Hon­neur et li­ber­té

Le Droit - - ACTUALITÉS -

Com­pa­gnon de route de Re­né Lé­vesque, Ber­nard Lan­dry a pris part à tous les com­bats des 50 der­nières an­nées. Il avait la vo­ca­tion du ser­vice pu­blic au oint même de de­ve­nir pre­mier mi­nistre. Il a su du­rer dans le mi­lieu in­grat de la po­li­tique parce qu’il a pla­cé son exis­tence sous le signe de la fi­dé­li­té à un idéal qui mé­rite bien des sa­cri­fices per­son­nels.

Si le Qué­bec a connu avec la Ré­vo­lu­tion tran­quille un for­mi­dable élan, son his­toire ne com­mence pas avec elle. Ber­nard Lan­dry a tou­jours su que la sou­ve­rai­ne­té-as­so­cia­tion ap­par­te­nait au peuple qué­bé­cois.

Au-de­là de la di­men­sion éco­no­mique, il a sou­vent rap­pe­lé que l’in­dé­pen­dance est en der­nière ins­tance une simple ques­tion d’hon­neur et de li­ber­té. M. Lan­dry était et de­meure le re­pré­sen­tant d’une concep­tion es­sen­tielle du pro­jet sou­ve­rai­niste. Il sa­vait que l’as­pi­ra­tion à cette cause ve­nait des pro­fon­deurs de notre pas­sé même si elle s’est trans­for­mée en pro­jet réa­li­sable po­li­ti­que­ment avec le Qué­bec d’au­jourd’hui.

Phi­lippe Ra­cine, Hull

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.