Sur­mon­ter une mau­vaise pre­mière im­pres­sion

Le Droit - - ACTUALITÉS - JU­LIEN PAQUETTE jpa­[email protected]­droit.com

Si on n’a qu’une bonne chance de faire bonne im­pres­sion, OC Trans­po doit à nou­veau conqué­rir le coeur des usa­gers du trans­port en com­mun qui ont em­prun­té l’OT­rain pour la pre­mière fois dans la se­maine du 7 oc­tobre.

Se­lon le di­rec­teur des opé­ra­tions sur rail d’OC Trans­po, Mi­chael Mor­gan, il fal­lait s’attendre à cer­tains en­nuis dans les pre­miers jours du ser­vice de trans­port en com­mun in­té­gré au train lé­ger. La Ville d’Ottawa a tout de même joué un peu de mal­chance, dit-il.

Le trans­por­teur s’était pré­pa­ré à ré­agir à des si­tua­tions comme le bris des portes. L’en­nui, c’est «que ç’a pris une heure pour cor­ri­ger le pro­blème», af­firme M. Mor­gan.

Mais les choses ont mal tour­né le jeu­di de la pre­mière se­maine du ser­vice in­té­gré.

Après deux heures de pointe ma­ti­nale consé­cu­tives mar­quées par des bris de porte, la ré­ini­tia­li­sa­tion d’un or­di­na­teur de bord qui contrôle l’en­semble des sys­tèmes du train a été né­ces­saire pour un vé­hi­cule im­mo­bi­li­sé à la sta­tion Bay­view.

«C’était vrai­ment quelque chose qu’on n’a pas pu pré­voir, se dé­sole Mi­chael Mor­gan. C’est quelque chose qui ne re­lève pas de nous, on doit vrai­ment se tour­ner vers Al­stom pour ré­pa­rer ce pro­blème et s’as­su­rer que ça ne se ré­pète pas.»

D’ailleurs, des ex­perts de la mul­ti­na­tio­nale fran­çaise sont tou­jours en ville et ils y res­te­ront «jus­qu’à ce que les trains soient à un ni­veau com­pa­rable à leurs autres sys­tèmes dans le monde», sou­ligne le di­rec­teur général adjoint d’OC Trans­po, Troy Char­ter.

Cette aide d’Al­stom ne se­ra pas de trop alors qu’OC Trans­po tente de prou­ver aux Ot­ta­viens que l’O-Train en vaut le coup.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.