MON AMI WALID À GATINEAU

Le Droit - - LA UNE - CATHERINE MORASSE cmo­[email protected]­droit.com

En­fin : après une cam­pagne de so­cio­fi­nan­ce­ment qui a fait par­ler, Adib Al­kha­li­dey et Julien La­croix dé­voi­le­ront le film Mon ami Walid à Gatineau ce di­manche. Pe­tit bud­get, grosse dis­tri­bu­tion marquent leur pre­mier long-mé­trage, contre les at­tentes d’Adib Al­kha­li­dey. «On avait 70 pages de scé­na­rio, on était fi­nan­cés par le pu­blic et on al­lait tour­ner en dix jours. Quand on ap­pro­chait les ac­teurs, di­sons que ce n’était pas le pitch de vente le plus al­lé­chant!»

Le film pro­duit de A à Z par les ta­len­tueux hu­mo­ristes de la re­lève – écri­ture, jeu, réa­li­sa­tion… – dé­clen­che­ra les rires et les larmes à la salle Odys­sée dès 19 h. Et comme les deux nou­veaux ci­néastes ne font rien comme les autres, Mon ami Walid ne se­ra pas pré­sen­té au ci­né­ma, mais en salles de spec­tacles. Du même coup, le tan­dem amor­ce­ra une tour­née de 15 ar­rêts à tra­vers le Qué­bec. Une pré­sen­ta­tion et une dis­cus­sion avec les spec­ta­teurs ac­com­pa­gne­ront chaque pro­jec­tion.

Dans Mon ami Walid, An­to­nin, un simple d’es­prit, veut re­don­ner le goût de vivre à son col­lègue sui­ci­daire, Walid. « Julien et moi, c’était as­sez phé­no­mé­nal. Pen­dant l’écri­ture, quand on sor­tait des idées, je ne peux pas comp­ter le nombre de fois où l’on s’est dit :

“Oh my god, je pen­sais à la même chose !”, ra­conte Adib Al­kha­li­dey. Les deux, on avait en­vie de par­ler de quel­qu’un qui vit dans les bas­fonds de l’exis­tence, et d’ex­plo­rer ce thème à tra­vers la co­mé­die et le drame – comme on l’a vu dans la vraie vie, c’est-à-dire que même

quand ça va mal, tu ris, et quand ça va bien, tu pleures. » Comme le bud­get était pe­tit, il était im­pé­ra­tif d’avoir « un cas­ting par­fait ». À en croire la ban­dean­nonce, le pitch de vente a ral­lié à peu près tout le bot­tin du show­biz qué­bé­cois. Une tren­taine d’ar­tistes, dont des noms bien connus comme So­phie Ca­dieux, Guy Jo­doin et Laurent Pa­quin, campent les rôles « d’ex­tra­ter­restres, de bi­bittes », d’éner­gu­mènes que ren­contrent les deux pro­ta­go­nistes.

Une sorte de Pe­tit Prince, ver­sion hu­mour qué­bé­cois ? « Oui, exac­te­ment ! s’ex­clame-t-il. C’est l’une des forces du film : tous les per­son­nages sont weird, bi­zarres, par­ti­cu­liers, uniques. Mais ils sont vrai­ment, vrai­ment at­ta­chants. »

« On a été tel­le­ment chan­ceux ; la grande ma­jo­ri­té (des co­mé­diens) a dit oui tout de suite. Je pense qu’ils ont été at­ti­rés par la fo­lie du pro­jet, sou­ligne l’in­ter­prète de Walid. Tout le monde a été ex­cep­tion­nel. Le pu­blic va re­voir des ac­teurs qu’ils connaissent, mais ils vont dé­cou­vrir de nouvelles fa­cettes d’eux. C’est comme s’ils avaient tous sor­ti un pe­tit jo­ker de leur jeu de cartes ! »

L’UR­GENCE DE CRÉER

Mon ami Walid pour­ra éven­tuel­le­ment être vi­sion­né sur le web. Quant à la dif­fu­sion au ci­né­ma, le duo y tra­vaille. Adib Al­kha­li­dey ne cache pas que l’ac­cès aux grands écrans est ar­du pour les films pro­duits hors des struc­tures conven­tion­nelles. « Le pro­jet se fait étape par étape. Les stra­té­gies se sont construites au fur et à me­sure qu’on le fai­sait. »

C’est un peu par dé­bor­de­ment d’en­thou­siasme, un peu par im­pa­tience par rap­port à la len­teur des pro­ces­sus de de­mande de sub­ven­tion que les ci­néastes se sont tour­nés vers le so­cio­fi­nan­ce­ment au prin­temps 2018.

L’ob­jec­tif de 80 000 $ a été at­teint en deux mois grâce à 753 contri­bu­teurs. « Si j’at­ten­dais qu’on me donne des “go” pour réa­li­ser des pro­jets, j’al­lais réa­li­ser un pro­jet aux deux ou trois ans. Et je ne pense pas que c’est une ma­nière de construire une vie et de nour­rir son po­ten­tiel que d’at­tendre trois ans entre chaque pro­jet. (…) J’ima­gine que (Julien et moi) on sen­tait que, si on ne le fai­sait pas, on pas­sait à cô­té de nous-mêmes. »

— PHOTO COURTOISIE

Julien La­croix et Adib Al­kha­li­dey avaient en­vie d’ex­plo­rer des thèmes sombres à tra­vers la co­mé­die.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.