Une dé­fen­sive tou­jours po­reuse

Le Droit - - LES SÉNATEURS - MARC BRAS­SARD mbras­[email protected]­droit.com

Chas­sez le na­tu­rel et il re­vient au ga­lop.

Ce vieux dicton illustre pas mal ce qui vient de se pas­ser ré­cem­ment chez les Sé­na­teurs d’Ottawa.

La se­maine der­nière, quand ils ont col­lé trois vic­toires de suite, ils pen­saient avoir en­fin ré­so­lu les pro­blèmes dé­fen­sifs qui fai­saient qu’ils pour­raient me­na­cer quelques re­cords de mé­dio­cri­té de la LNH, pour les buts et les lan­cers al­loués en une sai­son, s’ils main­te­naient le même rythme.

L’en­traî­neur-chef Guy Bou­cher avait vu des signes en­cou­ra­geants dans un re­vers de 4-2 contre les Ran­gers à New York, alors que son club avait ré­duit le nombre de tirs ac­cor­dés de 54 lors du match pré­cé­dent à Dal­las à 33.

Au cours de la sé­rie de vic­toires qui a sui­vi, à com­men­cer par une re­mon­tée de troi­sième pé­riode à Phi­la­del­phie, les Sé­na­teurs ont même réus­si à li­mi­ter un ad­ver­saire — les Ran­gers — à moins de 30 lan­cers, ce qu’ils n’ont fait que trois fois en 29 matches cette sai­son (trois matches qu’ils ont ga­gnés, par ailleurs).

Contre le Tri­co­lore cette se­maine, ils sont re­ve­nus au­tour de ce qui est la « nor­male » pour eux, alors que le gar­dien Craig An­der­son a fait face à 43 et 41 lan­cers dans deux dé­faites par le même poin­tage de 5-2 (un but a été comp­té dans un fi­let dé­sert jeu­di). La moyenne de tirs al­loués par les Sé­na­teurs, de loin la pire de la LNH cette sai­son, s’éta­blit à 38,1 lan­cers par match.

Leur moyenne col­lec­tive de buts al­loués s’élève à 4,10, alors qu’An­der­son (moyenne de 3,69) sauve les meubles la plu­part du temps, les mau­vais buts comme le pre­mier qu’il a don­né à Jeff Pe­try 20 se­condes après un but de Mark Stone n’ar­ri­vant pas très sou­vent.

« Je pense que la prin­ci­pale chose qu’on doit faire est de jouer avec la ron­delle un peu plus, a ana­ly­sé An­der­son jeu­di soir. Quand ils (le Ca­na­dien) avaient la ron­delle, ils fai­saient de beaux jeux, ils ap­puyaient bien la ron­delle et ils at­ta­quaient avec de la vi­tesse. Quand on avait la ron­delle, on di­rait que nous étions un peu trop sé­pa­rés. C’est dif­fi­cile de jouer comme ça. On va es­pé­rer qu’on peut re­bon­dir et jouer un peu mieux en fin de se­maine. »

Avec une bri­gade dé­fen­sive jeune, Guy Bou­cher ne semble pas trop se pré­oc­cu­per du nombre de lan­cers au­quel An­der­son doit faire face, qui risque d’être en­core éle­vé ce week-end avec la visite des Penguins et des Bruins. Dans les dé­faites contre le Ca­na­dien, il a sur­tout la­men­té le fait que son club s’est « bat­tu lui-même » en don­nant des sur­nombres mar­di au Centre Bell, tan­dis que deux buts comp­tés en peu de temps en deuxième pé­riode jeu­di ont été le ré­sul­tat de re­vi­re­ments dans leur zone.

« Les gars étaient prêts à re­bon­dir (de mar­di), ils l’ont mon­tré en pre­mière pé­riode. Dans les deux cas, on échappe le match en deuxième pé­riode en rai­son d’une mau­vaise ges­tion de la ron­delle. Peu im­porte contre qui tu joues, si tu ne gères pas bien la ron­delle, ça va re­ve­nir te han­ter. Ça nous a tués lors des deux matches », a-t-il no­té.

Les re­vi­re­ments en ques­tion ont été com­mis de un par Tom Pyatt, un vé­té­ran que Bou­cher af­fec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment en rai­son de son jeu dé­fen­sif, mais qui montre un dif­fé­ren­tiel de moins-14 cette sai­son, et par Tho­mas Cha­bot, qui a connu une soi­rée dif­fi­cile. Mais il faut dire aus­si qu’à la deuxième oc­ca­sion, Co­dy Ce­ci au­rait pu ré­pa­rer son er­reur le long de la bande en cou­vrant mieux An­drew Shaw de­vant le fi­let.

« C’est dé­ce­vant et très frus­trant », a sou­li­gné Ce­ci.

— PA­TRICK WOOD­BU­RY, LE DROIT

Le por­tier des Sé­na­teurs, Craig An­der­son, a fait face à 43 et 41 lan­cers dans deux re­vers au compte de 5-2 contre le Tri­co­lore.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.