuxième meilleur comp­teur de la ligue avec 16 points en 10 matches.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.