Une pho­to qui ébranle l’As­sem­blée na­tio­nale

Le Droit - - ACTUALITÉS - PA­TRICE BER­GE­RON

QUÉ­BEC — Une pho­to contro­ver­sée de la dé­pu­tée Ca­the­rine Dorion, de Qué­bec so­li­daire (QS), ébranle l’au­to­ri­té du pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale, Fran­çois Pa­ra­dis.

On y aper­çoit Mme Dorion, tout sou­rire, en tailleur et ta­lons hauts, as­sise sur le pu­pitre cen­tral du

Salon rouge, entre les dra­peaux du Ca­na­da et du Qué­bec, avec l’ins­crip­tion «Joyeuse Hal­lo­ween».

Le cli­ché peut avoir l’air d’une plai­san­te­rie ano­dine, mais c’est sans pré­cé­dent dans cette en­ceinte qui sert no­tam­ment pour les cé­ré­mo­nies of­fi­cielles et les grandes consul­ta­tions.

Des élus ont pro­tes­té, deux vice-pré­si­dents, mal à l’aise, ont re­fu­sé de com­men­ter, tan­dis que l’op­po­si­tion, dont l’avis compte pour la lé­gi­ti­mi­té de la pré­si­dence, cri­tique le ju­ge­ment de M. Pa­ra­dis.

Les consé­quences peuvent en ef­fet être fu­nestes. Rap­pe­lons que la der­nière fois que l’op­po­si­tion a re­ti­ré sa confiance en la pré­si­dence, en 2011, le ti­tu­laire, Yvon Val­lières, avait dû dé­mis­sion­ner.

Ca­the­rine Dorion, qui n’en est pas à ses pre­mières frasques, s’af­fiche ain­si dans une te­nue clas­sique qu’elle re­fuse ha­bi­tuel­le­ment de por­ter, comme un clin d’oeil hu­mo­ris­tique, un cos­tume pour le jour de l’Hal­lo­ween.

En ef­fet, Mme Dorion s’est plu­tôt fait re­mar­quer en Chambre pour ses t-shirts, ses bottes Doc Mar­tens, à tel point qu’un co­mi­té a été for­mé au Par­le­ment pour ré­flé­chir à des règles de dé­co­rum ves­ti­men­taire.

Dans une en­tre­vue avec La Presse ca­na­dienne, un por­te­pa­role de l’op­po­si­tion a af­fir­mé que «le lea­der­ship de la pré­si­dence est re­mis en ques­tion».

Il y a «des échanges entre les par­tis» à ce su­jet, a pour­sui­vi cette source très proche du dos­sier, qui re­fuse d’être iden­ti­fiée.

«Mme Dorion en a ajou­té une couche, c’est une pro­vo­ca­trice», a-t-elle conclu.

Le dé­pu­té de Ni­co­let-Bé­can­cour, Do­nald Mar­tel, qui re­pré­sente la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec (CAQ) au BAN, a rap­pe­lé qu’on n’a «cer­tai­ne­ment pas» le droit de tout faire au Salon rouge.

«J’ai un énorme res­pect pour l’ins­ti­tu­tion que je sers, mais je ne veux pas com­men­ter le com­por­te­ment des autres, a-t-il dit dans un en­tre­tien té­lé­pho­nique avec La Presse ca­na­dienne. On a dé­jà dis­cu­té de ce dé­co­rum au­pa­ra­vant dans d’autres lé­gis­la­tures, ce se­rait bon qu’on en re­parle.»

La Presse ca­na­dienne a éga­le­ment contac­té deux vice-pré­si­dents de l’As­sem­blée na­tio­nale, soit la dé­pu­tée li­bé­rale de Hull, Maryse Gau­dreault, et le dé­pu­té ca­quiste de Chutes-de-la-Chau­dière, Marc Pi­card. Les deux ont re­fu­sé de com­men­ter et ont re­com­man­dé d’ap­pe­ler la di­rec­tion des com­mu­ni­ca­tions de l’As­sem­blée.

Pour sa part, QS a in­di­qué que cette pho­to était iro­nique et don­nait la ré­plique aux nom­breux com­men­taires af­fir­mant que Mme Dorion n’a «pas de classe».

«S’ha­biller comme ça, pour elle, ce se­rait comme se dé­gui­ser», a ex­pli­qué le porte-pa­role de QS, Ni­co­las Lévesque, dans une en­tre­vue té­lé­pho­nique.

La salle du Con­seil lé­gis­la­tif, aus­si ap­pe­lée Salon rouge, ac­cueille les grandes cé­ré­mo­nies of­fi­cielles, comme la pres­ta­tion de ser­ment des dé­pu­tés, la pré­sen­ta­tion du con­seil des mi­nistres, ain­si que la re­mise de dé­co­ra­tions, telles que l’Ordre na­tio­nal du Qué­bec, la Mé­daille de l’As­sem­blée na­tio­nale et les Prix du Qué­bec.

De­puis les élec­tions d’oc­tobre 2018, le Salon rouge sert aus­si pour les réunions du groupe par­le­men­taire ca­quiste, puis­qu’au­cune autre salle n’est as­sez grande pour ac­cueillir conve­na­ble­ment ses 75 dé­pu­tés.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.