Al-Bagh­da­di in­hu­mé en mer

Le Droit - - LE MONDE FRANCE - Agence France-Presse

WA­SHING­TON — L’ar­mée amé­ri­caine a im­mer­gé en mer le corps d’Abou Ba­kr al-Bagh­da­di, qui s’est fait ex­plo­ser lors d’un raid en Sy­rie où un com­man­do as­sis­té d’un chien de guerre, sa­lué en hé­ros, a tra­qué le chef du groupe État is­la­mique (EI) jusque dans un tun­nel.

Un res­pon­sable du Pen­ta­gone, qui s’ex­pri­mait sous le sceau de l’ano­ny­mat, a confir­mé lun­di à l’AFP cette in­hu­ma­tion en mer qui rap­pelle celle du di­ri­geant d’Al-Qaï­da Ous­sa­ma ben La­den en 2011, tué lors de l’as­saut d’une uni­té d’élite amé­ri­caine contre sa ca­chette au Pa­kis­tan.

La sé­pul­ture en mer avait été choi­sie pour évi­ter qu’une éven­tuelle tombe ne de­vienne un lieu de pè­le­ri­nage.

Le « trai­te­ment » du corps de Bagh­da­di a été fait « de fa­çon ap­pro­priée, se­lon la pro­cé­dure [mi­li­taire] et en ac­cord avec les lois de la guerre », avait au­pa­ra­vant af­fir­mé à la presse à Wa­shing­ton le chef d’état-ma­jor de l’ar­mée amé­ri­caine, le gé­né­ral Mark Milley.

Le di­ri­geant de l’EI, qui a fait régner la ter­reur sur un im­mense ter­ri­toire à che­val sur l’Irak et la Sy­rie, était re­cher­ché de­puis plu­sieurs an­nées. Wa­shing­ton a re­çu des in­for­ma­tions sur sa pré­sence dans une mai­son de la ré­gion d’Id­leb, dans le Nord-ouest sy­rien, a pré­ci­sé le gé­né­ral.

Se­lon le plus haut gra­dé amé­ri­cain, le « ca­life » au­to­pro­cla­mé a fait ex­plo­ser la cein­ture d’ex­plo­sifs qu’il por­tait lors­qu’il a été ac­cu­lé dans tun­nel avec trois de ses en­fants. Sa dé­pouille a en­suite été « trans­por­tée dans un en­droit sé­cu­ri­sé pour faire confir­mer son iden­ti­té grâce à des ana­lyses ADN », a-t-il ajou­té.

L’ADN D’UN SOUS-VÊ­TE­MENT

Po­lat Can, haut conseiller des Forces dé­mo­cra­tiques sy­riennes (FDS) com­po­sées ma­jo­ri­tai­re­ment de com­bat­tants kurdes et al­liées de Wa­shing­ton dans la lutte contre les ji­ha­distes, a as­su­ré lun­di sur Twit­ter avoir lo­ca­li­sé Bagh­da­di grâce à un in­for­ma­teur kurde in­fil­tré par­mi les proches du « ca­life ». Il au­rait no­tam­ment trans­mis un sous-vê­te­ment du di­ri­geant pour per­mettre d’iden­ti­fier son ADN, a-t-il ex­pli­qué. Se­lon lui, les FDS col­la­bo­raient avec la CIA de­puis le mois de mai.

La veille, le com­man­de­ment mi­li­taire ira­kien avait as­su­ré avoir four­ni à Wa­shing­ton la lo­ca­li­sa­tion du chef de l’EI.

La cap­ture d’Abou Ba­kr alBagh­da­di a no­tam­ment été pos­sible grâce aux « ser­vices in­croyables » d’un chien membre du com­man­do se­lon le chef d’État-ma­jor amé­ri­cain. Le nom de l’ani­mal reste pour l’ins­tant se­cret « pour pro­té­ger son iden­ti­té » a-t-il ajou­té le plus sé­rieu­se­ment du monde, mais le pré­sident amé­ri­cain a dif­fu­sé sur Twit­ter une pho­to de l’ani­mal, éri­gé en hé­ros na­tio­nal.

« Nous avons dé­clas­si­fié une pho­to de ce chien mer­veilleux (son nom n’est pas dé­clas­si­fié) qui a fait un BOU­LOT MER­VEILLEUX dans la cap­ture et l’éli­mi­na­tion du chef de l’EI », s’est-il ré­joui.

Par ailleurs, deux hommes ont été faits pri­son­niers lors de l’as­saut et sont ac­tuel­le­ment dé­te­nus « dans un en­droit sé­cu­ri­sé », a-t-il pré­ci­sé.

« La si­tua­tion sé­cu­ri­taire en Sy­rie reste com­plexe », a mis en garde le se­cré­taire à la Dé­fense, Mark Es­per, alors que « de nom­breux ac­teurs éta­tiques et non éta­tiques se dis­putent le contrôle des ter­ri­toires et des res­sources de ce pays ».

Les mi­li­taires « conti­nue­ront à me­ner des opé­ra­tions an­ti­ter­ro­ristes, en res­tant en contact étroit » avec les FDS « qui ont com­bat­tu à nos cô­tés », a-t-il dit. M. Es­per a éga­le­ment as­su­ré que Wa­shing­ton gar­de­rait le contrôle des champs pé­tro­liers dans le nord-est du pays.

— PHO­TO LA PRESSE CA­NA­DIENNE/AP, GHAITH ALSAYED

À Ba­ri­sha en Sy­rie, deux per­sonnes fouillent les ruines lais­sées par les mi­li­taires amé­ri­cains char­gés de cap­tu­rer le chef du groupe État is­la­mique, Abu Ba­kr al-Bagh­da­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.