Le maire d’Ot­ta­wa pro­met un «bud­get équi­li­bré»

Le Droit - - ACTUALITÉS -

Le maire d’Ot­ta­wa es­time avoir les cou­dées franches à la veille du dé­pôt du bud­get pro­vi­soire 2020 de la Ville.

«Nous sommes en bien meilleure po­si­tion au­jourd’hui que nous l’étions il y a six mois», ré­pond Jim Wat­son lors­qu’on lui de­mande quels sont les prin­ci­paux dé­fis à re­le­ver dans l’éla­bo­ra­tion de cet exer­cice fi­nan­cier.

Au prin­temps der­nier, le gou­ver­ne­ment de l’On­ta­rio avait an­non­cé une sé­rie de coupes dans les trans­ferts aux mu­ni­ci­pa­li­tés, no­tam­ment en ma­tière de san­té pu­blique et de ser­vices am­bu­lan­ciers.

«Toutes ces me­sures ont été ren­ver­sées ou ont été mises en at­tente, rap­pelle M. Wat­son. Les gens vont consta­ter qu’on au­ra un bud­get équi­li­bré qui ré­pond aux be­soins so­ciaux et éco­no­miques de notre com­mu­nau­té. »

Les pro­blèmes du train lé­ger au cours des der­nières se­maines sont ve­nus chan­ger les plans de la Ville d’Ot­ta­wa à la der­nière mi­nute. Le maire d’Ot­ta­wa a an­non­cé des me­sures pour amé­lio­rer le ser­vice d’au­to­bus in­té­gré à l’O-Train, ce qui com­prend l’ajout de 19 au­to­bus à la flotte d’OC Trans­po à comp­ter du 1er jan­vier, une dé­pense qui se­ra re­flé­tée dans le bud­get 2020.

«Nous avons dû oc­troyer des res­sources sup­plé­men­taires pour ré­pondre à des dé­fis im­por­tants, ex­plique Jim Wat­son. Tout le monde met la main à la pâte pour cor­ri­ger les pro­blèmes. C’est dans l’in­té­rêt des pas­sa­gers, mais aus­si pour notre bud­get puis­qu’on n’au­ra plus be­soin d’ef­fec­tuer des dé­penses sup­plé­men­taires que nous n’avions pas pla­ni­fiées.»

La Com­mis­sion des trans­ports en com­mun doit se pen­cher sur une hausse des ta­rifs pour les usa­gers d’OC Trans­po, une me­sure im­po­pu­laire, mais né­ces­saire, se­lon le maire d’Ot­ta­wa.

«Je lis par­tout sur les mé­dias so­ciaux des gens qui veulent un gel ou une ré­duc­tion des ta­rifs, mais du même souffle, ils veulent plus de ser­vices, sou­tient M. Wat­son. Les gens ne cessent de dire que nous sommes par­mi les plus chers, mais nos ta­rifs sont moins éle­vés que ceux des ré­gions de York. Peel et To­ron­to. Nous avons aus­si un ta­rif beau­coup plus gé­né­reux pour les per­sonnes vi­vant sous le seuil de pau­vre­té.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.