La nou­velle vie de Mo­dern War­fare

Le Droit - - CARRIÈRES - ISA­BELLE HOUDE [email protected]­so­leil.com

QUÉ­BEC — De­puis qu’il a em­bar­qué dans le train de la fran­chise Call of Du­ty en col­la­bo­rant à Black Ops 3, sor­ti en 2015, Bee­nox n’a pas chô­mé. Le stu­dio de Qué­bec a dé­voi­lé ven­dre­di le fruit de sa par­ti­ci­pa­tion au tout nou­veau Call of Du­ty : Mo­dern War­fare, une qua­trième col­la­bo­ra­tion à la po­pu­laire sé­rie de jeux de tir à la pre­mière per­sonne.

Il y a deux ans, l’en­tre­prise avait contri­bué à re­mas­té­ri­ser Call of Du­ty 4 : Mo­dern War­fare, un jeu qui avait mar­qué les es­prits il y a plus de 10 ans. Cette fois, il ne s’agit ni d’une suite aux trois pre­miers titres de la sé­rie Mo­dern

War­fare, mais bien d’une «ré­ima­gi­na­tion» de l’uni­vers du pre­mier jeu, où les adeptes re­trou­ve­ront des vi­sages fa­mi­liers, comme le ca­pi­taine John Price.

«On traite d’un conflit géo­po­li­tique mo­derne qui va im­pli­quer les États-Unis, la Rus­sie et des pays du Moyen-Orient. Ce qui est im­por­tant de com­prendre, c’est que l’his­toire ne tente pas de dres­ser un por­trait noir ou blanc d’une réa­li­té. Dans la guerre, tout est en tons de gris, on veut créer une his­toire mo­ra­le­ment com­plexe», a dé­crit Tho­mas Wil­son, di­rec­teur créa­tif et co­di­rec­teur du stu­dio.

INTERPLATE­FORME

C’est un autre stu­dio ca­li­for­nien d’Ac­ti­vi­sion, In­fi­ni­ty Ward, créa­teur ori­gi­nal de la sé­rie Call

of Du­ty, qui a agi comme dé­ve­lop­peur prin­ci­pal. Bee­nox est ve­nu en ap­pui pour réa­li­ser la ver­sion PC, des­ti­née aux or­di­na­teurs. Le stu­dio a aus­si eu comme man­dat de rendre pos­sible le sup­port du cla­vier et de la sou­ris sur con­sole, pour ceux qui pré­fèrent cette mé­thode de jeu à l’uti­li­sa­tion d’une ma­nette.

Ces dé­ve­lop­pe­ments sont d’ailleurs en lien avec une nou­veau­té im­por­tante, celle du jeu in­ter­pla­te­formes. Pour une pre­mière fois, le mode mul­ti­joueurs de Call of

Du­ty per­met­tra à des joueurs de dif­fé­rentes pla­te­formes, or­di­na­teurs et consoles, de jouer dans une même équipe.

«C’est un bon dé­fi, faire en sorte que tous ces ap­pa­reils se parlent, ex­plique Tho­mas Wil­son. Il faut s’as­su­rer que l’ex­pé­rience soit agréable pour tout le monde. Il peut y avoir la per­cep­tion que quel­qu’un qui a un cla­vier et une sou­ris a plus de chance de réus­sir que quel­qu’un qui a une ma­nette, mais en fait c’est faux. Tout ce qui compte, c’est l’ha­bi­le­té du joueur.»

HYPERRÉALI­SME

L’es­thé­tique de Call of Du­ty :

Mo­dern War­fare re­pousse en­core un peu plus les li­mites du réa­lisme dans les jeux vidéos. MarcA­lexandre Mi­lot, di­rec­teur de jeu, a pré­sen­té quelques ca­rac­té­ris­tiques du nou­veau pro­duit aux mé­dias. Au rayon des prin­ci­pales amé­lio­ra­tions : la vi­sion de nuit, qui a été re­pen­sée pour imi­ter au plus près pos­sible le fonc­tion­ne­ment de vraies lu­nettes de vi­sion noc­turne. L’uti­li­sa­tion de la pho­to­gram­mé­trie, une tech­nique qui per­met de pho­to­gra­phier un ob­jet sous tous ses angles pour l’in­té­grer dans l’en­vi­ron­ne­ment du jeu, a gran­de­ment amélioré le réa­lisme. «Ça per­met en peu de temps d’avoir des tex­tures vrai­ment au­then­tiques, qui au­raient pris un temps fou à créer par nos ar­tistes», a ex­pli­qué le di­rec­teur de jeu.

Uti­li­sa­tion de drones, cap­ture de mou­ve­ments sur des ac­teurs en chair et en os, «rien n’est lais­sé au hasard» dans ce genre de mé­ga­pro­duc­tion, a re­la­té MarcA­lexandre Mi­lot. «On veut vrai­ment que les joueurs res­sentent beau­coup d’émo­tions dans les vi­sages des per­son­nages, comme dans un film d’ac­tion», a-t-il ajou­té.

Ce genre de jeu hy­per­réa­liste contraste avec le der­nier né de Bee­nox, Crash Team Ra­cing Ni­tro-Fue­led, un jeu de course avec une es­thé­tique de des­sin ani­mé. «Je dis sou­vent à la blague que Bee­nox est un stu­dio Mi­niW­heats, avec un cô­té nu­tri­tif et bon goût et un pe­tit cô­té gi­vré et su­cré», lance Tho­mas Wil­son en riant.

— IMAGE FOUR­NIE PAR BEE­NOX

Bee­nox a eu le man­dat de «ré­ima­gi­ner» le cé­lèbre jeu Call of Du­ty : Mo­dern War­fare.

— YAN DOUBLET, LE SO­LEIL

Marc-Alexandre Mi­lot et Tho­mas Wil­son, di­rec­teur de jeu et co-di­rec­teur du stu­dio chez Bee­nox.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.