McCann veut consul­ter sur ce « pro­jet de so­cié­té »

Le Droit - - ACTUALITÉS - OLI­VIER BOS­SÉ [email protected]­so­leil.com

QUÉ­BEC — Rare qu’un pro­jet de loi dé­po­sé par un dé­pu­té de l’op­po­si­tion sur­vive long­temps. Mais ce­lui sur le don d’or­ganes dé­po­sé mar­di pour­rait faire ex­cep­tion. La mi­nistre de la San­té se dit dis­po­sée à l’exa­mi­ner pour en­suite «consul­ter la po­pu­la­tion» sur ce «pro­jet de so­cié­té».

Porte-pa­role de l’op­po­si­tion of­fi­cielle en ma­tière de San­té, le dé­pu­té li­bé­ral An­dré For­tin a dé­po­sé mar­di après-mi­di, à l’As­sem­blée na­tio­nale du Qué­bec, le pro­jet de loi 399 sur la Loi ins­tau­rant une pré­somp­tion de consen­te­ment au don d’or­ganes ou de tis­sus après le décès.

En ré­su­mé, on fe­rait pas­ser le consen­te­ment au don d’or­ganes au Qué­bec du mode vo­lon­taire au mode pré­su­mé. Chaque per­sonne se­rait ain­si consi­dé­rée comme don­neuse po­ten­tielle à moins d’in­di­ca­tion contraire.

Il fau­drait donc do­ré­na­vant se dés­ins­crire du re­gistre des don­neurs, si telle est votre vo­lon­té, au lieu de s’y ins­crire, comme c’est le cas en ce mo­ment en si­gnant, comme mé­thode pos­sible, l’au­to­col­lant au dos de votre carte d’as­su­rance ma­la­die.

« On est prêts à re­gar­der le pro­jet », a in­di­qué au So­leil la mi­nistre de la San­té et des Ser­vices so­ciaux, Da­nielle McCann, à sa sor­tie de la Chambre. « Il faut vrai­ment le re­gar­der et aus­si consul­ter la po­pu­la­tion là-des­sus, parce que je pense que c’est vrai­ment un pro­jet de so­cié­té, tout le consen­te­ment pré­su­mé », a dit Mme McCann.

Elle s’est en­suite at­tar­dée aux gestes dé­jà réa­li­sés par son gou­ver­ne­ment dans le do­maine. Comme l’ajout de 22 mé­de­cins co­or­don­na­teurs de dons d’or­ganes dans l’en­semble des hô­pi­taux du Qué­bec, pour grim­per ce nombre à 32. En On­ta­rio, ils sont 60.

SEN­SI­BI­LI­SA­TION

La mi­nistre in­siste aus­si sur la né­ces­si­té de sen­si­bi­li­ser les

Qué­bé­cois au don d’or­ganes. Trans­plant Qué­bec, or­ga­nisme qui gère le don d’or­ganes dans toute la pro­vince, a réus­si à haus­ser le taux de dons de 5 % dans les der­nières an­nées grâce à la sen­si­bi­li­sa­tion.

« À la lu­mière des ex­pé­riences qui fonc­tionnent bien dans le monde, comme en Es­pagne, ce qui est im­por­tant, c’est d’ap­pli­quer dif­fé­rentes me­sures », pour­suit Mme McCann.

En plus de comp­ter sur beau­coup de mé­de­cins co­or­don­na­teurs de dons, l’Es­pagne fonc­tionne avec le consen­te­ment pré­su­mé de ses ci­toyens, comme en France. L’Es­pagne at­teint un taux de 50 don­neurs par mil­lion d’ha­bi­tants, tan­dis que cette pro­por­tion n’est qu’à 20 au Qué­bec pour le mo­ment, où quand même 40 % de la po­pu­la­tion a don­né son consen­te­ment. Le but de Mme McCann est de haus­ser ce ra­tio.

La Nou­velle-Écosse se­ra un autre mo­dèle à suivre de près à comp­ter de 2020, alors que la plus im­por­tante pro­vince des Ma­ri­times adop­te­ra le consen­te­ment pré­su­mé.

« C’est un pro­jet de loi qui peut faire une dif­fé­rence dans la vie de cen­taines de Qué­bé­cois, un pro­jet de loi po­si­tif qui peut contri­buer à amé­lio­rer et à sau­ver des vies. C’est un ou­til qu’on peut se don­ner, qu’on doit se don­ner », ré­sume de son cô­té M. For­tin.

Le pro­jet de loi pré­voit que la per­sonne qui de­mande le pré­lè­ve­ment s’as­sure au­près des proches du dé­funt que ce­lui-ci n’a pas, de son vi­vant, ex­pri­mé un re­fus par quelque moyen que ce soit, sauf en cas d’ur­gence.

En 2018, au Qué­bec, 164 per­sonnes ont don­né leurs or­ganes à 451 re­ce­veurs et 805 étaient en at­tente d’un don. La liste d’at­tente a quand même été ré­duite du tiers au cours des der­nières an­nées, puis­qu’elle était au­pa­ra­vant au­tour de 1200.

— PHOTOTHÈQU­E LE SO­LEIL

La mi­nistre de la San­té, Da­nielle McCann, se dit dis­po­sée à l’exa­mi­ner pour en­suite «consul­ter la po­pu­la­tion» sur ce «pro­jet de so­cié­té».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.