MYSTÈRE AU­TOUR D’UNE CROIX COM­MÉ­MO­RA­TIVE

Le mi­nis­tère des Transports a de­man­dé à la fa­mille de Roxanne Le­duc de re­ti­rer le mo­nu­ment ins­tal­lé près de la bre­telle de l’au­to­route 50

Le Droit - - LA UNE - JUS­TINE MER­CIER jmer­[email protected]­droit.com Vous ou vos proches avez be­soin d’aide ? N’hé­si­tez pas à ap­pe­ler au 1-866-AP­PELLE (277-3553).

Le mystère plane au sein du mi­nis­tère des Transports du Qué­bec (MTQ), qui n’ar­rive pas à trou­ver qui a au­to­ri­sé l’ins­tal­la­tion d’un avis de re­trait d’une croix com­mé­mo­ra­tive éri­gée près de la bre­telle de l’au­to­route 50 où Roxanne Le­duc a per­du la vie en 2016. Les pa­rents de la dis­pa­rue, qui ont fait plu­sieurs heures de route pour ve­nir cher­cher la croix ins­tal­lée en sa mé­moire, pour­ront main­te­nant la re­mettre en place.

Fin sep­tembre, un ami de Roxanne Le­duc est al­lé se re­cueillir sur les lieux où la jeune femme de 27 ans a tra­gi­que­ment per­du la vie, en sep­tembre 2016. Ce dé­cès a ré­cem­ment me­né à la pu­bli­ca­tion d’un rap­port de co­ro­ner re­com­man­dant au Centre in­té­gré de san­té et de ser­vices so­ciaux de l’Ou­taouais de re­voir le dossier, car le sui­cide de la jeune femme est sur­ve­nu après des mois d’at­tente pour un sui­vi en san­té men­tale.

En se pré­sen­tant près du mur de roches où Roxanne Le­duc s’est éteinte, l’ami de la dé­funte a vu un « avis de dé­pla­ce­ment ou de re­trait » at­ta­ché à la croix blanche éri­gée en sa mé­moire.

Cet avis por­tant l’en-tête du MTQ, da­té du 20 sep­tembre, si­gnale que les « élé­ments com­mé­mo­ra­tifs ins­tal­lés dans l’em­prise rou­tière » de­vaient être re­ti­rés en rai­son d’un « dé­lai de to­lé­rance dans l’em­prise ex­pi­ré ». Les pa­rents de Roxanne sont donc par­tis de l’Es­trie, une fin de se­maine, pour ve­nir cher­cher la croix sur la­quelle est ins­crit le pré­nom de leur fille.

La mère de la dis­pa­rue a ten­té d’ob­te­nir des in­for­ma­tions au­près du MTQ, en ap­pe­lant au 5-1-1. « La dame à qui elle a par­lé lui a dit qu’elle al­lait la rap­pe­ler, ra­conte son époux, John Le­duc. On n’a ja­mais eu de nou­velles. »

Le Droit s’est in­for­mé au­près du MTQ, qui a d’abord in­di­qué n’avoir ja­mais dé­po­sé l’avis de re­trait. « [La croix com­mé­mo­ra­tive] n’était pas un risque pour la sé­cu­ri­té des usa­gers, pré­ci­sait le MTQ. Le mi­nis­tère l’a donc lais­sée en place et n’est pas à l’ori­gine de son dé­pla­ce­ment ni même de l’avis écrit qui au­rait été ins­tal­lé sur place. »

Da­van­tage de vé­ri­fi­ca­tions ont été en­tre­prises après que Le Droit eut en­voyé au mi­nis­tère une photo de l’avis en ques­tion, trans­mise par la fa­mille Le­duc. L’avis plas­ti­fié porte une si­gna­ture, qui n’est tou­te­fois pas dé­chif­frable.

« Nous ne sommes pas en me­sure d’ex­pli­quer l’avis de dé­pla­ce­ment ou de re­trait pla­cé sur la croix, a fait sa­voir la porte-pa­role ré­gio­nale du MTQ, Ka­rine Sau­vé. Au­cune trace de cet avis n’ap­pa­raît dans les sys­tèmes de sui­vi du mi­nis­tère. Les ges­tion­naires au­to­ri­sés à si­gner ce type d’avis n’ont au­cun sou­ve­nir de cet avis, tout comme le per­son­nel du mi­nis­tère res­pon­sable de la sur­veillance de ce tron­çon [de l’au­to­route 50]. Par res­pect pour la fa­mille et les proches de Roxanne Le­duc, le mi­nis­tère ne mé­na­ge­ra pas ses ef­forts afin d’éclair­cir cette si­tua­tion. »

Le jour même, une re­pré­sen­tante du MTQ a contac­té les pa­rents de Mme Le­duc, qui ont été au­to­ri­sés à re­mettre la croix, puis­qu’elle « ne consti­tuait pas un dan­ger pour la sé­cu­ri­té des usa­gers de la route », as­sure le mi­nis­tère.

M. Le­duc a confir­mé que la croix se­ra ré­ins­tal­lée après la sai­son hi­ver­nale. Le MTQ a fait sa­voir aux pa­rents que l’une des hy­po­thèses re­pose sur l’uti­li­sa­tion non au­to­ri­sée d’un avis vierge, car le do­cu­ment est dis­po­nible sur son site In­ter­net.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.