Noël en pan­toufles Noël à paillettes

Le Droit - - ARTS - CA­THE­RINE MORASSE cmo­[email protected]­droit.com

Exit, la musique tra­di­tion­nelle. Dans Les Reines de Noël, Ri­ta Ba­ga re­ce­vra chez elle sa «fa­mille» pour un réveillon haut en cou­leur. La co­mé­die mu­si­cale nou­veau genre, ré­pliques cro­quantes et mu­si­ciens à l’ap­pui, ser­vi­ra un 24 dé­cembre d’au­tant plus fes­tif : tous les rôles y sont cam­pés par des drag queens.

Pas­ser in­aper­çue dans un ca­fé de Ga­ti­neau un mar­di ma­tin re­lève de la fic­tion pour l’au­teure et met­teure en scène des Reines de Noël. Des paillettes jus­qu’au cou et du ma­quillage comme un autre épi­derme, Ri­ta Ba­ga – l’alias de Jean-Fran­çois Gue­vre­mont –, deux cents livres et six pieds un pouce, doit bien me­su­rer près d’un pied de plus lors­qu’elle re­vêt ses ta­lons ver­ti­gi­neux et sa per­ruque bom­bée.

De jour, Jean-Fran­çois Gue­vre­mont est di­rec­teur de la pro­gram­ma­tion et des res­sources hu­maines pour Fier­té Mon­tréal. De soir, l’hé­ri­tière de Ma­do Lamotte – et sa pe­tite-fille se­lon la gé­néa­lo­gie drag – est à la fois une ani­ma­trice, chan­teuse et co­mé­dienne sur scène, et dans les coulisses, la concep­trice et pro­duc­trice d’une tren­taine de spec­tacles thé­ma­tiques. Les Reines de

Noël est le pre­mier pro­jet d’écri­ture de celle dont l’ali­bi dé­ma­quillé a long­temps écrit de la poé­sie.

Dans l’offre de spec­tacles de Noël, il s’agit aus­si du pre­mier où cette forme d’art s’adres­se­ra aux fa­milles, en­fants com­pris, par­tout au Qué­bec. La troupe fe­ra es­cale à l’au­di­to­rium Al­phonse Des­jar­dins du Cé­gep de l’Ou­taouais le sa­me­di 8 dé­cembre avant de fi­ler à Qué­bec, Sher­brooke et Rouyn-No­ran­da.

« C’est vrai­ment une co­mé­die mu­si­cale avec une his­toire de A à Z, in­dique Ri­ta. C’est un par­ty de ma­tantes. Je re­çois chez moi mes soeurs jouées par des drag queens. Il y a un échange de ca­deaux, des chi­canes de fa­mille, des re­bon­dis­se­ments… »

…Et de la musique. Ac­com­pa­gnées de quatre dan­seurs et des mu­si­ciens du groupe Wild­wood, les huit dames al­ternent entre le texte co­mique et des nu­mé­ros de chant ou de lip-sync. Le ré­per­toire est com­po­sé à moi­tié de can­tiques de Noël, à moi­tié de « tounes qué­taines ». Font par­tie du vo­let « qué­taine » des tubes de France D’Amour, Mar­tine St-Clair, Ma­rie-Chan­tal Tou­pin… « C’est un peu comme un épi­sode de Glee ; les per­son­nages parlent et sou­dain, l’or­chestre ar­rive et ça part. De fa­çon aus­si ab­surde ! »

Les drag queens, toutes des amies de Ri­ta choi­sies pour leur ta­lent en chant, danse ou théâtre, in­ter­prètent une « pa­no­plie de cli­chés de la ma­tante à Noël ». Leur ré­par­tie mor­dante qui joue dans le deuxième de­gré a été ins­pi­rée du film C’t’à ton tour, Lau­ra Ca­dieux, ti­ré du ro­man de Mi­chel Trem­blay. Les cli­chés sur scène, ceux d’une tante que tous connaissent, veulent com­battre leurs cli­chés à elles, ceux qui as­so­cient le drag à la vie noc­turne et à ses dé­rives. « C’est vrai­ment un spec­tacle fa­mi­lial. J’avais en­vie que les gens qui n’ont ja­mais vu de spec­tacle de drag viennent. C’est une bonne pre­mière ex­pé­rience : il n’y a pas de nu­mé­ros pro­vo­ca­teurs ou de choses avec les­quelles les gens se­raient in­con­for­tables », pré­cise la met­teure en scène, qui a même li­mi­té la lon­gueur des cos­tumes pour s’as­su­rer que l’ex­pé­rience reste « très class ».

« On vise tous les gens qui aiment Noël, et même si vous n’ai­mez pas Noël, je vais vous faire chan­ger d’idée ! »

L’EF­FET RUPAUL

Les Reines de Noël est une co­pro­duc­tion de Ri­ta Ba­ga avec la boîte ga­ti­noise Le­zar­tis. La même compagnie pro­pose le Fes­ti­val folk et gui­tares d’Ayl­mer, DI­VA spec­tacle hom­mage à CHER et la fête INDÉO. « On veut d’une cer­taine fa­çon dé­mo­cra­ti­ser le drag, avance la pro­duc­trice Louise Rous­seau. Et je pense qu’on ar­rive à un bon mo­ment pour le faire dé­cou­vrir, puis­qu’il y a une ou­ver­ture à ça grâce à RuPaul et son émis­sion de té­lé­vi­sion. »

RuPaul’s Drag Race met en com­pé­ti­tion des drag queens pour cou­ron­ner la « pro­chaine

su­per­star amé­ri­caine du drag », sem­blable à Ame­ri­ca’s Next Top

Mo­del de Ty­ra Banks. Long­temps po­pu­laire au sein de la communauté LGBTQ+, l’émis­sion de 10 sai­sons a re­joint un public plus large ré­cem­ment, de­puis qu’elle peut être vi­sion­née sur Net­flix. De­puis, le drag gagne en po­pu­la­ri­té. « On voit des conven­tions drag, des four­nis­seurs qui ar­rivent d’un peu par­tout… Les gens sont in­té­res­sés » syn­thé­tise Ri­ta Ba­ga. À Fier­té Mon­tréal, avance-t-elle, le spec­tacle le plus po­pu­laire est jus­te­ment ce­lui qui met en ve­dette une di­zaine de par­ti­ci­pantes à l’émis­sion de RuPaul. « On rem­plit notre parc de 18 000 per­sonnes. La veille, même si on a d’ex­cel­lents ar­tistes qué­bé­cois comme Ma­rie-Mai, il y a moins de monde. »

« Mon rêve, c’est vrai­ment que tout le monde vienne, ajoute Louise Rous­seau. J’ai vu le spec­tacle hier pour la pre­mière fois du dé­but à la fin, et c’est vrai­ment drôle ! Et ça risque de chan­ger des pers­pec­tives sur ce mé­tier-là. »

C’est vrai­ment une co­mé­die mu­si­cale avec une his­toire de A à Z.»

— Ri­ta Ba­ga

— PA­TRICK WOOD­BU­RY, LE DROIT

Le spec­tacle des Reines de Noël s’adresse aux fa­milles à un mo­ment où la so­cié­té semble s’ou­vrir aux drag queens. «Les gens sont in­té­res­sés», syn­thé­tise Ri­ta Ba­ga.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.