Ra­pide comme For­rest Gump

Le Droit - - LE ROUGE ET NOIR - MAR­TIN COMTOIS mcom­[email protected]­droit.com

Seule­ment sa fa­mille l’ap­pelle par son vé­ri­table pré­nom. De’Cha­von Hayes a hé­ri­té du sur­nom «Gump» à son en­fance. Un so­bri­quet que ses nou­veaux co­équi­piers ont vite adop­té à la Place TD.

C’est Gump Hayes par ici et par là. Tant dans le ves­tiaire que sur le ter­rain.

« Un de mes amis m’a dit un jour que je cou­rais aus­si vite que For­rest Gump. Ce­la m’a col­lé à la peau, sur­tout que je suis vrai­ment ra­pide », ra­conte en riant le de­mi dé­fen­sif re­crue amé­ri­cain qui a dis­pu­té les sept der­niers matches du Rouge et Noir.

Hayes ne se­ra tou­te­fois pas en uni­forme sa­me­di à To­ron­to. Son nom a été pla­cé sur la liste des bles­sés lors des der­nières heures. Dom­mage.

L’ath­lète de 5’11’’ et 187 livres n’avait pas per­du de temps pour épa­ter ses nou­veaux pa­trons lors de son ar­ri­vée au mi­lieu de l’été. On l’a in­sé­ré quelques se­maines plus tard dans l’ali­gne­ment contre les Ti­ger-Cats de Ha­mil­ton.

Jus­qu’ici, le na­tif de la Vir­gi­nie a réus­si trois in­ter­cep­tions en sept par­ties, ef­fec­tuant aus­si 22 pla­qués.

« C’est un pré­da­teur. Il veut mettre les mains sur ce bal­lon. Il pos­sède une fa­ci­li­té à dé­chif­frer l’at­taque ad­verse », sou­ligne l’en­traî­neur-chef Rick Camp­bell.

« On l’aime bien. Il est pro­mis à un bel ave­nir. »

Hayes, 27 ans, se veut une belle trou­vaille dans cette sai­son cau­che­mar­desque du Rouge et Noir, qui ra­te­ra les éli­mi­na­toires pour la pre­mière fois de­puis 2014. L’or­ga­ni­sa­tion compte bien mi­ser sur lui en 2020. Il reste une an­née au contrat du joueur amé­ri­cain.

Et le prin­ci­pal in­té­res­sé, lui, a dé­jà hâte à la sai­son pro­chaine.

« Quand nous au­rons dis­pu­té notre der­nier match, je vais re­tour­ner à la mai­son en Ari­zo­na et m’oc­cu­per de mon gar­çon âgé d’un an. Je vais aus­si dé­jà com­men­cer à me pré­pa­rer pour le pro­chain camp d’en­traî­ne­ment pour être en­core meilleur. »

Hayes rêve dé­jà à son pre­mier tou­ché dé­fen­sif en car­rière. Il en sa­live.

Sur­tout qu’il a dé­jà fait car­rière en of­fen­sive avant d’être mu­té sur la ter­tiaire à sa der­nière an­née dans les rangs uni­ver­si­taires à Ari­zo­na State.

« J’ai été por­teur de bal­lon pen­dant long­temps. Mar­quer des tou­chés, je connais ça. C’est un bon fee­ling », avoue-t-il.

« Le plus près que je suis pas­sé de mar­quer un tou­ché de­puis que je suis en dé­fen­sive ? À ma der­nière an­née uni­ver­si­taire. J’avais ra­me­né une in­ter­cep­tion jus­qu’à deux verges de la ligne des buts. C’était proche ! »

Hayes se trou­vait sans tra­vail au dé­but de la sai­son lorsque le Rouge et Noir l’a contac­té. Les Stam­pe­ders de Cal­ga­ry l’avaient li­bé­ré du­rant leur camp d’en­traî­ne­ment après en avoir fait un ré­ser­viste l’an­née pré­cé­dente.

« Un de mes amis m’a dit un jour que je cou­rais aus­si vite que For­rest Gump. Ce­la

» m’a col­lé à la peau.

— De’Cha­von Hayes

En 2017, le de­mi dé­fen­sif avait ob­te­nu un es­sai in­fruc­tueux dans la NFL chez les Car­di­nals de l’Ari­zo­na.

Sa per­sé­vé­rance au­ra de quoi rendre fier son pa­pa Ri­car­do, qui l’a éle­vé seul. Mon­sieur Hayes n’avait alors que 21 ans quand il s’est re­trou­vé père mo­no­pa­ren­tal.

— PA­TRICK WOODBURY, LE DROIT

Alors qu’une sai­son par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile tire à sa fin, le Rouge et Noir peut au moins se ré­jouir d’avoir em­bau­ché le de­mi dé­fen­sif re­crue amé­ri­cain De’Cha­von Hayes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.