Les études et les stages vont de pair

De­ve­nir in­gé­nieur, Ran­dy Yan­tha en rê­vait de­puis son ado­les­cence. « Créer, in­ven­ter, concré­ti­ser une idée en projet réel, ça me pas­sionne », ex­plique le jeune homme ori­gi­naire de Chel­sea, en Ou­taouais.

Le Droit - - LE MONDE -

Son di­plôme de tech­no­logue en gé­nie ci­vil en poche, il sou­hai­tait pour­suivre sa for­ma­tion au sein d’une uni­ver­si­té fran­co­phone ré­pu­tée. « Du­rant mes études col­lé­giales, j’ai tra­vaillé avec des in­gé­nieurs qui me par­laient de leur par­cours sco­laire, et Sher­brooke est vrai­ment res­sor­tie du lot. La qua­li­té de l’en­sei­gne­ment, l’ac­cès à de nom­breux la­bo­ra­toires et centres de re­cherche, sans ou­blier les stages, offrent l’équi­libre par­fait entre la théo­rie et la pra­tique. On sort d’ici avec un so­lide ba­gage de connais­sances et d’ex­pé­rience », sou­ligne Ran­dy.

UNE VILLE AC­CUEILLANTE

L’étu­diant en gé­nie ci­vil a pris peu de temps à s’in­té­grer dans son nou­veau mi­lieu de vie. « C’est vrai­ment une ville uni­ver­si­taire : on peut tout faire sur le site ! C’est dy­na­mique, il y a de nom­breuses ac­ti­vi­tés, le mont Bel­le­vue où l’on peut se ba­la­der. Ac­tuel­le­ment, les cou­leurs sont ma­gni­fiques… Ce genre d’en­vi­ron­ne­ment ne se trouve pas dans les grandes villes. » À l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke, il s’est vite sen­ti au sein d’une grande fa­mille. « Il y a ici une ving­taine de clubs, une as­so­cia­tion étu­diante très ac­tive et de nom­breux évé­ne­ments. Les liens se créent fa­ci­le­ment ! »

AU-DE­LÀ DES LIVRES

La vie étu­diante com­bi­née à la for­mule de stages co­opé­ra­tifs font de cette uni­ver­si­té un mi­lieu de for­ma­tion très riche. « Elle nous amène à avoir une vi­sion plus glo­bale de notre pro­fes­sion, à dé­ve­lop­per d’autres com­pé­tences tant per­son­nelles que pro­fes­sion­nelles qui fe­ront de nous un meilleur in­gé­nieur. » Grâce à une équipe par­fai­te­ment ro­dée au Ser­vice de stage et de pla­ce­ment, chaque étu­diant est bien pré­pa­ré à faire son en­trée sur le mar­ché du tra­vail. « C’est un point fort de cette uni­ver­si­té. On nous aide à trouver le stage qui cor­res­pond à nos ob­jec­tifs et à nos va­leurs. Per­son­nel­le­ment, les cinq stages qui font par­tie de mon pro­gramme me per­met­tront d’oeu­vrer dans les dif­fé­rents mi­lieux : dans une firme d’in­gé­nie­rie, en re­cherche, etc. Ce sont au­tant d’oc­ca­sions de vivre ma pas­sion et ça vient confir­mer pour­quoi j’étu­die en gé­nie. »

AJOU­TER DES CORDES À SON ARC

Ce­lui qui rêve de de­ve­nir consul­tant à l’in­ter­na­tio­nal a pro­fi­té de toutes les oc­ca­sions qu’offre l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke pour ap­prendre et ex­pé­ri­men­ter. « J’ai pris part à des pro­jets, dans les clubs, qui touchent d’autres do­maines du gé­nie. C’est in­té­res­sant, ça m’a fait ren­con­trer d’autres gens, et je crois que ça fe­ra de moi un meilleur in­gé­nieur ci­vil puisque j’au­rai en tête les con­si­dé­ra­tions mé­ca­niques, élec­triques, etc. d’un projet. Je par­ti­cipe à un projet de dé­ve­lop­pe­ment du­rable à l’in­ter­na­tio­nal, c’est en lien di­rect avec mes pro­jets d’ave­nir. J’ai aus­si été pré­sident de l’as­so­cia­tion étu­diante de ma Fa­cul­té et j’ai or­ga­ni­sé des évé­ne­ments. Je sou­haite de­ve­nir en­tre­pre­neur, et je suis dé­jà à me bâ­tir un so­lide ré­seau de contacts », ajoute Ran­dy qui a sui­vi quelques cours à la Fa­cul­té d’ad­mi­nis­tra­tion, où il a trou­vé d’autres res­sources pour son projet de car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.