Shawn Me­nard, l’élu prêt à dé­battre

Le Droit - - ACTUALITÉS - SYL­VIE BRANCH sbranch@le­droit.com

C’est le dé­sir d’ap­por­ter du chan­ge­ment pour les ré­si­dents du quar­tier Ca­pi­tale, mais aus­si à l’hô­tel de ville, qui a pous­sé Shawn Me­nard à se lan­cer en po­li­tique mu­ni­ci­pale. Le nou­veau conseiller a rem­por­té l’élec­tion dans une lutte ser­rée le 22 oc­tobre der­nier.

« Je crois que la ville a be­soin d’un chan­ge­ment. Je pense que plu­sieurs des élus di­ront la même chose, que nous tra­vaillons en quelque sorte dans de vieilles tra­di­tions », sou­tient le nou­vel élu qui donne en exemple la place que les pro­mo­teurs prennent à la Ville et l’im­por­tance d’adop­ter des po­li­tiques vertes pour ai­der à la lutte aux chan­ge­ments cli­ma­tiques.

L’homme de 36 ans s’est op­po­sé aux pro­pos du maire Jim Wat­son à quelques re­prises au cours de la cam­pagne. Il n’a pas l’in­ten­tion de lais­ser ses convic­tions de cô­té lors­qu’il sié­ge­ra à la table du conseil. Il af­firme être prêt à dé­fendre ses opi­nions tout en ayant en tête les in­té­rêts de ses élec­teurs.

« Je connais le maire Wat­son de­puis quelques an­nées. Nous avons tra­vaillé pro­fes­sion­nel­le­ment en­semble par le pas­sé et je compte faire la même chose. C’est sûr qu’il y au­ra des di­ver­gences d’opi­nions, mais je pense que c’est sain. Je pense que c’est une bonne chose d’avoir des dé­bats et je pense que le maire fe­ra la même chose », confie-t-il.

Le père de fa­mille connaît bien l’ap­pa­reil mu­ni­ci­pal. Il a été vi­ce­pré­sident du co­mi­té consul­ta­tif sur les pié­tons et le tran­sport en com­mun à la Ville d’Ot­ta­wa.

Il cu­mule plu­sieurs an­nées d’ex­pé­rience au sein de dif­fé­rentes as­so­cia­tions com­mu­nau­taires en plus d’avoir tra­vaillé au sein de la fonc­tion pu­blique fé­dé­rale.

Frei­ner le « pou­voir des dé­ve­lop­peurs » à la Ville se hisse au som­met de sa liste de prio­ri­tés.

De plus, il mi­lite pour que le tran­sport en com­mun soit gra­tuit et pense que la ca­pi­tale fé­dé­rale de­vrait s’ins­pi­rer des autres villes ca­na­diennes.

« Nous de­vrions re­gar­der ce qui se fait à Cal­ga­ry et Win­ni­peg où cer­taines lignes de tran­sport en com­mun sont gra­tuites, illustre M. Me­nard. Je pense que la rue Bank se­rait une bonne place pour al­ler de l’avant. Les gens dé­laissent le tran­sport en com­mun et une ini­tia­tive de la sorte pour­rait les ra­me­ner à bord. »

Shawn Me­nard a rem­por­té 28 % du vote po­pu­laire le soir du scru­tin.

Il a ga­gné par une mince avance de 377 votes sur sa ri­vale Ch­ris­tine McAl­lis­ter. Il prend le siège du conseiller sor­tant Da­vid Cher­nu­shen­ko.

C’est en co­gnant à de nou­velles portes qu’il a pu rem­por­ter la confiance des élec­teurs, es­time le prin­ci­pal in­té­res­sé. Le tra­vail sur le ter­rain au cours de la cam­pagne a été pri­mor­dial pour lui ou­vrir les portes de l’hô­tel de ville.

« Nous avons vi­si­té plu­sieurs en­droits comme l’Uni­ver­si­té Car­le­ton où on croyait que notre plate-forme pou­vait ré­son­ner et nous avons ob­te­nu des votes de cette fa­çon », es­time-t-il.

L’Ot­ta­vien se dé­brouille dans la langue de Mo­lière, mais est loin de se qua­li­fier de bi­lingue. Il pla­ni­fie suivre des cours à la Ville afin de par­faire ses connais­sances. La culture fran­co­phone doit prendre sa place à l’hô­tel de ville, se­lon lui.

« Je crois fer­me­ment en une ville qui dé­montre toutes les cultures qui l’ha­bitent et la fran­co­pho­nie en fait par­tie, af­firme M. Me­nard. Je vais conti­nuer à pous­ser pour faire avan­cer ce dos­sier. »

RAN­GER, LE DROIT — ETIENNE

Shawn Me­nard a fait son en­trée à l’hô­tel de ville d’Ot­ta­wa en rem­por­tant son élec­tion du 22 oc­tobre der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.