BROUE SOUS UNE «NOU­VELLE AD­MI­NIS­TRA­TION »

Le Droit - - ARTS & SPECTACLES - PIERRE SAINT-AR­NAUD

MONT­RÉAL — La ta­verne Chez Willie rou­vri­ra ses portes sous une nou­velle ad­mi­nis­tra­tion l’été pro­chain au Théâtre du Vieux-Ter­re­bonne.

Les au­teurs et co­mé­diens de la my­thique pièce Broue ont en ef­fet an­non­cé, ven­dre­di, que leurs bras meur­tris ten­daient la «grosse ta­blette» à un nou­veau trio pour qu’à son tour, il la porte bien haut.

«Pour nous, les au­teurs, la pé­riode de ro­dage de Broue est ter­mi­née; on peut dé­sor­mais pas­ser aux choses sé­rieuses», a dé­cla­ré sans rire Jean-Pierre Plante, dé­clen­chant l’hi­la­ri­té chez tous les autres pré­sents à l’an­nonce dans une mi­cro­bras­se­rie, signe d’une époque où il ne reste des ta­vernes — éta­blis­se­ments au­tre­fois in­ter­dits aux dames — que le nom sur cer­taines fa­çades.

Jean-Pierre Plante a en­suite dé­voi­lé l’iden­ti­té des «trois jeunes co­mé­diens de la re­lève, des ta­lents bien de chez nous qui nous ont pro­mis de battre le re­cord du nombre de re­pré­sen­ta­tions de l’équipe ori­gi­nale».

Or, Broue, dont la pre­mière a été pré­sen­tée au prin­temps de 1979, a été jouée près de 4000 fois avant que les Marc Mes­sier, Mi­chel Cô­té et Mar­cel Gau­thier ne tirent le ri­deau une der­nière fois l’an der­nier après 38 ans.

C’est donc dire que, si ja­mais ces «trois jeunes co­mé­diens de la re­lève» réus­sis­saient l’ex­ploit, Be­noît Brière, Mar­tin Drain­ville et Luc Gué­rin quit­te­raient la ta­verne à l’âge, res­pec­ti­ve­ment, de 91, 92 et 96 ans...

Aus­si sé­rieux qu’à l’ha­bi­tude, Claude Meu­nier — qui est aus­si au nombre des au­teurs avec Jean-Pierre Plante, Fran­cine Ruel, Louis Saïa et les trois co­mé­diens — a ain­si ex­pli­qué la dé­ci­sion des au­teurs de lé­guer leur pa­tri­moine théâ­tral à ces jeunes ta­lents ap­pa­rem­ment fort pro­met­teurs: «La pour­suite de Broue, c’est pas juste une ques­tion de gros sous: c’est d’abord et avant tout une ques­tion d’ar­gent.»

«Il y a aus­si la ques­tion d’ap­pro­pria­tion cultu­relle, c’est-à-dire: est-ce qu’on peut faire jouer des gars chauds et ty­pi­que­ment qué­bé­cois par n’im­porte qui?»

«La ré­ponse est oui!», a lan­cé Mi­chel Cô­té.

Broue de­meure un phé­no­mène in­édit et in­éga­lé dans le pay­sage cultu­rel qué­bé­cois.

Tout près de 3,4 mil­lions de spec­ta­teurs ont as­sis­té à cette re­pré­sen­ta­tion très co­lo­rée de dif­fé­rentes va­riantes de l’homme des ta­vernes qué­bé­cois confron­té à la fois à un ré­fé­ren­dum im­mi­nent et, sur­tout, à l’en­trée des femmes dans cet antre qui était jusque-là le der­nier re­fuge de sa mas­cu­li­ni­té.

— PAUL CHIAS­SON, LA PRESSE CA­NA­DIENNE

Les membres ori­gi­naux de Broue, Mi­chel Cote, Mar­cel Gau­thier et Marc Mes­sier, passent leurs verres de bière à Mar­tin Drain­ville, Be­noit Brière et Luc Gué­rin pour la suite des choses.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.