«SON RÊVE EST ME­NA­CÉ PAR L’IMMOBILISM­E DE GA­TI­NEAU»

L’en­traî­neur de Mé­lo­die Col­lard se vide le coeur

Le Droit - - LA UNE - JEAN-FRAN­ÇOIS PLANTE jf­[email protected]­droit.com

Loin de chez elle, mais au royaume de ses grands-pa­rents, Mé­lo­die Col­lard a re­çu l’ac­cueil d’une reine cette se­maine au Sa­gue­nay.

Parce que le « sang bleuet » de son père De­nis coule dans ses veines, la Ga­ti­noise de 16 ans a d’abord pro­cé­dé à la mise en jeu pro­to­co­laire du match des Sa­gue­néens de Chi­cou­ti­mi ven­dre­di der­nier. Sa­gue­néenne d’adop­tion, elle a contri­bué à rem­plir les es­trades et les loges du Chal­len­ger de Sa­gue­nay où elle a goû­té à sa pre­mière vic­toire pro­fes­sion­nelle en simple tout en si­gnant ses deux pre­mières vic­toires en double avec sa par­te­naire Ley­lah An­nie Fer­nan­dez.

L’étoile mon­tante du ten­nis qué­bé­cois a tou­te­fois mis fin au par­cours en simple de Col­lard jeu­di après-mi­di en s’im­po­sant en deux manches de 6-4 et 6-3, mais l’ado­les­cente de Ga­ti­neau a te­nu son bout.

C’était 4-4 en pre­mière manche et elle avait pris une avance pour bri­ser le ser­vice de Fer­nan­dez, mais l’ex­pé­rience de la La­val­loise lui a per­mis de se res­sai­sir et de par­tir avec la manche.

Dé­bor­dant de fier­té en­vers sa pro­té­gée qui ne cesse d’ac­cu­mu­ler les pas de géants en 2019, Ma­thieu Tou­pin a quand même te­nu à se vi­der le coeur jeu­di.

« Je suis fier et frus­tré en même temps par ce qui se passe. Mé­lo­die est de Ga­ti­neau, mais elle re­çoit plus d’at­ten­tion au Sa­gue­nay où les gens l’ont tout de suite adop­té parce que son père est né ici. Les gens sont fiers d’elle. Le tour­noi compte sur de gros com­man­di­taires et ils ont deux fois plus de loges que nous avions à Ga­ti­neau. Ley­lah Fer­nan­dez a été pré­sen­tée comme la cham­pionne du Chal­len­ger de Ga­ti­neau et Fran­çoise Aban­da comme une de­mi-fi­na­liste à Ga­ti­neau, mais parce que notre ré­gion n’a pas ré­agi, Mé­lo­die n’au­ra ja­mais la chance de ga­gner ce tour­noi. Je suis prêt à ac­cep­ter la mort du Chal­len­ger de Ga­ti­neau, mais je n’ac­cep­te­rai pas que le rêve de Mé­lo­die soit com­pro­mis par le cli­mat d’immobilism­e à Ga­ti­neau... »

Ma­thieu Tou­pin dit avoir été cri­ti­qué pour ne pas avoir lan­cé d’alerte avant d’an­non­cer la fin du Chal­len­ger de Ga­ti­neau il y a quelques se­maines. Il n’a clai­re­ment pas l’in­ten­tion de ré­pé­ter la même er­reur en­vers la 40e ra­quette mon­diale chez les ju­niors.

« Soyons clairs, Mé­lo­die re­çoit de l’aide. Construc­tion Gé­rik lui a même of­fert 5000 $ cette an­née, mais mon té­lé­phone de­vrait son­ner de­vant tous ses suc­cès. Ce qu’elle a fait cette an­née, c’est de l’in­édit à Ga­ti­neau. Ce n’est pas nor­mal que je doive cou­rir après les com­man­dites. Ga­ti­neau a be­soin d’une lo­co­mo­tive comme Mé­lo­die. Elle doit être une source de fier­té. Elle va don­ner confiance à un pa­quet d’ath­lètes. Nous avons une jeune fille qui pour­rait al­ler au centre na­tio­nal d’en­traî­ne­ment

Je suis fier et frus­tré en même temps par ce qui se passe. [...] Je suis prêt à ac­cep­ter la mort du Chal­len­ger de Ga­ti­neau, mais je n’ac­cep­te­rai pas que le rêve de Mé­lo­die soit com­pro­mis par le cli­mat d’immobilism­e à Ga­ti­neau...

— Ma­thieu Tou­pin, au su­jet de la Ga­ti­noise Mé­lo­die Col­lard

à Mon­tréal, mais elle choi­sit de res­ter à Ga­ti­neau parce qu’elle est en­tou­rée d’une su­perbe équipe pour pour­suivre sa car­rière in­ter­na­tio­nale. »

Non seule­ment Mé­lo­die Col­lard a du ta­lent, mais elle s’im­plique elle-même dans sa com­mu­nau­té en don­nant des confé­rences dans des écoles et en se prê­tant à toutes les ac­ti­vi­tés ca­ri­ta­tives pos­sibles.

ELLE VA RE­DON­NER

« Mé­lo­die est une ath­lète de ca­libre in­ter­na­tio­nal et je suis convain­cu qu’elle va fi­nir par re­don­ner à sa com­mu­nau­té quand elle n’au­ra plus be­soin d’aide. Ça se­rait son genre de faire construire un centre de ten­nis de pre­mière classe à Ga­ti­neau ou de lan­cer un pro­gramme pour ai­der les jeunes joueurs de ten­nis comme le fait Fé­lix Au­ger-Alias­sime. »

En at­ten­dant des ap­puis moins ti­mides, Mé­lo­die Col­lard va pour­suivre son tour­noi en double ven­dre­di où elle est ren­due en de­mi-fi­nale.

Lun­di pro­chain, elle ob­tien­dra son pre­mier clas­se­ment pro­fes­sion­nel de la WTA grâce aux huit points ac­quis avec sa vic­toire en simple. En double, elle est as­su­rée de 29 points. Elle met­tra aus­si la main sur son pre­mier chèque chez les pro­fes­sion­nelles. Il se­ra d’une va­leur mi­ni­male de 1353 $ US, ce qui cou­vri­ra à peine les frais de sa se­maine au Sa­gue­nay avec son en­traî­neur.

— ROCKET LAVOIE, LE QUO­TI­DIEN

Mé­lo­die Col­lard a me­né la vie dure à Ley­lah An­nie Fer­nan­dez dans un match des hui­tièmes de fi­nale du Chal­len­ger de Sa­gue­nay jeu­di après-mi­di, mais la cham­pionne du Chal­len­ger de Ga­ti­neau s’est im­po­sée en deux manches de 6-4 et 6-3. Col­lard et Fer­nan­dez ont en­suite ga­gné leur match en double pour at­teindre la de­mi-fi­nale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.