Smith est «le bon gars», dit Bow­ness

Le Droit - - LE HOCKEY - MARC BRAS­SARD mbras­[email protected]­droit.com

DAL­LAS — Avant de fi­na­le­ment se tour­ner vers D.J. Smith, le DG des Sé­na­teurs Pierre Do­rion avait ren­con­tré quelques can­di­dats sur­prises, prin­ci­pa­le­ment Pa­trick Roy, des Rem­parts de Qué­bec, et Rick Bow­ness, ad­joint avec les Stars de Dal­las.

En­traî­neur ori­gi­nal de l’équipe de la ca­pi­tale lors de son re­tour dans la LNH en 1992-1993, ain­si que pour deux autres sai­sons et un quart par la suite, Bow­ness roule sa bosse comme as­sis­tant de­puis près de deux dé­cen­nies, prin­ci­pa­le­ment avec Alain Vi­gneault à Van­cou­ver et Jon Coo­per à Tam­pa Bay.

Il est en à sa deuxième sai­son à Dal­las, sous les ordres de Jim Mont­go­me­ry, et cette in­vi­ta­tion à pos­tu­ler pour la suc­ces­sion de Guy Bou­cher et Marc Craw­ford est sor­tie de nulle part alors qu’il n’a fait au­cune dé­marche en ce sens.

« Oui, j’ai été sur­pris. Ils m’ont ap­pro­ché et ils [Do­rion et son as­sis­tant Pe­ter MacTa­vish] ont pris un vol pour ve­nir me voir à Dal­las. C’était bien, j’ai ai­mé par­ti­ci­per au pro­ces­sus. Mais je crois qu’ils ont choi­si le bon gars en D.J. J’y au­rais pen­sé s’ils m’avaient of­fert le poste. Mais j’ai 64 ans et je veux ga­gner la coupe Stan­ley, c’est ma prio­ri­té. Mes chances de re­de­ve­nir en­traî­neur-chef dans la LNH sont grosses comme ça », a-t-il confié lun­di ma­tin, en fai­sant le signe du chiffre zé­ro avec sa main.

Quand Le Droit lui a de­man­dé pour­quoi il pen­sait que Smith était l’homme de la si­tua­tion, l’homme de ho­ckey ori­gi­naire de Monc­ton a ré­tor­qué du tac au tac : « Il est un jeune coach qui gra­vit les éche­lons, c’est l’idéal pour une jeune équipe qui tente de re­mon­ter la pente. Ils vont gran­dir avec lui, et il va gran­dir avec eux. Peu im­porte com­bien de temps ça va prendre, ils vont gran­dir en­semble. Ils ont un bon noyau, ce n’est pas comme s’ils com­men­çaient à zé­ro, pas du tout. Ils ont d’ex­cel­lents jeunes joueurs ici [avec le club de la LNH] et dans leur sys­tème, ils ont un bon jeune en­traî­neur et ils vont juste gran­dir tous en­semble. C’est pour­quoi je pense qu’il est le bon choix », a-t-il lan­cé.

Bow­ness a en­voyé un mes­sage texte à l’heu­reux élu pour le fé­li­ci­ter de sa sé­lec­tion une fois qu’elle a été an­non­cée.

Lors de la con­fé­rence de presse pour pré­sen­ter Smith comme 13e en­traî­neur de l’his­toire de l’équipe, Do­rion avait dé­voi­lé que ce der­nier était al­lé re­con­duire les deux di­ri­geants des Sé­na­teurs à l’aé­ro­port de Dé­troit, d’où ils sont par­tis pour al­ler in­ter­vie­wer Bow­ness, après une deuxième ren­contre à son do­mi­cile de Wind­sor qui a ni plus ni moins fi­na­li­sé sa sé­lec­tion.

Les Stars ont beau connaître un dé­but de sai­son dif­fi­cile, Bow­ness était très sou­riant lun­di en re­voyant des connais­sances d’Ot­ta­wa, lors des dif­fi­ciles an­nées d’ex­pan­sion de la fran­chise. Il avait pré­sen­té une fiche de 39-178-18 à leur barre avant d’être congé­dié après 19 matches en no­vembre 1995, pour être rem­pla­cé briè­ve­ment par Dave « Spar­ky » Al­li­son.

« J’ai en­core beau­coup de plai­sir à faire ce tra­vail. Il reste pro­ba­ble­ment une couple d’an­nées dans le bonhomme et on ver­ra en­suite », a-t-il bla­gué, lui qui a vu son fils Ryan, dé­pis­teur pro­fes­sion­nel en chef des Pen­guins de Pitts­burgh, s’ame­ner en ville lun­di pour épier son club ac­tuel et un de ses an­ciens.

L’an­cien joueur de la LNH a fait ses pre­miers pas dans le mé­tier d’en­traî­neur comme joueu­ren­traî­neur avec les Jets de Sher­brooke, de la Ligue amé­ri­caine, en 1982-1983.

Outre à Ot­ta­wa, il a aus­si fait de brefs sé­jours comme en­traî­neur-chef à Win­ni­peg, Bos­ton, Phoe­nix et avec les Is­lan­ders de New York.

J’y au­rais pen­sé s’ils [les Sé­na­teurs] m’avaient of­fert le poste. Mais j’ai 64 ans et je veux ga­gner la coupe Stan­ley, c’est ma prio­ri­té.

— Rick Bow­ness

— AR­CHIVES, AS­SO­CIA­TED PRESS

Rick Bow­ness, qui roule sa bosse dans la Ligne na­tio­nale de­puis une ving­taine d’an­nées, a été ren­con­tré par les pa­trons des Sé­na­teurs alors qu’ils cher­chaient un en­traî­neur-chef. Fi­na­le­ment, il est res­té à Dal­las où il oc­cupe un poste d’ad­joint à Jim Mont­go­me­ry

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.