Fi­nies, les voies ensoleillé­es...

Le Droit - - OPINIONS - pju­[email protected]­droit.com PIERRE JU­RY

Le scru­tin de lun­di était un ré­fé­ren­dum sur Jus­tin Tru­deau, en quelque sorte. Les Ca­na­diens avaient à se pro­non­cer sur la suite des choses, après quatre an­nées de « voies ensoleillé­es »... qui se sont vrai­ment as­som­bries de­puis un an. De­puis que l’af­faire SNC-La­va­lin a écla­té, à l’au­tomne 2018, ce­la a tor­pillé les pers­pec­tives d’une ré­élec­tion fa­cile pour M. Tru­deau et son Par­ti li­bé­ral. Il a per­du 25 cir­cons­crip­tions, mais il s’est ac­cro­ché au pou­voir mal­gré tout. Il di­ri­ge­ra un gou­ver­ne­ment mi­no­ri­taire li­bé­ral.

Le pre­mier mi­nistre sor­tant au­rait pu trou­ver une vic­toire mo­rale dans la dé­faite de Jo­dy Wil­son-Ray­bould (et de sa col­lègue Jane Phil­pott), l’ex-mi­nistre de la Jus­tice qui avait contes­té les voeux de M. Tru­deau d’ac­com­mo­der SNC-La­va­lin. Mais elle a com­bat­tu jusque tard en soi­rée. Ce fut le dé­clen­che­ment des mau­vaises nou­velles pour M. Tru­deau, qui vo­guait al­lé­gre­ment vers une ré­élec­tion fa­cile à ce mo­ment-là.

C’est toute une le­çon quand même pour les li­bé­raux qui n’au­ront pas su pro­gres­ser dans les in­ten­tions de vote tout au long de la cam­pagne. Ils ont été nez à nez avec le Par­ti conser­va­teur du dé­but jus­qu’à la fin. Cha­cun est par­ti d’en­vi­ron 33 %, et c’est à peu près là où ils ont ter­mi­né.

M. Tru­deau a me­né une cam­pagne de peur, dans la der­nière se­maine, dans l’es­poir de frei­ner non plus les conser­va­teurs, mais le Bloc qué­bé­cois qui ar­ti­cu­lait une pro­di­gieuse re­mon­tée. Ce­la s’est concré­ti­sé avec 32 dé­pu­tés blo­quistes (à 23 h 15). Cette élec­tion marque leur re­tour après avoir été vir­tuel­le­ment ef­fa­cés de la carte en 2011. Ils n’avaient alors rem­por­té que quatre cir­cons­crip­tions, puis 10 en 2015. Per­sonne ne sa­vait si cette ti­mide ré­sur­gence était le si­gnal avant-cou­reur d’un re­tour. C’est main­te­nant connu que c’était un pas­sage à vide dont le Bloc a clai­re­ment émer­gé en 2019.

Mais les ef­forts de M. Tru­deau pour conte­nir le Bloc ont réus­si, car ils l’ont conte­nu à 32 sièges, loin des 40 sièges et plus que cer­tains stra­tèges jo­via­listes leur pré­voyaient.

Une des choses qui a fait la dif­fé­rence pour les conser­va­teurs, c’est la concen­tra­tion de leur vote dans les Prai­ries. Ce­la ne leur en a pas lais­sé suf­fi­sam­ment pour faire des gains en On­ta­rio, sur­tout, et au Qué­bec, mar­gi­na­le­ment. Ils n’ont pas réus­si à élar­gir leur base de 30 % de l’élec­to­rat en pré­sen­tant de vieilles idées: des baisses d’im­pôt ci­blées, l’an­nu­la­tion de la taxe sur le car­bone, des bud­gets équi­li­brés d’ici cinq ans. Leur seule étoile de la jour­née au­ra été la dé­faite de Maxime Ber­nier, chef du Par­ti po­pu­laire du Ca­na­da, un pe­tit par­ti qui s’était sé­pa­ré des conser­va­teurs. Ce se­ra vrai­sem­bla­ble­ment la fin de cette aven­ture, dont le dis­cours de droite ne fé­dé­rait pas suf­fi­sam­ment de Ca­na­diens.

Dans la ré­gion d’Ot­ta­wa-Ga­ti­neau, c’est le sta­tu quo avec l’élec­tion d’une large bro­chette de li­bé­raux, sauf pour Pierre Poi­lievre, dans Car­le­ton. Comme si les quatre der­nières an­nées ne s’étaient pas pas­sées. Il res­tait un point d’in­ter­ro­ga­tion: Argenteuil-Pe­tite Na­tion, où le li­bé­ral Sté­phane Lau­zon com­bat­tait avec le Bloc qué­bé­cois Yves Des­trois­mai­sons. Dans Glen­gar­ry-Pres­cott-Rus­sell, le li­bé­ral Fran­cis Drouin a de­van­cé le conser­va­teur Pierre Le­mieux après 23h.

Fi­na­le­ment, ce fut à peu près comme Le Droit l’es­pé­rait, la se­maine der­nière, avec l’élec­tion d’un gou­ver­ne­ment mi­no­ri­taire li­bé­ral. Il res­te­ra à voir avec quels par­tis les li­bé­raux s’al­lie­ront pour gou­ver­ner, et com­bien de temps cette al­liance de bons pro­cé­dés du­re­ra. Ce­la pour­rait du­rer plus que les deux an­nées que l’on donne nor­ma­le­ment aux gou­ver­ne­ments mi­no­ri­taires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.